LA DEESSE NEITH 
Sirius l'Archère Céleste de l'Egypte

LES PORTES DE SIRIUS

SIRIUS ET L'EGYPTE

Le Nord et la Précession des Equinoxes

L'égyptologie moderne utilise le lever héliaque de SIRIUS à proximité du solstice d'été. En Egypte Antique, la constellation CANIS MAJOR apparaissait à peu près le 21 Juin, elle était appelée " la monter de la déesse Sothis ", l'étoile SIRIUS était visible juste avant le lever du soleil. Les prêtres astronomes étaient donc en mesure de prédire l'inondation annuelle, ce qui les rendait très puissant. SIRIUS n'est pas tout le temps visible sous les latitudes européennes.


Le hiéroglyphe égyptien représentant Sirius a été interprété ésotériquement comme la représentation de la trinité cosmique. Il contient trois éléments : un obélisque phallique (représentant Osiris), un dôme semblable à une matrice (représentant Isis) et une étoile (représentant Horus) Ce concept est si crucial qu’il a été incorporé dans la plupart des grandes structures du monde.


En Egypte, on connaissait aussi cette étoile sous le nom de SOTHIS, son nom est hérité du grec qui signifie " ARDENT ". Elle est connue depuis des temps immémoriaux pour son éclat fantastique. En en bas à gauche d'ORION, l'étoile SIRIUS est toujours l'astre le plus brillant du ciel en dehors des éléments du système solaire, mais sa position dans le ciel n'est plus la même à cause du cycle de la précession des Equinoxes, selon Claude Gétaz (Quand les dieux) elle était invible avant 9 800 Av. J-C en Egypte, après avoir été visible ver 13 000 Av. J-C.

Avec l'assemblage des étoiles après le grand boulversement cosmique, Juillet est le mois qui symbolise l'été et l'abondance car c'est en juillet que commencent les jours caniculaires qui vient du latin CANIS signifiant CHIEN car l'étoile SIRIUS de la constellation Grec du CHIEN ou CANIS MAJOR se lève et se couche en même temps que le soleil en juillet. En Anglais DOG DAY (jour du chien) est utilisé pour la Canicule. Le mot CIRE (d'abeilles) vient aussi de là et les abeilles sont un symbole royal, il s'agit ici du Seigneur ou de la Reine des abeilles par opposition au prince des mouches, à savoir Belzebuth.


Sirius indiquait le Nord et le Soleil levant à l'Est

Il y a certainement une déformation de la fonction de SIRIUS en Egypte antique. Dans le calendrier égyptien de l'époque il y a des points imprécis par rapport à la crue du Nil et le solstice d'été, aussi plusieurs chercheurs ne sont pas de cet avis sur le rôle de l'étoile. Le Professeur Maspero a jugé que Textes des Pyramides renvoyaient au lever de SIRIUS et non pas au moment où elle devient visible juste au-dessus de l'horizon (son lever héliaque). Il semblerait donc que l'étoile marquait surtout le NORD et très certainement le NORD MAGNETIQUE qui a son propre cycle, une donnée capitale pour la navigation, la cartographie et la construction.

Les bâtiments égyptiens ont été construits avec une orientation astronomique en fonction du culte spécifique du lieu. Par exemple, certains temples ont été construits pour s'aligner avec une étoile, d'autres ont été orientés vers les solstices ou équinoxes. Dès 4 000 av. JC, les temples ont été construits de telle sorte que la lumière du soleil est entré dans une chambre à un seul moment précis de l'année. Ils ont donc des orientations différentes selon les époques et le centre religieux change de ville, à cause de la précession des Equinoxes et le changement de position du NORD.

Cependant dans le SUD tout est inversé ! Quand nous entrons dans le SOLSTICE d'été dans le Nord c'est l'hiver qui commence dans le sud. La construction astronomique est remarquable, depuis le ciel, la Grande Pyramide forme un CUBE astrologique en relation avec les 4 saisons et les 4 points cardinaux, ce CUBE cosmique deviendra les 4 étoiles royales à Babylone.


LES PORTES DE SIRIUS

La constellation ORION a la particularité d'être visible depuis les deux hémisphères, et c'est certainement la raison de son importance dans le ciel antique avec SIRIUS avec son compagnon ORION qui a la particularité d'être visible depuis les 2 hémisphères de la Terre en relation avec le NORD MAGNETIQUE que marquait certainement l'étoile SIRIUS depuis l'Egypte en plus d'indiquer le lever du Soleil à l'Est.

Les Egyptiens pensaient que quand le soleil se couchait il entrait dans un TUNNEL qu'il traversait avant de revenir le matin à l'Est, ORION représente le ROI MORT et le soleil traversant les monde des morts la nuit, cela est aussi symbolisé par la traversée du fleuve. Si SIRIUS est importante chez les égyptien pour le calendrier agricole, ces portes dans le ciel seemble être lié au mythe osirien tardif.




En relation avec les saisons de l'Egypte, l'astre SIRIUS  forme un rectangle avec d'autres étoiles, ce sont les PORTES du tunnel que va emprunter le soleil pour mourir et renaître chaque jour, chaque années mais aussi dans le cycle de la précession des Equinoxes de 26 000 ans. Dans la construction de l'ensemble, l'Ethiopie, l'Egypte et la France sont étroitement en relation avec le déplacement du cercle zodiacal avec les 5 étoiles circumpolaires et l'étoile polaire POLARIS de URSA MINOR représentant aussi l'AXE de la Terre. Chez les égyptiens URSA MINOR est le petit canidé OUAPOUAOUT debout sur un serpent, ce reptile serait URSA MINOR.

Toutes les étoiles circumpolaires sont en rotation autour de l'Axe Polaire, les deux OURSES forment ainsi une croix Swatiska. Nous n'avons pas toutes les constellations circumpolaires au-dessus de la France, mais en Norrmandie, un morceau de la Bretagne et sur Paris. Tout dépend aussi des figures, le codage astronomique peut changer si l'on utilise les anciennes constellations ou une autre mythologie.

Voir : Secret de l'Etoile Rouge




C'est un codage avec les étoiles sur un cycle de vie en relation avec la mort et un rituel de renaissance solaire, ce cycle est également codé dans la Bible et les Mystiques des religions. C'est ce que représente la Cène (le Dernier Repas) de Léonard de Vinci, le plafond étant composé de 36 éléments (le Cercle), la porte est visible dans le fond de la salle.

Le dessin de la figure de SIRIUS a évolué avec le culte et les civilisations, mais il forme toujours une porte dans les étoiles. A l'époque archaïque de l'Egypte, la constellation ORION est identifiée comme étant SAH (ou Sahu), c'est un homme marchant à l'horizon. SIRIUS précède ORION notre grand chasseur avatar du de SAH et en tant que Dieu du ciel, SAH a été connecté avec SOPDOU qui est également une personnification de la constellation d'ORION. Selon les Textes des Pyramides, HORUS-SOPDOU est le fruit d'OSIRIS-SAH et ISIS-SOPDET.

SAH est appelé " père des dieux " très probablement parce que ORION précède SIRIUS et le lever héliaque qui marque le début de l'année égyptienne, il est le fils de RE (le Soleil) et de NOUT (la Voie Lactée). SAH préside donc au cours du cycle des festivals tout au long de l'année à travers laquelle les dieux se manifestent, ORION et SIRIUS sont donc étroitement en relation avec OSIRIS et ISIS.

Voir : Des Portes dans le Ciel


SIRIUS ET LE ZODIAQUE

Avec la Précession des Équinoxes les étoiles changent de place dans le ciel. En Egypte, la Crue du Nil avait lieu vers le 19 juillet et les anciens Égyptiens pouvaient voir dans leur ciel étoilé la forme de cette future Déesse qui semblait tenir un arc et une flèche dans ses mains, prête à la décocher dans la direction de l'Est. La pointe de sa flèche représentait la lumière de la flamme précédant l'arrivée de la LUMIERE du Soleil à son lever. La flèche décochée de NEITH - SIRIUS mettait le feu à l'horizon et au Soleil levant de l'Est.




