LA CONSTELLATION D'ORION
Le Mystère d'Orion

ORION LE GRAND COSMIQUE

ORION n’est pas une constellation quelconque, les sept étoiles les plus brillantes forment un homme ou un nœud papillon (ou un sablier) facilement identifiable. Quatre étoiles très brillantes forment un rectangle caractéristique au milieu duquel se trouve un alignement de trois autres étoiles, les " ROIS MAGES ", qui constituent une signature remarquable. La constellation ORION a la particularité d'être visible depuis les deux hémisphères, est c'est certainement la raison de son importance dans le ciel.




Le géant ORION ne fait pas partie des 12 constellations du Zodiaque, mais il touche le cercle, comme si la figure marchait à proximité, la figure semble marcher sur l'eau et traverser le fleuve de la constellation ÉRIDAN (Eridanus) qui doit son nom à un fleuve de la mythologie grecque. A gauche d'ORION il y a un grand ruban pâle qui monte dans le ciel, c'est la Voie Lactée, notre galaxie, un autre fleuve dans le ciel.

ORION est utilisé dans toutes les cultures car elle fait partie des rares constellations immédiatement reconnaissables par leur forme, elle a aussi la particularité d'être visible depuis les deux hémisphères de la terre. ORION se trouve à la croisée de la colure des solstices et de l'équateur céleste, cette position remarquable dans le ciel met en évidence l'ancien SOLSTICE d'HIVER désormais dans les GEMEAUX pour notre époque actuelle, cela à cause de la précession des Equinoxes.


Les directions de Orion
Orion sur l'Equateur céleste

Le culte Egyptien est difficile à comprendre car il est remodelé plusieurs fois, les anciens utilisent le Soleil pendant la journée, l'année, mais aussi sa course dans la Grande Année Cosmique de 26 000 ans. Pendant un SOLSTICE, le Soleil ne changeait presque pas sa position pendant 40 jours. Ainsi le dieu HORUS se bat pendant 40 jours en enfer contre son oncle SETH, tout comme JESUS se bat pendant 40 jours dans le désert contre SATAN avatar du Dieu Egyptien SETH (Sata).

C'est le combat du jour contre la nuit, dans la journée le Soleil se leve à l'HORUS-ZON le jour, et se couche au SUN-SETH la nuit. A ce moment là, OSIRIS est aveugle, son ancien nom AUSAR (Azar ou Asar) est phonétiquement très proche du personnage de LAZARE de la Bible.


SAH ET KENEMET

A l'époque archaïque de l'Egypte, la constellation ORION est identifiée comme étant SAH (ou Sahu) sa forme est identique, c'est un homme marchant à l'horizon. En tant que dieu du ciel, SAH a été connecté avec le dieu SOPDOU, également une personnification de la constellation d'ORION. Selon les Textes des Pyramides, HORUS-SOPDOU est le fruit d'OSIRIS-SAH et ISIS-SOPDET.

SAH est appelé " père des dieux " très probablement parce que ORION précède SIRIUS et le lever héliaque qui marque le début de l'année égyptienne, il est le fils de RE (le Soleil) et de NOUT (la Voie Lactée). SAH préside donc au cours du cycle des festivals tout au long de l'année à travers laquelle les dieux se manifestent, ORION et SIRIUS sont donc étroitement en relation avec OSIRIS et ISIS.




Selon d'anciens mythes égyptiens, SAH a été avalé par la pègre à l'aube, mais ressuscité tous les soirs. De toute évidence, il a été associé à OSIRIS parce que chaque année SIRIUS apparut de nouveau après une absence de soixante-dix jours juste avant l'inondation du Nil, cela a été associé à la résurrection d'OSIRIS. Cette association a été renforcée par l'association de SOPDET avec la déesse ISIS, l'épouse d'OSIRIS, cependant, les textes des pyramides suggèrent que SAH était le père des dieux mais affirment que sa femme SOPDET était la fille d'OSIRIS. Il y a des confusions entre les signes et les Rois divinisés en OSIRIS.


Reconstitution du ciel Egyptien à partir des fresques sur les tombes (-1500 circa) et l'Atlas moderne

Dans le ciel égyptien, juste à côté de SAH nous avons KENEMET et le TRIANGLE, cet ensemble forme aujourd'hui notre constellation du GRAND CHIEN après avoir été une archère. L'étoile SIRIUS est le point reliant les deux anciennes constellations. La figure de KENEMET est souvent associée à la déesse mère égyptienne du début, dont le symbole a été un SINGE. Elle a ensuite été remplacé par MOUT (la mère), la Reine NEFERTITI sera parfois assimilée à la Déesse en tant que mère de l'Egypte.


Reconstitution du ciel Egyptien à partir des fresques sur les tombes (-1500 circa) et l'Atlas moderne Occidental

En comparaison avec les Atlas du ciel, la figure de SAH n'est pas identique au grand chasseur que l'on connait aujourd'hui, nous constatons que l'emplacement de la constellation a été décalée, l'ancienne constelaltion était bien plus grande que notre actuel ORION, avec LEPUS (le lièvre) au centre de la figure. Si on représente parfois KENEMET comme une porte (quand la constallation se lève on dirait une porte) elle n'était absolument pas un chien. SAH est un gardien de troupeau, un berger, une autre constellation figure la bergerie maintenant dans la gueule de notre monstre marin : la Baleine (Cetus).

La constellation du Taureau représente une machoire. Il n'y a rien d'autre à ajouter dans cette zone du ciel. Le ciel des arabes et des Perses est identique au notre, ORION est un chasseur enturbanné. Dans la védique indienne, le chasseur KALPURUSH capture un fauve, chez les scandinaves c'est un pêcheur, chez les Roumains c'est une charrue, les Aztèques voyait dans ses étoiles un bâton à feu.


ORION ET SIRIUS

Le Mystère du Grand Chasseur dans le Zoo du Ciel

ORION est le plus grand personnage du disque, les Arabes le nommèrent Al-jabbar, le " Géant ". ORION semble chasser la constellation du TAUREAU (dans le cercle du Zodiaque) qui le regarde en fuyant. Il est accompagné d'un petit animal que l'on a longtemps confondu avec une OIE ou un CANARD, c'est l'actuelle constellation LEPUS (le Lièvre), mais l'origine de l'animal reste indéterminé et il pourrait être un petit CHAT, un CHIEN ou un KANGOUROU de petite taille ou encore un FOURMILLIER Egyptien, avatar du Dieu SETH.

Cette zone du ciel semble indiquer une traversée des eaux et un passage où un changement, ce qu'indique la constellation ÉRIDAN (Eridanus) qui doit son nom à un fleuve de la mythologie grecque, elle est située aux abords d'ORION, du TAUREAU et de l'HYDRE MÂLE.




Selon certains Égyptologues, ORION est aussi appelé SAH ou SAHOU (Sahu, Saah or Sahpar) par les anciens Egyptiens et il était identifié soit à ATOUM, soit à OSIRIS ou encore à ONOURI-ANHOUR. Le nom de SAHOU est mentionné plusieurs fois dans le Livre des Morts et plus fréquement dans les Textes des Pyramides, les plus anciens écrits religieux connus à ce jour. Du mot SAH pour la constellation d'ORION dérivent Sahara ou Sah-Hor-Râ, « Orion-Horus-Soleil », Sah-Ka-Râ, la célèbre pyramide de Memphis, « Orion-Cœur-du-Soleil ».

" C'est le sang qui sortit du phallus de RA lorsqu'il fut entraîné à se mutiler lui-même, il s'en est formé des Dieux qui font escorte à RA, ce sont HOU et SAOU qui font escorte à leur Père TOUM chaque jour ". (Livre des Mort - 1.23-24).

SAHOU était considéré comme le souverain des étoiles dont il ordonnait la course dans le ciel nocturne. SAHOU est l'âme-Bâ d'OSIRIS ou lui-même selon les différentes traditions. Plusieurs chapitres des Textes des Sarcophages sont consacrés à cette constellation. Le chapitre 227 permet au défunt de se transformer en successeur d'OSIRIS. Le défunt, après avoir affirmé qu'il est OSIRIS, enchaîne en parlant d'ORION (Traduction de Paul Barguet) :

« Je suis Orion, celui qui a atteint son Double-Pays, celui qui navigue à l'avant de l'armature du ciel (les étoiles) dans le corps de sa mère Nout ; elle a été grosse de moi selon son désir, et elle m'a enfanté la joie au cœur. »