L'étoile brillante SIRIUS de CANIS MAJOR apparaissait donc dans le ciel juste avant le lever du Soleil en donnant l'impression que l'astre solaire avait un frère Jumeau. Sur le Zodiaque de Denderah, la Déesse SOPDET-HATHOR est une vache sacrée proche de la déesse NEITH, notre constallation de la LICORNE. C'est cette constellation que vise la Déesse NEITH en direction d'ORION très proche, cela annonce la Renaissance de superposée à la crue du Nil, qui allait nourrir l'Egypte sous son apparence de vache.

NEITH était la matrice dans laquelle le dieu lui-même se conçut et ainsi occupait la place du démiurge que l'on retrouve dans la plupart des systèmes théologiques du pays. est adoré par Horus Aha, c'est un souverain de la Ire dynastie. Son nom d'Horus, Her Aha ou Hor Aha, signifie « l'Horus combattant », On situe son règne vers -3100 à -3095 et c’est sous son règne qu'on assiste au début de l’extension de l’écriture et à l’élaboration d’un calendrier.




La déesse NEITH est donc bonne et bienveillante sur l'Egypte en apportant le soleil et la Renaissance de et les récoltes, mais elle est aussi maléfique car avec la chaleur de l'été les maladies arrivent sur les bords du Nil. Sont avatar ANUKET est représenté comme étant une antilope androgyne avec un phallus pour ces raisons, c'est la constellation CASSIOPEE. à côté de PERSEE, son phallus indique qu'elle est ANDROGYNE, c'est à dire bonne et mauvaise.

Lorsqu'elle arriva à Saïs, ce fut une belle et grande fête dans le ciel, sur la terre et en tous pays. Alors elle modifia sa forme et devint la déesse OURERET, elle saisit son arc en sa main, sa flèche en son poing, et elle s'établit dans le temple de NEITH avec son fils le soleil.

Sept propos étaient sortis de la bouche de NEITH. Ils devinrent sept dieux ; ainsi ce qu'elle avait dit devint le nom des Propos, le nom de la Parole divine et également le nom de Saïs. Ainsi naquirent les sept Propos-dieux de METHYER, qui furent désormais la protection de METHYER en tout lieu où elle se rendait. Alors elle se transforma en vache AHET puis elle plaça entre ses cornes et elle nagea en le portant ; les dieux dirent : " C'est la Grande Nageuse avec son fils ".

De là vient le nom de METHYER dont le nom égyptien est MEHETOURET, une déesse maternelle à tête de vache primordiale portant la coiffe hathorique. Son nom pouvait signifier « la Grande Nageuse » et elle personnifiait l'océan primordial qui mit naissance à . Elle est assimilée à NEITH, HATHOR mais aussi ISIS.

dit alors aux dieux qui étaient avec lui : " Accueillez Neith en ce jour ; venez pour elle faire la liesse en ce beau jour, car elle m'a amené sain et sauf. Allumez les torches devant elle ! Faites la fête en sa présence jusqu'à ce que vienne l'aube ", c'est l'origine de la Fêtes des Lumières.

Source : Textes sacrés et textes profanes de l'ancienne Egypte II - Gallimard

Assimilée à Lucifer, SIRIUS pointe le soleil levant. Dans la version Pinocchio de Wald Disney, écrite par le franc-maçon Carlo Collodi, Gepetto prie l’étoile la plus brillante du ciel pour avoir un " vrai petit garçon ". La Fée Bleue (en référence à la lumière bleu clair de Sirius) descend alors des cieux pour donner vie à Pinocchio et elle le guide. Dans le Truman Show, un projecteur servant à imiter la lueur d’une étoile dans le monde truqué de Truman tombe du ciel, l'inscription sur le projecteur est SIRIUS.

Dans Harry Potter, le personnage nommé Sirius Black est une référence à
SIRIUS B, une étoile plus sombre que SIRIUS A la bleue. C'est le parrain de Harry Potter, un enseignant et un guide magicien, il peut se transformer en un gros chien noir, autre lien avec l’étoile du chien.


L'ARC DE SIRIUS

Sur le disque Egpytien de Denderah, la figure de NEITH l'archère représente la constellation CANIS MAJOR est son étoile SIRIUS. La Déesse NEITH peut alors se référer à une des trois pointes du TRIANGLE dans le GRAND G qu'elle forme avec les étoiles BETELGUEUSE et RIGEL, l'étoile SIRIUS ayant un rôle plus important car ce triangle équilatéral pointe vers elle.

NEITH est identifiée comme étant la mère nourricière du LION juste au-dessus, SOPDET (la vache) est la mère de OUPOUAOUT-HORUS que représente la constellation CANIS MINOR. ORION semble porter cette figure à son épaule mais aussi NEFERTOUM le grand héros, la constellation PERSEUS (Persé).




NEITH indique la direction de l'Est et elle tire une flèche vers la vache SOPDET et vers le Dieu en léthargie ORION - que l'on dit être OSIRIS - avec à son épaule l'étoile BETELGEUSE. En continuant, la flèche traverse le LOTUS (Papyrus), la couronne et la tête d'ORION, les pieds du TAUREAU, puis termine sur l'Astre JUPITER sur un BELIER avatar de KNOUM à l'autre extrémité du Disque.

Plus tard dans la mythologie,
ARTEMIS / DIANE tua d’une de ses flèches le chasseur ORION, il y a des versions différentes de cette histoire. Puis, elle alla à la nage récupérer le cadavre, mais lorsqu'elle s'aperçut que c'était ORION, elle plaça son image parmi les étoiles en compagnie de ses chiens, SIRIUS (Canis Major) et PROCYON (Canis Minor).

Dans une autre version,
ORION est mort suite à la piqure d'un SCORPION. C'est pour cela que les constellations de ORION et du Grand Chien et son étoile brillante sont proches l'une de l'autre, et que le SCORPION fut placé de l'autre côté sur la voûte céleste, se poursuivant sans cesse dans le ciel sans jamais pouvoir se rattraper.

Le CANIS MAJOR fût aussi représenté sous les traits du ROI DAVID par Julius Schiller dans son Coelum Stellatum Christianum, daté de 1627. Le vieux avait un Archet et jouait d'un instrument de musique, il est parfois représenté avec une LYRE. La manipulation des illuminés devait être trop visible, finalement la constellation est restée un chien de chasse.

Voir : Le Mystère d'Orion


GRENOUILLES ET SERPENTS

Les Dieux Créateurs de l'Egypte

Assimilée à NEITH-ISIS, l'ancienne déesse grenouille HEKET est représentée avec l'ANKH (la croix de vie), elle était une déesse importante et était liée à la dernière étape de l'inondation du Nil, et parce que le Nil a donné la vie à l'Egypte, elle est aussi liée aux dernières étapes de la naissance, et plus tard de la re-naissance.

Les prêtresses de HEKET étaient des sages-femmes. La grenouille est associée à l'élément liquide (le Nil), elle a un rapport avec les rites initiatiques qui ont avoir avec l’eau, elle nous apporte la guérison et le bonheur, chantant et bondissant pour nous conduire a la source sacrée qui abreuve et régénère. En raison de ses métamorphoses, la GRENOUILLE est également un symbole de résurrection et de guérison.

NEITH-ISIS devient la divinité suprême avec la magie, à ce titre, elle prendre soin de la personne décédée d'une manière personnelle, comme une mère dévouée. La grande Déesse est aussi un COBRA, un symbole de resurrection solaire.à cause de la mutation fascinante de l'animal, il y a des fresques représentant RENUKET avec un enfant dans les bras.


Hehet - Heket - Hauhet
Renuket à l'enfant
Renuket Déesse Serpent
Déesse Scorpion Serqet

Dans des textes très anciens, le couple divin joue un rôle dans les naissances, surtout celle des futurs pharaons : KHNOUM modelait le corps du futur enfant et HEKET lui insufflait la vie. KHNOUM forme ses créations sur son tour de potier avec le limon du Nil (argile) pour leur donner vie et façonner leurs KA (âme). Dans le mystère de la naissance divine, KHNOUM modela également l'enfant-roi. Des textes tardifs lui donnent aussi un fils à HEKET, répondant au nom de HEQA, un Dieu enfant dont le nom signifie " pouvoirs magiques ", c'est un avatar de HORUS ENFANT.