Sirius et Orion (XVIIIe dynastie, d'après Brugsch)

Vers 1850, l'égyptologue allemand Brugsch indique que les tableaux astronomiques représentent les deux étoiles divines à côté l'une de l'autre. SAHOU-ORION est un homme debout dans une barque, il flotte devant ISIS-SOTHIS (la vache Sopdet / Hathor notre actuelle Licorne) qui est debout dans une autre barque lorsqu'elle a la figure d'une femme, mais se tient couchée lorsqu'elle a la figure d'une vache, elle rayonne au ciel comme princesse (Hiqou) des astres (kitabisou) et protège son frère SAHOU-OSIRIS sur sa route au firmament, sortant avec lui de sa maison chaque 10 jours (Brugsch, astronomische P. 109).




On concidère généralement que ORION à une forme du Dieu OSIRIS. Avec son étoile BELTEGEUSE, il forme le GRAND G dans le TRIANGLE d''hiver avec un HORUS (Ouapouaout) et la vache SOPDET avatar de HATHOR. Mais si historiquement ISIS est associée à l'étoile SIRIUS avec OSIRIS (Ausar) à ORION et HORUS à la mystérieuse " Etoile flamboyante " ou au SOLEIL levant, ce n'est pas l'avis de tous !

Selon les anciens Egyptiens, dans le TRIANGLE D'HIVER c'est SOPDET qui est la mère. Sur le disque Egpytien nous constatons que CANIS MAJOR représente bien la déesse NEITH - SOTHIS avec son étoile SIRIUS, l'astre le plus brillant du ciel en dehors des éléments du système solaire. NEITH est identifiée comme étant la mère nourricière du LION juste au-dessus.

SOPDET et ensuite ISIS (Aset), n'ont jamais été représenté sous la forme d'un chien à l'époque de l'ancienne Égypte. La constellation de la vache SOPDET et la constellation de NEITH - SOTIS l'archère étaient très voisines et il y a plusieurs confusions entre les signes pendant les reforges du ciel. Les deux figures se confondent , il s'agit certainement de la même personne, SOTIS est une jeune fille tandis que SOPDET - HATHOR est une vache couchée sur sa barque, ce symbole de la vache est beaucoup plus maternelle et représente la mère nourricière, c'est notre actuelle constellation de la LICORNE.

SIRIUS est l'étoile la plus brillante du ciel, voilà pourquoi en Egypte SOPDET - SOTHIS est représenté avec une étoile au-dessus de sa tête. Avec le cycle de la précession des équinoxes, les constellations vues de la Terre s'étaient décalées. Le ciel grec n’étant plus comparable au ciel égyptien avec le basculement de l'axe oblique de la Terre, Claude Ptolémée a jugé nécessaire de l'adapter à son époque. C'est ainsi qu'il remplaça la déesse NEITH l'archère par le chien CANIS MAJOR.


Le Triangle d'Hiver dans le Grand G cosmique d'Orion utilise Canis Major / Neith pour figurer la Mère d'un Horus

L'étoile SIRIUS-NEITH peut alors se référer à une des trois pointes de ce TRIANGLE dans le GRAND G qu'elle forme avec les étoiles BETELGUEUSE et RIGEL, SIRIUS ayant un rôle plus important car ce triangle équilatéral pointe vers elle. ORION est le dieu en léthargie ; trois étoiles forment son phallus (vues actuellement comme sa ceinture) pointant vers la constellation CANIS MAJOR.

Il s'agit bien de TRINITE, mais les symboles sont considérés d'une toute autre façon, HORUS étant la alors projection de « L'ETOILE DU CHIEN ». Il y a eu une confusion entre la Déesse NEITH - AKHET et la vache SOPDET-HATHOR juste avant le LOTUS (un rouleau de papyrusse) et ORION, la vache maternelle est notre actuelle LICORNE et elle n'est pas SIRIUS.