Le titre de Grande Magicienne OUERET-HEKAOU (Weret Hecau) était donné à de nombreuses déesses et OUER-HEKAOU pour les dieux. RENENUTET (Ernutet ou Renenet) était une déesse COBRA de la nourriture et de la récolte, elle a été considérée épouse de SOBEK le crocodile avatar de KHNOUM. Elle a été en plus associée au OUADJET, le cobra sur la couronne des pharaons.

RENENUTET pourrait également être dépeinte comme un SCORPION avec une tête de femme, la déesse SERQET (Selket) une figure parfois appelée DEHENET IMENTET c'est à dire " Le sommet de l'Ouest " (la nécropole), elle était " celle qui aime le silence " guérissant les ouvriers des morsures de serpent et de scorpion dans la Nécropole dont elle est la gardienne. Elle est aussi un VAUTOUR quand elle est la déesse NEKBETH, dans certaines cosmogonies elle est la " créatrice " de l'OEUF cosmique.


L'OEUF COSMIQUE DE NEITH

NEITH était vénérée aussi dans l'île Éléphantine (Haute-Egypte) associée au Nil et à ses cataractes. Quelques restes d'un temple où fut adorée une divinité que les Égyptiens appelaient KENEPH (Khnoum) ou EMEPH (déesse vautour Nekhbet) qui veut dire bienfaisant, et dont ils faisaient la cause éternelle de l'univers. Le vautour KENEPH accompagne le Dieu SHED, un avatar du jeune HORUS quand il chasse à cheval, KENEPH est visible sur le Zodiaque de Denderah dans la constellation du SAGITTAIRE.

Voir : Harpocrate Horus Enfant

NEITH est asexuée, elle est dite sans vulve ou androgyne, fécondée par le verbe elle enfante le disque solaire. Elle est représentée coiffée de la couronne rouge de la Basse-Égypte et avec la déesse OUADJYT de Bouto elle est l’une des gardiennes de la couronne royale. Lorsqu'elle porte la Couronne Blanche elle incarne alors la Déesse SATIS.

Dans l'île Éléphantine,
SATIS y était représentée sous la forme humaine, pour marquer son intelligence, androgyne, à cause de son indépendance et de sa nature universelle, un EPERVIER sur la tête (l’oiseau Âkhem ou Akhem) en remplacement de ces cornes, en signe de son activité, enfin avec un OEUF sortant de sa bouche, symbole de la fécondité et de la production.


La Déesse Vautour Keneph protège le jeune Horus / Shed quand il chasse

L'OEUF fut donc de bonne heure et pendant longtemps, honoré d'un culte spécial ; il fut célébré dans les cantiques sacrés, figura en nature dans les cérémonies religieuses, et pour perpétuer le souvenir de ce mythe de la création universelle, on en fit l'objet d'une fête particulière, célébrée chaque année à l'équinoxe du printemps, époque où la nature se reproduit et donne à tous les êtres une nouvelle existence.

Les Egyptiens suspendaient des
OEUF dans les temples pendant les cérémonies. Les galettes chaudes marquées d'une croix et les OEUFS coloriés figuraient aussi dans les rites chaldéens, exactement comme aujourd'hui chez les catholiques, c'est l'origine de l'OEUF de Pâques. Ainsi que nous en instruit Juvénal, à Rome on faisait chaque année, au temps des équinoxes, une hécatombe de cent oeufs, pour purifier l'air et détourner les tempêtes. Pline assure que, de son temps, les jeunes gens attachaient une grande importance à certains jeux cabalistiques, dans lesquels ils se servaient d'oeufs teints de diverses couleurs.

L'
OEUF cosmique est un puissant symbole occulte des gnostiques appelé le KNEPH, il représente la divinité égyptienne, considérée comme la première émanation de l'Être suprême, le bon génie du monde, le Démiurge, la Raison efficace de toutes choses, et l'Architecte de l'Univers. C'est dans ce dernier aspect que KNEPH avatar du Bélier KHNOUM, est représenté dans la figure dépeignant un serpent avec un OEUF dans sa bouche, parfois entouré d'un OUROBOUROS.

Voir : Knoum et l'Oeuf Cosmique


Le Kneph l'oeuf cosmique émanation de l'Être suprême

Il est également noté que comme la divinité solaire, le KNEPH devient le Christos des Gnostiques avec l'étoile à 8 branches, le double carré est un symbole de la précession des Equinoxes. Ainsi pour le gnostique, l'OEUF est la VULVE de la femme, et l'axe de la terre le PHALLUS de l'homme, c'est le culte Osirien inventé avec le matériel d'avant. L'Aigle à deux tête est aussi le KNEPH en relation avec la constellation des POISSONS et le TRIANGLE ésotérique.

Voir : Secret des Triangles

A l'époque de l'Empereur Auguste, le secrétaire de la Bibliothèque Palatine, l'Egyptien Hyginus, écrit dans ses Fables l'origine de la déesse
VENUS (romaine) / ASTARTE (babylonienne) / ISHTAR (sumérienne) : "On dit qu'un oeuf de dimensions extraordinaires tomba du ciel dans l'Euphrate, les poissons le poussèrent jusqu'au rivage, là, les colombes le couvèrent et VENUS en sortit bientôt : elle fut appelée la déesse Syrienne." C'est l'origine de la SIRENE, un avatar de la grande Déesse poisson HATMEHYT, une déesse donnée aux peuple de l'Est (EAST-STAR).

Le culte
ISIS-NEITH se répandit dans les contrées de Grèce et de Rome et les prêtres païens récupérèrent son culte pour l'associer à leurs Temples. Il y a deux babylones, il y a deux églises, celle du pain de Dieu et celle du Dragon ancien. Dans la mythologie romaine, JUNON est la reine des dieux et protectrice du mariage, elle est associée à la fécondité lorsqu'elle en tient l'emblème : la pomme de grenade. JUNON n'a pas toujours été vue comme l'épouse de Jupiter, Marcel Renard la rapprochait de JANUS et elle intervenait avec lui aux calendes.

Comme l'Egyptienne
NEITH la déesse a de multiples facettes, ses attributions diverses ressortent dans ses épithètes, chacune avait à Rome son culte spécifique : Juno Regina, associée à Jupiter et Minerve dans le grand temple du Capitole; Juno Lucina, déesse de la lune et des enfantements, souvent assimilée à Diane; Juno Pronuba, déesse du mariage; Juno Voneta, déesse des bons conseils; Juno Sospita, protectrice des femmes en gésine puis protectrice en général; Juno Cœlestis, la Tanit ou l'Astarté de Carthage, transportée à Rome après la troisième guerre punique, etc..


NEITH ET LES ABEILLES

En ancienne Egypte, l''ABEILLE est un des animaux qui est le plus souvent représentés en images et en textes, elle semble être le symbole de la Basse-Egypte et de la royauté, c'est un animal sacré. Le Temple de NEITH est la maison des abeilles, la déesse fait partie intégrande des rituels funéraires qui conduit aux Dieux sous la forme de l'insecte IBAT. Ceux qui portaient des abeilles en bijoux étaient des initiés de NEITH dans le Temple à Saïs " le château de l’abeille " et ses prêtresses se nommaient les abeilles.

L’insecte est présent en Egypte depuis l’époque Nagada (-7000), le miel était considéré comme un produit luxueux qui servait à l’élaboration de parfums d’onguents et de médicaments. Elle est BIT (mâsculin) ou BIA (féminin), on la nomme souvent " mouche à miel " qui était aussi un des noms de BASTET-SEKHMET.

Liée à la virginité (la pureté), le MIEL sur la table d’offrandes était un produit de la grande Déesse MÂAT, la cire d’abeille était utilisée dans la magie pour les rites d’exécration tel l’anéantissement des ennemis. L’ABEILLE liée à la virginité est également le signe de l’initiation et des aspirations sacrées, elle représente aussi l'écoulement de l'oeil de RA.


Hiéroglyphe d'une abeille
Bhagwati Bhramari Devi
Déesse abeille Grecque
Récolte du Miel en Egypte

Dans la cosmogonie Memphite on dit que c’est le bourdonnement de l’ABEILLE au dessus de l’océan primordial qui a donné le rythme premier de la vie et dans les rites initiatiques de Neith à un moment du déroulement, le myste était environné par un essaim de prêtresses qui bourdonnaient autour de lui. On les nommaient les bourdonneuses.