Dans cette TRINITE du Triangle d'hiver, OSIRIS assimilé à la constellation d'ORION transmet son essence stellaire à HORUS à travers NEITH-ISIS et l'étoile SIRIUS. Il est dit que pour les Égyptiens, celui-ci est ISIS sous la forme d'un oiseau, le milan, qui porte en son sein son successeur, celui qui combat efficacement pour restaurer son père dans sa vie et ses fonctions royales, HORUS-SOPED assimilé alors à SIRIUS. Mais comme nous pouvons le voir sur le Zodiaque Egyptien, SIRIUS est représentée par la Déesse NEITH avec son arc, il y a donc un formidable mélange des signes.


Neith l'Archère
Neith / Nut / Nit
Neith Reine des Abeilles
Neith la Déesse du Nil

La déesse NEITH était originaire de SAÏS où elle connut un culte important notamment sous la XXVIe dynastie, elle est la déesse principale et SAÏS est son lieu de culte premier car ici elle est l'origine du monde, des prêtres de SAÏS auraient confié à l'Athénien Solon (-640/-558) le secret de l'ATLANTIDE. NEITH était une déesse de la guerre et de la chasse et elle avait comme symbole, 2 flèches croisées sur un bouclier, parfois représentée avec une tête de lionne comme sa mère TEFNOUT (l'eau), elle est la déesse de l’inondation.

Voir : La Déesse Neith

SIRIUS participe aussi à la momification des Egyptiens. Une période de 70 jours couvre toute la durée de la momification, elle sépare la mort de la mise au tombeau. C'est une durée rituelle qui est correspond à la disparition des Étoiles Infatigables, astres qui s'absentent périodiquement du ciel nocturne égyptien car alignées avec la Terre et le Soleil et qui sont assimilés à des entités revenant sans cesse à la vie.

Parmi ces astres, c'est l'étoile SIRIUS (ou Sothis) qui est choisie pour servir d'étalon. Sa réapparition (le lever héliaque), phénomène astronomique annuel, signale la nouvelle année (ouep renpet) marquée notamment par la crue du Nil. Les Égyptiens appliquent ainsi un cycle temporel à leurs morts pour s'assurer de leur résurrection. Il fallait donc 70 jours de travail pour arriver à un résultat parfait, c'est-à-dire pour que le corps du défunt devienne le réceptacle incorruptible de son âme.


Cette archère du ciel est dans de nombreuses cultures, avec des variantes. Avant la déstruction de la Mecque et de ses statues par Mahomet le prophète, la déesse NEITH était dans les représentations du culte islamiques.

De nos jours, l'Islam moderne interdit ces représentations. Elle dans une légende sous le nom de Noussayba (radiya Allahu anha). C'est une véritable héroïne, qui aurait existé ! Incroyable n'est-ce pas ! Elle s’est battue lors des batailles pour venir en aide au Prophète Mohammad.

Noussayba se convertit avant l’Hégire, et habitant à Médine, elle embrassa l’Islam sans même avoir vu le Prophète. Elle resta toujours auprès du Prophète. Elle n’hésitait pas à le questionner encore et encore, et le Prophète la tenait en grande estime.


Entre Mythe et Réalité, voila comment, NEITH se retrouve en Islam dans la légende du prophète, ou plutôt dans une période pré-islamique avant la déstruction des idoles. En Orient, les trois filles d’ALLAH sont l’évolution des épouses du Dieu sémitique NERGAL dont le symbole est un coq solaire, il est un avatar de OSIRIS, le dieu des enfers.

Ces déesses Egyptiennes, devenues dans le Coran les déesses des fameux " versets sataniques ", étaient les trois épouses de NERGAL, elles deviennent ensuite les trois filles d’ALLAH. Et puis, la Déesse mère ALAT sera masculanisée en ALLAH. La présence de ces trois divinités, très improbable dans la vallée de La Mecque, est en revanche certaine en Syrie. Dans la légende coranique, Mahomet aurait d’abord accepté l’intercession des divinités secondaires, avant de se rétracter.


SHEN LE MOUTON

En Mésopotamie, chez les Sumériens, ORION était Siba-Zi-An-Na, le “ berger authentique des cieux ”, il semble avoir été l’esprit immortel du défunt TAMMUZ. Les Sumériens y voyaient un MOUTON, il a été également avancé que le nom de la constellation dérive de l'akkadien "Uru-anna", la lumière des cieux.