En Inde, les fidèles emettent des bourdonnements tel des abeilles dans les Temples. Les esprits (Devas) et les fidèles prient la mère du monde BHAGWATI BHRAMARI DEVI pour les protèger. Dans sa forme divine, la déesse apparaît ornée d'une robe et porte des guirlandes avec divers bourdons à la fois mâle et femelle et elle crée des essains d'abeilles pour protéger le monde.

En Grèce Antique, les prêtresses du Temple d'ARTEMIS se nommaient les ABEILLES (les Pythonises) et le grands-prêtres était un ESSEN, le Roi des ABEILLES. La déesse ARTEMIS était concidérée comme la Vierge, l'Epouse et la Mère, elle règne sur les éléments et régit la vie des animaux. Une légende affirme que les abeilles se seraient posées sur la bouche du poëte PINDARE lorsqu'il était enfant, cela est une fois de plus inspiré par l'Egypte antique.


Abeille Ibat
Mithra et l'Abeille
Horus Harpocrate

Les ABEILLES sont aussi dans le culte Indo-Irannien de MITHRA, adoptée plus tard dans le monde Gréco-Romain. Le Dieu solaire tient une abeille dans sa bouche comme HORUS ENFANT dans sa bulle avec sa sucette au miel. Cette figure est un avatar de HARPOCRATE (Horus enfant) qui suce un baton de miel, il voyage avec une sucette de Miel dans sa bouche en compagnie d'un animal (identifié comme un chien ou un chat) avec l'aide de NEITH.

Chez les Egyptiens, la Couronne de Mélilot est reliée à la Balance de la Justice, celle qui est utilisé lors de la pesée des âmes. Plus tard, les Grecs utilisèrent la Couronne de Mélilot pour inventer la Couronne d’
ARTEMIS. C'est notre constellation CORONA BOREALIS déjà figurée sur le Zodiaque Egyptien de Denderah.

Voir : Harpocrate le Signe du Silence

Dans l'Eglise l'abeille fut associée à la cire, matière première des cierges dont la consumation exprimait la vertu christique, dans le folklore français et catalans les abeilles sont issues des larmes du Christ en croix. Dans la Bible, elle est liée au cadavre du lion, faisant ainsi de l'abeille un symbole de régénération, notion qui sera reprise sous une autre forme dans le nouveau testament.

Désormais un puissant symbole du Roi sur la RUCHE, l'abeille représente le peuple qui obéit au Roi, l'abeille est donc aussi un symbole de l'esclavage sur le peuple par une élite dominante initiée aux mystères. Tuer des ABEILLES est l'oeuvre de
SETH qui pour se venger cherche à tuer la Grande Déesse Mère et son fils.


NEITH DEESSE DE LA CHASSE

L'image de NEITH (Amazone) est largement utilisée par les mouvements féministes et les adeptes du féminin sacré, cependant elle est un avatar de la grenouille RENENUTET, c'est à dire que la grande Déesse Mère est androgyne, elle n'a pas de sexe !

La déesse NEITH-NEPHTYS (Nebt-Het ou Neb-Hout) ou HATMEHYT, était originaire de SAÏS où elle connut un culte important notamment sous la XXVIe dynastie, elle est la déesse principale et SAÏS est son lieu de culte premier car ici elle est l'origine du monde, des prêtres de SAÏS auraient confié à l'Athénien Solon (-640/-558) le secret de l'ATLANTIDE.

La ville de SAÏS était une des étapes principales des fêtes liées au couronnement ou au jubilé de Pharaon, la fête-Sed. Un autre sanctuaire est également fréquemment cité par les sources de l'Ancien Empire et du Moyen Empire : le Château de l'ABEILLE. Liée à la virginité (la pureté) l'ABEILLE est également le signe de l’initiation et des aspirations sacrées. L'ABEILLE est l’image de l’âme dévouée qui vient au monde avec le désir du bien et a envi de trouver le dieu en elle (les momies étaient comparées à des larves d’abeilles et le miel était un des composants de la momification). C’est ainsi que l'ABEILLE prend notion de retour et recommencement.

Son culte est présent dans d'autres villes. A Memphis elle reçoit le culte de " Neith au nord du Mur ", elle est associé alors à la cosmologie qui est parfois considérée comme la contrepartie féminine du Dieu PTAH (avatar de Osiris). A Esnas, elle intervient au sein d'une cosmogonie complexe elle a un rôle de parèdre de KHNOUM, le Dieu créateur et potier divin. A l'époque romaine, dans la ville de l'oasis de Kellis, elle partage le sanctuaire avec la déesse TAPSAÏS.


Neith l'Archère
Neith - Nephtys
Neith Reine des Abeilles
Neith la Déesse du Nil

NEITH est la reine de toutes les déesses. Démiurge érudite connaissant le sens et le pouvoir des mots, NEITH aurait créé le monde à l’aide de sept paroles ou de sept flèches. Métamorphosée en vache sacrée MEH OUR, elle conçoit le ciel d’où surgit la lumière. Transformée ensuite en TILAPIA (perche du Nil), son animal sacré et symbole de la résurrection, elle fait émerger des eaux chaotiques la première butte de terre, créant ainsi le sol.

L'origine de la déesse est difficile mais la traduction littérale de son nom est généralement considéré comme une " maîtresse de maison " qui a amené certains à l'identifier à tort avec la notion de« femme au foyer ». Son nom signifie très précisément, " Dame du Temple des Femmes enceintes " qui l'associe au rôle de prêtresse, comme les déesses HEKET (grenouille) et RENENUTET (serpent) dont elle est un avatar, NEITH est une prêtresse des sages-femmes et des naissances. Son rôle de prêtresse des sages-femmes est certainement mal compris dès le début, car NEITH est aussi associée à la renaissance à la résurrection.

Dans le mythe Osirien, est la fille de GEB et de NOUT, sœur d'ISIS, d'OSIRIS et de SETH dont elle est également l’épouse. Avec ISIS, elle aida à reconstituer le corps démembré de OSIRIS, elle était l'un des deux MILANS (ou oiseaux hurleurs), qui semblaient émettre des lamentations funèbres. Elle est parfois considérée dans certains mythes comme l'amante d'OSIRIS de qui elle aurait eu ANUBIS laissé dans un marrais et adopté par ISIS. Autrement ANUBIS apparaît comme le fils de BASTET ou ISIS.

Mais
NEPHTYS est dite " SANS UTERUS ", elle est non féconde par opposition à ISIS, qui représente la mère par excellence. NEPHTYS et ISIS seraient deux stades évolutifs de la même personne (ou divinité) féminine ou deux stades de la conscience féminine.


Neith - Nephtys
Nephtys sur le sarcophage de Ramsès III
XXe dynastie - Musée du Louvre

NEITH est aussi une déesse de la guerre et de la chasse et elle avait comme symbole deux flèches croisées sur un bouclier, elle est parfois représentée avec une tête de lionne comme sa mère TEFNOUT (l'eau), elle est alors la déesse de l’inondation, le nom de NEITH-NEPHTYS veut aussi dire " EAU ". Elle est aussi décrite comme une femme allaitant un bébé crocodile et elle fut nommée " la nourrice des crocodiles ", un avatar de ISIS à l'enfant.

Dans la mythologie égyptienne, cette personnification des eaux étant primordiale dans la création dans le Ogdoad, les 8 divinités adorées à Hermopolis durant l'ancien empire. Lorsqu'elle a été identifiée comme déesse de l'eau, elle fut aussi considérée comme la mère de SOBEK, le crocodile, patron des marais et protecteur de la Moyenne-Egypte, la créature dont elle est la plus fière.

Son symbole est affiché sur le dessus de sa tête dans l'art égyptien et dans sa forme comme déesse de la guerre, elle est identifiée comme une grande déesse-mère en tant que créateur. elle était un protecteur des femmes et un gardien du mariage. Les femmes royales se sont souvent nommées NEITH en son honneur.

Puis, NEITH est devenue la déesse du tissage et des arts domestiques, son nom viendrait de là car il signifie aussi " TISSERAND ", son rôle en tant que créateur avec l'eau à alors changé en rôle de divinité qui a tissé le monde sur son métier à tisser, la ville SAÏS ou était son Temple était la ville des Tisserands.


Isis et Nephtys aux deux extrémités du cadavre avec des anneaux shen
Tombeau de Siptah - XIXe dynastie - Photo : Francis Dzikowski

NEITH est aussi associée à la mort et la région de la pègre de l'horizon ouest, à la nécropole, sous la forme d'un scorpion elle protège les ouvriers. Sur le champ de bataille, elle va rendre les armes des guerriers afin de garder leur corps quand ils sont morts. Le signe des GEMEAUX est astrologiquement gouverné par la planète MERCURE, le signe peut aussi être associée à NEITH la sœur-épouse d'OSIRIS, le signe des GEMEAUX symbolise les retrouvailles du couple divin.

En association avec la mort, on dit que NEITH a tissé des bandages et des haubans portés par le momifié mort comme un cadeau pour eux. Et c'est ainsi qu'elle a commencé à être considérée comme un protecteur d'un des 4 fils d' HORUS, elle est la déesse protectrice des morts en veillant sur le sarcophage, déesse funéraire aux côtés du Babouin HÂPI, avec qui elle est associée pour protéger le vase canope contenant les poumons du défunt des mauvais esprits.


La Biche / Antilope Anuket représente la constellation Cassiopée sur le Zodiaque de Denderah

Lorsque NEITH porte la Couronne Blanche elle incarne alors la Déesse SATIS l'épouse du dieu-bélier KHNOUM vénérée aussi sous forme de BICHE / ANTILOPE, elle est associée à la déesse nubienne ANOUKIS (Anuket). On la retrouve sous une forme d'ANTILOPE sur le Disque de Denderah, elle est androgyne avec un phallus. C'est la femme enchaïnée que représente la constellation CASSIOPEE dos à dos avec le grand singe (Cepheus) au centre de la planisphère.

La déesset ISIS ou ASET (le "siège" en Grec) trouve son origine sous le nom de SATIS, épouse de Khnoum et mère d'ANOUKIS, son sanctuaire principal se trouve sur l’île Eléphantine depuis les époques les plus reculées, elle faisait monter les eaux du Nil que KHNOUM avait libérées. À partir du Nouvel Empire, SATIS est vénérée sous forme d'ANTILOPE ou de BUBALE, elle porte ainsi le même tire que l'Uræus, celui de " OEIL DE RE " qui détruit les ennemis du soleil et du pharaon.

Aux côtés de NEITH-SATIS dont elle est généralement la fille, ANOUKIS forme la triade d'ÉLEPHANTINE. Elle est alors chargée de canaliser la crue engendrée par SATIS pour éviter les trop peu et les trop plein. Parmi ses épithètes on trouve ainsi, « Celle qui nourrit les champs », « Celle qui donne la vie » ou encore « Celle qui tire en avant » (en référence à l'inondation).


Satis
Anoukis - Anuket
Aphrodite
Vénus

À l'époque ptolémaïque, NEITH- ANOUKIS fut également associée à la luxure et de la sexualité par extension de son rôle fertilisant et peut-être du fait de son nom ambigu. Elle est alors associée au coquillage CAURI dont la forme rappel celui d'un vagin, c'est l'invention de VENUS la déesse de l'amour qui très tôt est assimilée à la déesses grecques NIKE (Déesse de la Victoire) et APHRODITE, dont elle a pris un grand nombre de caractéristiques et d'attributs.

Voir : Des Poissons dans le Ciel

ANOUKIS symbolise également la Nubie, pays des sources du Nil. Elle est alors la « DAME DU SUD » et est associée aux produits précieux que les Égyptiens allaient y chercher. Son animal sacré était la GAZELLE DONCAS, nombreuses sur les bords du Nil dans la région de la première cataracte.

NEITH et ses nombreux avatars est combattante protectrice de l'Egypte est la DAME ELEPHANTINE dont le nom signifie " plus rapide qu’une flèche ", elle tient l’Egypte entre ses mains, c'est elle qui purifie Pharaon qui s'identifie à elle en prenant possession de l'Egypte. NEITH / SIRIUS est à l'origine la mère nourricière du LION et donc de , la figure au-dessus d'elle sur la planisphère de Denderah.


Neith - Astarté
par N. Poussin
Desse Artémis
l'archère
Diane la
Chasseresse
La douleur de Pénélope
(R. H.y Cromek - BnF)

Dans l'Antiquité, la mythologie s'inspire de la déesse chasseresse NEITH et de son étoile SIRIUS. La constellation CANIS MINOR est d’ailleurs nommée ARC en Chine. Dans le monde gréco-romain, il existe plusieurs versions du mythe d'ARTEMIS (la Diane des Romains) la soeur d'APOLLON avec le grand chasseur ORION.

Voir : Orion Sirius et Procyon

NEITH inspire aussi la Déesse ATHENA, une figure que l'on dit originaire de Libye. Dans l'Odyssée, PENELOPE fabrique une tapisserie destinée à envelopper le corps de son beau-père en attendant le retour d'ULYSSE pendant ses vingt années d'absence. Le nom de PENELOPE désigne une espèce de canard ou d'oie sauvage, certains auteurs en ont conclu c'était une divinité ancienne en forme d'oiseau, il était courant de donner aux femmes des noms d'oiseau.

Ces oiseaux sont sur le Zodiaque Egyptien de Denderah avec la figure du Héros HERCULE, avatar de SOMTOUS l'Egyptien, cette partie du ciel contient de nombreux oiseaux qui inspirent dans la mythologie grecque les oiseaux du lac Stymphale et le Sixième des Travaux d'Héraclès qui fut d'exterminer les innombrables oiseaux, consacrés à Arès.

Voir : Hercule et Somtous


Artémis - Diane
Skadi - Ondurdis
Athéna
Artémis - Astarté

C'est aussi une figure que l'on retrouve en Mésopotamie et chez les peuples Sémites sous plusieurs formes. La déesse NEITH est utilisée dans toutes les cultures comme un principe féminin, mais elle n'avait pas de sexe, NEITH est androgyne. Sans partenaire masculin et renferme en elle, tous les principes mâles et femelles constituant chaque élément de la nature, elle est fécondée par le verbe, et enfante le disque solaire. N'ayant pas connu de mari et asexuée, elle fut souvent décrite comme la " VIERGE DEESSE MERE ".

Parfois Lunaire, NEITH symbolise aussi la planète VENUS dans sa course, l'astre est également androgyne avec Eosphorus / Lucifer son étoile du matin et Hesperus son étoile du soir. L'image de la femme chevauchant le TAUREAU représente l'astre VENUS en TAUREAU.


Cette archère du ciel est dans de nombreuses cultures, avec des variantes. Avant la déstruction de la Mecque et de ses statues par Mahomet le prophète, la déesse NEITH était dans les représentations du culte islamiques.

De nos jours, l'Islam moderne interdit ces représentations. Elle dans une légende sous le nom de Noussayba (radiya Allahu anha). C'est une véritable héroïne, qui aurait existé ! Incroyable n'est-ce pas ! Elle s’est battue lors des batailles pour venir en aide au Prophète Mohammad.

Noussayba se convertit avant l’Hégire, et habitant à Médine, elle embrassa l’Islam sans même avoir vu le Prophète. Elle resta toujours auprès du Prophète. Elle n’hésitait pas à le questionner encore et encore, et le Prophète la tenait en grande estime.


Entre Mythe et Réalité, voila comment, NEITH se retrouve en Islam dans la légende du prophète, ou plutôt dans une période pré-islamique avant la déstruction des idoles. En Orient, les trois filles d’ALLAH sont l’évolution des épouses du Dieu sémitique NERGAL dont le symbole est un coq solaire, il est un avatar de OSIRIS, le dieu des enfers.

Ces déesses Egyptiennes, devenues dans le Coran les déesses des fameux " versets sataniques ", étaient les trois épouses de NERGAL, elles deviennent ensuite les trois filles d’ALLAH. Et puis, la Déesse mère ALAT sera masculanisée en ALLAH. La présence de ces trois divinités, très improbable dans la vallée de La Mecque, est en revanche certaine en Syrie. Dans la légende coranique, Mahomet aurait d’abord accepté l’intercession des divinités secondaires, avant de se rétracter.