En Chine, ORION est connu sous le nom de SHEN, ce qui signifie littéralement le chiffre trois. Pour l'ethnie amérindienne des Lacandons, les quatre (où trois) étoiles principales du Baudrier d'Orion constituent la constellation du pécari à collier (k'éékèn). D'autres civilisations y voient une tortue, une pieuvre, un Cayman ou simplement des étoiles individuelles.

Dès l'épopée homérique, ORION est mentionné à la fois comme héros des temps anciens et comme constellation, il est dans les Odes d'Horace, les phénomènes d'Aratus de Soles et l’Énéide de Virgile. ORION est aussi citée dans la Bible, dans les livres de Job, les étoiles du baudrier seraient les TROIS MAGES.


Orion le Grand Chasseur
Kumara Karttikeya (Skanda)
Shen l'archer célestre
Shiva-Shankar

Chez les Hittites ORION s'appelait AQHAT. C'était un homme généreux et un grand chasseur sous le regard duquel la déesse de la guerre ANAT tomba amoureuse. Mais leurs sentiments n'étaient pas réciproques. Un jour, alors qu'AQHAT avait refusé qu'elle tende son arc, ANAT envoya un homme de main lui voler son arme. La légende rapporte que le truand blessa AQHAT à mort et jeta son arc dans la mer. C'est pourquoi ORION et son arc descendent sous l'horizon au printemps.

Il y a différents mythes de la création dans l'hindouisme, ORION est aussi connu aussi sous le nom de KARTTIKEYA et de SKANDA, il chevauchait un paon à la tête d'une armée céleste en lançant des flèches contre la voie lactée. KARTTIKEYA est souvent considéré comme le fils du seul SHIVA, un dieu du Rig Veda, associé au vent, à la tempête et à la chasse, il est appelé parfois SHIVA-SHANKAR, il est le Seigneur des Esprits et des Karmas.

Il est également un guerrier en Inde, les Hindous l’appelaient parfois SKANDA (du sanskrit, skand, « émettre »), l'un de ses noms est MURUGAN, certainement un avatar du Dieu quand il est enfant, la figure de SKANDA le représente chevauchant un paon à la tête d'une armée céleste, il lancait des flèches contre la voie lactée.


ERIDANUS ET ORION

La Rivière Sacrée et le Dieu du Nil
La Traversée du Fleuve

ÉRIDAN (Eridanus) est une constellation de l'hémisphère sud, située aux abords d'Orion, du Taureau et de l'Hydre mâle. C'est la sixième constellation du ciel de par sa taille, elle contient 300 étoiles principalement disposées selon une longue ligne sinueuse, à la manière d'une rivière. L'ÉRIDAN était une rivière purement mythique du Nord qui a été plus tard diversement identifiée avec des fleuves, cela représente probablement une rivière générique.

Chez les Egyptiens la constellation sous les Pieds d’Orion ressemble à un serpent avec un bec d’oiseau portant une couronne se trouvant sur ce qui ressemble à un bloc de pierre ou un autel. Les Égyptiens appelaient le fleuve de l'Egypte
NA-EIORE signifiant " Le fleuve d’Orion ", c'est le Nil. Certains Grecs dont Diodore et Théon d’Alexandrie assurent que le nom d’ERIDAN remplaça le nom du Nil, Eratosthène dit même qu’Aratus appelle ERIDAN " Le fleuve d’Orion ". Le fleuve mythique a donc été déplacé par les Grecs dans la construction de leur Mythes.


La constellation Eridan sur la planisphère de Denderah

En Egypte le Nil est le fleuve de vie, il jouait un rôle très important car tout est organisé avec les crues du fleuve. Le Fleuve nourricier, fut aussi divinisé sous le nom d’HÂPY (Haapi) dans la mythologie égyptienne. Le Dieu était représenté sous les traits d'un personnage aux formes ANDROGYNES. Si son corps est masculin, il n'en a pas moins deux grosses mamelles féminines qui assurent la prospérité aux Égyptiens.

Son ventre est proéminent et gras, et il porte sur la tête un panache de plantes du Nil, et il porte sur la tête un panache de plantes du Nil. Il est souvent représenté sous la forme duale de jumeaux, l'un portant sur la tête des tiges de papyrus (symbole de la Haute-Égypte) et l'autre portant un nénuphar (symbole de la Basse-Égypte). Parfois, comme la grande Déesse des Poissons, il est représenté avec un Poisson sur la tête.