LE GRAND CERF ET LA BICHETTE

Il n'y a pas de BICHE ni de CERF en Egypte, ces animaux sont des métaphores de l'ANTILOPE de la GAZELLE et du BOUC / BELIER. Il y a différents mythes de la création dans l'hindouisme. MAITRIGUPTA, était sur le point de se tuer à cause de la dispariton de SAVARIPA. C'est à ce moment que le GURU (celui qui dissipe les ténèbres) est apparu sous la forme d'un chasseur aborigène et sauvage, qui pouvait d'un seul coup et d'une seule flèche transperçer des milliers de créatures.

Dans un autrre mythe, PRAJAPATI (Brahmä) est le " Seigneur de la Génération ", le générateur de toutes les créatures, son désir est la multitude et la reproduction. L'Aitareya Brahmana raconte qu'il fût pris de désir pour sa propre fille l'aurore ROHINI qu'il approcha sous la forme d'un GRAND CERF. Terrifiée, l'Aurore se changea alors en BICHE (Gazelle ou une Chevreuil). Dans une une autre version ROHINI avait adopté la forme d'une GAZELLE et PRAJAPATI s'est transformé en CERF pour l'approcher.


Shiva Pashupati
Cernunos le Celtique
Vénus en Taureau
Prajapati

Les dieux, mécontents, voulaient punir PRAJAPATI, un groupe de dieux dont le Dieu RUDRA fait partie (c'est la deuxième facette de Shiva) ordonnent de transpercer PRAJAPATI pour le punir. En échange de ce service RUDRA demanda la souveraineté du bétail et devint PASHUPATI. Il transperça PRAJAPATI qui s'envola vers les cieux. RUDRA représente le côté le plus mystérieux du grand Dieu, il n'intervient que dans certaines incarnations (avatars de Krishna) pour rappeler à SHIVA qu'il n'y a pas de dualité en lui. Il y a égélement un homme chevauchant un DAUPHIN sur

On retrouve le pendant du mythe de PRAJAPATI et de ROHINI avec le mythe d'ORION, le chasseur légendaire et l'étoile ALDEBARAN du TAUREAU qui correspond à ROHINI (la gazelle). Elle est aussi une déesse-lune et de la fortune, épouse de SHIVA dans certains comptes, son nom est également utilisé pour l'étoile ALDEBARAN en astrologie, on peut aussi y voir le transit de VENUS dans le Taureau alors que PRAJAPATI peut être assimilé à la planète MARS le guerrier Rouge.

ROHINI a différentes formes, elle est considérée comme une incarnation de LAKSHMI, une Déesse de la beauté dont l'animal est la CHOUETTE, comme la Déesse ATHENA des Grecs. Il y a un autre mythe similaire en Inde avec SAVARIPA (ou Lubdhak) le chasseur, il est toujours accompagné de deux femmes chasseresses, les yogini PADMAVALI et JNANAVALI, alors que dans la mythologie occidentale ORION est toujours accompagné de deux chiens de chasse, CANIS MAJOR et CANIS MINOR.


Un homme sur un Poisson-Dauphin sur le Chaudron de Gundestrup et le signe du Capricorne sur le Zodiaque Egyptien

La figure Hindou de SHIVA-PASHUPATI est aussi un avatar du Celte CERMUNOS visible sur le chaudron de Gundestrup. Sur ce chaudron celtique qui est un Zodiaque, un homme chevauche un POISSON-DAUPHIN, attestant que la figure du CAPRICORNE a bien été manipulée par les grecs pour inventer le Dieu phallique PAN (Lupercus ou Priarpe).


LE BLE DE LA VIERGE

NEITH est la reine de toutes les déesses, elle est aussi ISIS, notre constellation de la VIERGE tenant un EPI DE BLE. NEITH-ISIS donnait le pain de vie aux hommes, en échange ses fidèles lui offraient des gâteaux de blé ronds. Les sacrifices avec effusion de sang étaient interdits sur les autels d'ISIS en Egypte, et de VENUS à Rome.

Ces déesses étaient les reines du ciel, les mères de miséricorde, les célestes colombes, et le sang était contraire à leur caractère doux et miséricordieux. C'est pour cela qu'on leur offrait des gâteaux de blé. Symboliquement, avec la modification du culte, cette HOSTIE, gâteau de blé devenu païen, sacrifice non sanglant, place les fidèles dans la communion des abominations de la grande Babylone qui commence dès l'Egypte avec les envahisseurs.




Clément d'Alexandrie, chrétien du IIe siècle, était déjà convaincu que les rites égyptiens étaient des copies perverties du vrai culte voulu par Dieu. Le culte de ISIS-NEITH se répandit dans les contrées de Grèce et de Rome et les prêtres païens récupérèrent son culte pour l'associer au culte de la déesse CERES (latin) ou la DEMETER dans la mythologie grecque.

CERES était adorée comme la mère du blé, qui l'avait donné aux hommes. L'enfant de s'appelait HE-SIRI, " la semence ", avatar de l'Egyptien HORUS.Le culte de CERES est la copie conforme du culte du BAAL assyrien dont le nom voulait aussi dire " Le Fils " et " le Blé ". Les non-initiés adoraient CERES pour le blé matériel, mais les initiés savaient que le vrai culte secret était lié au blé mystique, pain de Dieu.

Les juifs avaient reçu la manne dans le désert, ils l'appelaient le Pain de Dieu, mais les prêtres babyloniens reproduisaient ces croyances à leur façon, inspirés par le dragon ancien. Les déesses
CERES et DEMETER sont copiée sur ISIS (Aset) l'Egyptienne avec son Epi de blé à la main, elle est SALA dans l'annunaki, etc.. C'est notre actuelle constellation VIRGO et son origine remonte à l'Egypte antique.

Voir : La Vierge et les Centaures


NEITH ET LES POISSONS

La déesse Egyptienne HATMEHYT est attestée depuis la IVe dynastie, elle est l'épouse du Dieu bélier de Mendès BANEDBJEDET un aspect de KNHOUM, ils constituent à la Basse Époque la triade avec le fils HARPOCRATE (Horus enfant) et son signe du silence. Ces figures sont sur le disque de Denderah, non loin de HERCULE et des oiseaus. Nous constatons aussi que l'un des HORUS chevauche un POISSON-CAPRICORNE.


La Déesse Hatmehyt non identifiée est certainement un Dauphin

HATMEHYT serait la grande ABDW POISSON, la Reine de l'Océan, la Déesse symbolise la renaissance, dans l'eau elle serait le DAUPHIN et le TILAPIA, un poisson d'eau douce de la famille des CARPES originaire d'Afrique, le TILAPIA symbolise aussi la renaissance car la femelle avale ses petits pour les protéger puis elle recrache sa progéniture. Elle pourrait aussi être un élément du CAPRICORNE ou du POISSON AUSTRAL. Cependant la grande ABDW reste non identifiable.

NEITH-HATMEHYT aurait participé à la recherche des morceaux d’OSIRIS, la figure a été absorbée par ISIS dans le temps. Son nom peut être traduit comme « celle qui est en face des poissons » ou « Tout d'abord des poissons ». Cela pourrait soit indiquer qu'elle est le signe le plus important des différents POISSONS du ciel. C'est l'origine de la SIRENE mythologique.

On retrouve NEITH chez le peuple Dogon du Mali dans la légende de DANA TOLO (ou Sigi Tolo) la " Grande Dame " avatar de SIRIUS et son compagnon PÔ TOLO (ou Po-Digitaria). SIGI TOLO et PÔ TOLO pourraient être des avatars de la VIERGE à l'enfant sous sa forme de POISSON. Les NOMMO sont les premiers êtres créés par Amma, et ils sont des créatures célestes amphibies, des Hommes-Poisson.

Voir : Des Poissons dans le Ciel


NEITH ET OUAPOUAOUT

Quand le petit chien OUPOUAOUT est appelé le " FILS D'ISIS " il est ainsi identifié comme HORUS, mais il a également été considéré comme le petit-fils de SHOU (l'air) et de NOUT, la belle-mère d'ANUBIS, selon la tradition héliopolitaine. OUPOUAOUT a été généralement représenté en gris ou gris-blanc de fourrure, attestant de son origine de LOUP.

La figure de OUPOUAOUT est aussi celle de HAROERIS (Horus le Grand ou Horus l’ancien) un dieu faucon guerrier et purificateur différent des autres car il est fils des Dieux et non pas un titre de noblesse pour un Pharaon sur Terre. C'est un HORUS adulte, ouvreur de chemin (vers la lumière) et vengeur !


Pendant le voyage nocturne du soleil la barque est tirée par quatre chacals sous lesquels quatre divinités cobras lèvent les bras en signe d'adoration. Rê est assis au milieu de la barque. Derrière la barque, la déesse Bastet. découpe le serpent dont le corps est transpercé de nombreux couteaux. (Papyrus d'Hérouben - XXI° dynastie - Vers 900 av.J.-C - Musée du Caire)

OUPOUAOUT est aussi chargé de protéger la TERRE SACREE (ta-djéser), en compagnie de son comparse ANUBIS, avec lequel il partage l’apparence de pseudo-chacal et auquel il s’assimile au cours des âges. SED(Y) / OUPOUAOUT ouvre la porte et montre le chemin, il protège la barque SOLAIRE du serpent APOPHIS pour le retour de / SOLEIL, il est guidé par la déesse NEITH.

Dans le texte des Pyramides (1099 c (N.870) un passage du verset osirien 482, montre le pharaon vengé, tel OSIRIS, conduit au ciel par HORUS. Il est transformé en OUPOUAOUT afin d'exprimer le caractère irrésistible et victorieux de cette montée aux cieux. OUPOUAOUT est mis ici en parallèle avec HORUS en tant que « fils du Grand » (c'est-à- dire fils ainé d'Osiris), assimilé au pharaon défunt. Il a la charge d'ouvrir le flot (ou fluide) vital d'OSIRIS, source de résurrection. OUPOUAOUT fut détrôné, à partir de la période thinite (-3000 à -2700 ) par des divinités plus sophistiquées, tel HORUS.

Voir : Le Secret des Chiens


LA FÊTE DES LUMIERES

En Egypte, la grande fête nommée FÊTE DES LAMPES a lieu chaque année en l'honneur de NEITH, selon l'historien Grec Hérodote, ses dévots ont alors brûlés une multitude de feux en plein air durant toute la nuit au cours de la célébration. Cette fête est celle du solstice d’hiver où la nuit est la plus longue de l’année.

Cette célébration est similaire à la fête des lumières DIVALI dans le monde indien, la fête juive de l'HANOUCCA et la FÊTE DES LUMIERES où l'on vénère la VIERGE MARIE. Le Solstice d'hiver et rituel associé marque le triomphe de la lumière sur les ténèbres.


AMAZONES ET WALKYRIES

La déesse NEITH triant une flèche dans le ciel le sein dénudé a de nombreux avatars. Le thème de l'Amazone apparaît couramment dans l'art grec. Elles sont représentées portant des tuniques courtes, à l'instar d'Artémis, ou encore avec des pantalons bouffants asiatiques. Souvent, un sein est dénudé. Le combat d'HERACLES contre les Amazones est l'un des thèmes les plus populaires de la peinture sur vases attique à figures noires


Une Walkyries redonne le soufle de vie à un guerrier tombé sur le champs de bataille

Les VALKYRIES ou WALKYRIES, dans la mythologie nordique, sont des vierges guerrières, des divinités mineures dites dises qui servaient Odin, maître des dieux. Elle sont aussi qualifiées d’Óðins meyjar (« vierges d'Odin »). Les VALKYRIES, revêtues d’une armure, volaient, dirigeaient les batailles, distribuaient la mort parmi les guerriers et emmenaient l’âme des héros au valhalla, le grand palais d’Odin, afin qu'ils deviennent des einherjar.

Ces héroïnes sont destinées à se battre aux côtés d'Odin à la venue du Ragnarök. Elles sont à l'image de ces femmes guerrières, les Skjaldmös que content les sagas nordiques. L'étymologie de leur nom provient du vieux norrois valkyrja (pluriel : valkyrur), des mots val (abattre) et kyrja (choisir) (littéralement, « qui choisit les abattus »). Elles avaient le pouvoir de redonner le soufle de vie aux guerriers morts au combat, à condition que la bléssure n'endommage pas un organe vital.


LES DEUX DEESSES SEMITIQUES

Les légende récentes racontent l'histoire du monde et la création de nouvelles figures fantaisistes à partir des anciens Dieux pour la création d'un nouveau culte et la déstruction des anciennes figures. C'est ainsi que NEITH contribua au mythe Osirien, jugeant le combat mythique d’HORUS contre SETH, elle proposa de nommer HORUS roi du monde végétal, et SETH roi du monde désertique. Pour rester juste et ne pas favoriser HORUS, elle proposa de donner au dieu SETH (les envahisseurs de l'Est) deux déesses ANAT et ASTARTE.

C'est une fusion historique avec les déesses sémitiques, elles sont importées en Egypte à partir des régions asiatiques (Canaan, Syrie) où ANAT y était la sœur-épouse du dieu BAAL, elle est aussi appelée " La Dame de la Montagne ". ASTARTE (ou ASHERAT) est une figure de la prostituée ISHTAR / LILITH, la femme écarlate. ANAT était la divinité de qui dépendait principalement le dieu de l'orage et de l'atmosphère désigné dans les textes de Ras-Shamra par le nom ALIYAM-BAAL.


Anat - Astarté
Alat pré-islamique
Astarté - Ashera - Inanna
Anat-Astarté Egyptienne

L'entité ANAT était confondue avec ASTARTE, équivalente elle-même à l'ASHTAROTH sémitique, déesse guerrière, contrepartie de ASHERAT (INANNA) la syrienne. ANAT est confondue avec YAHOU et est l'épouse de YAHVE, chez les arabes elle est ALAT parèdre de ALLAH, et elle pourrait être la SAINTE-ANNE de l'église, lc'est à dire la mère de Marie, un avatar de l'Egyptienne HATHOR.

Au temps du Nouvel Empire égyptien, alors que les influences sémitiques se faisaient fortement sentir, ANAT devint la divinité composite ANTA, " Maîtresse du Ciel " et " Patronne des cieux ", fille de PTAH, ou encore de RA, le maître de l'univers ; comme Déesse-Mère, elle était souvent identifié à ISIS et à HATHOR, ainsi qu'à la lionne SEKHMET, épouse du dieu PTHA. Ces deux Déesse sémitiques gardèrent toute deux la possession partagée d'un même rôle où se combinaient la fécondité et la guerre.




Ces figures sémitiques représentent l'étoile ALRISHA (Mothallah) au sommet de la constellation des Poissons, le DELTA Egyptien (Deltotum). C'est une montagne à franchir car dans la course du Soleil, le TRIANGLE dépasse de l'écliptique et semble sortir de l'eau.

ALRISHA est une etoile double, dans la nouvelle religion de l'âge des POISSONS, le sommet du TRIANGLE représente le trône, c'est de cette position sur l'écliptique que l'on peut voir la constellation de la BALEINE (Cetus) juste au-dessus, que les Grecs identifient comme un monstre marin.

Voir : Lilith la Fille en Rouge / Secret des Triangles

C'est une manipulation du ciel et cela ne correspond en rien au culte ancien de l'Egypte. Comme le prouve les autres manipulations du ciel, on a retiré NEITH - ISIS du ciel et on a transformé la soeur et l'épouse en prostituée de Babylone. En mésopotamie elle est restée ISHTAR jusqu'à ce que les Grecs changent son nom pour APHRODITE.

Plus tard, les Romains parlait d'elle en latin, d'abord comme
LIBERTAS et puis comme VENUS quand ils ont accepté les doctrines de liberté. La déesse de l'amour est une prostituée, c'est la fille en rouge, la femme écarlate. La statue de la Liberté est un avatar de LIBERTAS.


LE ROI DAVID REINE DES ABEILLES

La constellation CANIS MAJOR et son étoile SIRIUS fût aussi représentée sous les traits du ROI DAVID par Julius Schiller dans son Coelum Stellatum Christianum, daté de 1627. Le vieux bonhomme avait un Archet et jouait d'un instrument de musique, il est parfois représenté avec une LYRE, il prend ainsi les caractéristique de la Déesse NEITH-HATHOR, son archet remplace l'arc de NEITH, mais sans la flèche.

Dans la religion juive, DAVID est devenu roi en faisant une alliance avec JONATHAN. Le texte biblique ne présente pas explicitement la nature de la relation entre les deux hommes. L'interprétation religieuse traditionnelle et dominante de la relation a été l'un des l'amour platonique et un exemple de homosocialité. Certaines littératures médiévales et de la Renaissance impliquent un amour romantique.


Constellation du Roi David
par Julius Schiller
Le Roi David
joue de la Harpe
Le Roi David aime Jonathan
(La Somme le Roy British Museum)

La chercheuse Susan Ackerman estime qu'il y a dans la Bible un langage hautement érotisé présent dans six sections différentes dans de Bible hébraïque en ce qui concerne la relation de DAVID et JONATHAN. Elle identifie l'exemple le plus important étant la dernière (la chanson de l'Arc) en raison de l'affirmation de David que l'amour de Jonathan pour David " était plus beau que l'amour des femmes ". Voilà qui en dit long sur la nature du culte judéo-Chrétien-Illuminati, finalement la tentative de remplacement va échouer et la constellation restera un chien de chasse d'ORION.

Les peuples ayant précédé Israël semblent avoir pratiqué la prostitution féminine et masculine rituelle au service de BAAL (le seigneur) et d'ASTARTE (Ashtarot en hébreu ) la femme transformée en prostituée. Pourtant la Bible condamne les pratiques idolâtres et Babylone est qualifiée de "prostituée".

Sous le règne de Roboam, fils de Salomon, les textes rapportent que la prostitution masculine était officielle dans le pays, la condamnation de ces pratiques idolâtres intègre celle de l'homosexualité. D’après la Torah, l’homosexualité est une déviation grave, le passage à l’acte étant une abomination, « Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination ».

Cet interdit est accompagné d’un énoncé de la sanction deux chapitre plus loin « Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable, ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux » (Lévitique). Ce passage ne semble concerner que les relations entre hommes, aucune mention n'est faite aux femmes. En dehors de cette source unique, les textes n’abordent jamais la question des rapports homosexuels.


LE TEMPLE DE SAÏS

La Ville de Saïs et le Voile d'Isis

La ville de SAÏS (Sa ou Saou ou Zau) ou SAU en ancien égyptien , se situait sur la branche canopique du Nil dans le delta occidental. Elle est identifiée de nos jours au site du village de Sa el-Hagar. La ville est connue dès le début de l'histoire égyptienne, on a retrouvé des étiquettes en bois liées au Roi AHA (v.-3080 / -3055) mentionnant la cité et son culte dédié à la Déesse NEITH. Cependant l'ascension politique de la ville fut tardive. Il n'y a plus aucune trace de la cité avant la fin du Nouvel Empire (vers -1100).

Avec l'arrivée d'Alexandre le Grand et des Macédoniens, la création de la ville d'Alexandrie en -332 marque le déclin de SAÏS, la privant peu à peu de ses débouchés commerciaux. L'antique cité garde cependant son prestige et devient un véritable lieu de pèlerinage pour les philosophes, les penseurs et autres savants d'un monde désormais tourné vers la Méditerranée et l'Occident.

Outre ses écoles et ses bibliothèques abritées dans ses sanctuaires, la ville avait aussi un temple d'ISIS. C'est dans ce temple que le grec Plutarque (40/120) indique que sur le tombeau d'ISIS on trouve l'inscription à l'origine de la légende du Voile d'ISIS : « Je suis tout ce qui fut, ce qui est, ce qui sera et aucun mortel n’a encore osé soulever mon voile. »


Devise sur la statue de la déesse Isis voilée (National Historic West Branch, Iowa)

Il est difficile de diférencier la partie historique du culte, car les hommes prennent le titre des Dieux. Dans le récit historique, il est dit qu'une reine du nom de ISIS récupére la propriété de l'Amenptah (l'Egypte), à la mort de Roi PTAH-OSIRIS qu’elle a confié ensuite à son fils HORUS après le grand cataclysme et la guerre avec un SETH (un envahisseur) qui provoqua la destruction de l'Amenptah. Les rescapés auraient fui en dehors de l'Egypte et propagé l'ancien culte, c'est l'origine du mythe de l'ATLANTIDE.

La Déesse NEITH était à la tête d'une véritable famille divine à SAÏS. En tant que mère primordiale elle était la matrice dans laquelle le dieu lui-même se conçut et ainsi occupait la place du démiurge que l'on retrouve dans la plupart des systèmes théologiques du pays. Elle prenait alors la forme d'une vache divine avatar de HATHOR qui recevait un culte particulier à SAÏS même.

Le Grec Hérodote nous a peut-être laissé un témoignage lorsqu'il affirme avoir vu dans le palais royal d'Amasis une salle dans laquelle était exposée à la vue de tous une statue en bois à l'image d'une vache couchée dont la tête dorée portait des cornes enserrant un disque en or représentant le soleil. On reconnaît dans cette dernière description la coiffe traditionnelle des déesses égyptiennes, portée par HATHOR ou ISIS, avec lesquelles NEITH se confondait à SAÏS. D'autres dieux formaient le panthéon qui accompagnait la déesse et possédaient leur sanctuaire dans la ville même.

Dans sanctuaire principal de la ville, on peut y reconnaître les éléments principaux figurant déjà dans les représentations des premières dynasties. Ici aussi on peut restituer un temple de Basse-Égypte, le Per-Nou, dont le détail précise que la façade était décorée de motifs géométriques et le toit voûté. Cette chapelle archaïque est placée au centre d'une enceinte rectangulaire dont l'entrée est ornée des deux pavois ou enseignes. Au milieu de la cour se trouvent deux autres enseignes portant le symbole de la déesse NEITH formé d'un bouclier traversé par deux flèches.


Obélisque d'Apriès à Rome provenant
du temple de Neith de Saïs
Plan des ruines de Saïs relevé par
Champollion au XIXe siècle
Statue de Ouah-Ib-Rê Mery-Neith
XXVIe dynastie - Musée de Naples

On sait que cette période de l'histoire du pays voit un retour aux sources dans l'ensemble des arts et de la pensée religieuse. Cette renaissance voulue par la dynastie régnante issue de SAÏS même puisait son inspiration dans les hautes époques considérées alors comme un âge d'or. Les prêtres de NEITH depuis leur antique sanctuaire étaient probablement les premiers fervents de cette politique. De nombreux savants grecs venaient rencontrer les prêtres de la déesse première étape d’un pèlerinage intellectuel qui devait les mener vers les grands centres religieux d’Héliopolis et de Memphis.

Du temple même de NEITH il n'existe plus rien, un obélisque qui l'ornaient est dressé par Apriès aujourd'hui visible à Rome et deux autres fragmentaires qui ont été reconstitués en un seul monument aujourd'hui visible à Urbino. Un fragment de naos conservé au musée royal d'art ancien à Bruxelles datant de la même époque pourrait être le seul vestige du sanctuaire de la déesse à moins qu'il ne provienne d'un autre temple de la cité.

La statue naophore d'Oudjahorresné est conservée aujourd'hui au musée du Vatican à Rome. Ce dignitaire et prêtre de NEITH à SAÏS à la fin de la XXVIe dynastie, vécut la première invasion perse et nous a livré sur sa statue une autobiographie décrivant les monuments de la cité et priant son nouveau maître Cambyse d'ordonner la restauration des sanctuaires de la cité. Nul doute que cette statue était placée au cœur même du temple.

Au Ier siècle avant notre ère, Strabon cite Saïs dans son ouvrage qu’il réalisa lors de son voyage en Égypte en compagnie des troupes romaines qui prirent possession du Double Pays à la suite de la victoire d’Octave sur les troupes de Marc Antoine et de Cléopâtre. Il ne s’attarde pas à décrire la ville se contentant de confirmer l’existence du tombeau de Psammétique Ier dans le grand temple de NEITH et mentionne le tombeau d’OSIRIS qu’il nomme « Asylòn ».

Dérrière le Temple, le lac sacré aurait été un endroit où les rituels étaient réalisés, il a également fourni l'eau pour le lavage dans le temple. Nous savons que le lac existait car Hérodote a vu la cérémonie des lampes allumées sur le lac, il y a aussi une statue de l'homme qui a construit le lac sur le site, il nous donne une indication de sa taille et l'emplacement exacts que l'on peut voire sur le dessin de Champollion.



SOURCES ET LIENS 





© 2002 / 2014 - SecreteBase - Tous droits réservés