HÂPY est la personnification divine plutôt qu'une simple allégorie du fleuve, il pouvait aussi être représenté avec une tête d'hippopotame, toujours sous sa forme hermaphrodite, c'est aussi une figure du signe du VERSEAU dont l'eau s'écoule de ses seins ou d'une coupe plus tard. HÂPY personnifie plus spécifiquement les phénomènes naturels qui lui étaient associés : la crue en pleine saison sèche et la fertilisation annuelle des sols, auxquelles les Égyptiens ne pouvaient attribuer d'explication rationnelle.


Hâpy
Hâpy Verse les Eaux
Hâpy
Hâpy

Selon la légende, HÂPY vivait dans deux lieux cachés. Le premier se situait sous la première cataracte du Nil, près d'Éléphantine. De là, il versait le contenu de deux jarres pour faire monter les eaux de Haute-Égypte. L'autre lieu était situé en Basse-Égypte près de Memphis, et servait à approvisionner le delta en eau féconde. Les Égyptiens attribuaient à HÂPY la force vitale du Nil qui provenait en fait du LIMON NOIR qu'il transporte qui fertilisait les rives du fleuve et apportait sa richesse à l'Égypte. Il est également, par extension, le symbole de la prospérité et de la fécondité.

Chaque année, le Nil débordait de son lit pour fertiliser les rives asséchées par le climat aride de l'Égypte. Le LIMON NOIR qu'il transportait rendait possible la culture. Symbole de ces crues annuelles, HÂPY avait un rôle prépondérant dans la vie des Égyptiens de l'antiquité : du niveau de ces crues dépendait la survie de ce peuple ce qui explique son caractère ANDROGYNE car il pouvait être positif ou négatif quand les crues étaient faibles, l'arrivée de l'été et de la crue du Nil apportait aussi les maladies, le Dieu du fleuve verse les deux eaux (eau de vie et eau de la mort).

Le Professeur Wallis Budge (Les dieux des Égyptiens 1904) sur la DOUBLE CAVERNE indique que les Égyptiens croyaient que le Nil a augmentait dans la première cataracte appelée QERI (la Double Caverne) ", et que le Nil du Sud était pour eux que partie de la rivière qui s'étend de l'île Eléphantine à un endroit quelque au Nord de l'actuelle ville d'Assiout.

Cette DOUBLE CAVERNE a été comparée à deux seins et toutes les bonnes choses sont répandues à partir de ces deux mamelles de l'Egypte. La DOUBLE CAVERNE était la " Couche du Nil " ou la " Maison du Nil " ou le jeune homme vigoureux Dieu du Nil regardait jusqu'à la saison de l'inondation pour remplir l'ensemble du pays. Le gardien de cette inondation était le Dieu KNOUM, le potier qui façonne l'oeuf cosmique avec l'aide de la Grand Déesse du Fleuve.

Source : Wallis Budge - Les Dieux des Égyptiens

Le Nil portait des noms différents selon les régions qu'il traversait, le dieu du Nil du Sud a à sa tête un groupe de plantes de LOTUS tandis que celui du Nil du Nord a un groupe de plantes de PAPYRUS, le premier Dieu est appelé HAP-RESET, et le second HAP-MEHT. Lorsque le deux formes du Dieu sont indiqués en un seul caractère,il devient le Dieu HÂPY le VERSEAU.


Le dieu Hapy " père des dieux " - Temple de Ramsès III - Thèbes

HÂPY tient dans ses deux mains les deux plantes, le PAPYRUS et le LOTUS ou deux VASES, dont il était censé verser l'eau sur les deux Nils. Un VASE (ou pot) est rempli par l'eau morte et le deuxième est rempli par l'eau de la vie, l'Eau des vivants et l'Eau des morts. La source de la eaux du dieu du Nil était inconnu et les Egyptiens à une période de leur histoire, ont cru que le Nil a augmenté hors de la terre entre deux montagnes qui se trouvaient entre l'île d'Eléphantine et l'île de Philae, mais ils n'avait aucune idée exacte où et comment l'inondation commençait.

Les grandes villes de l'Egyptes sont toutes sur les rives du Nil car il il apporte la vie en fertilisant la terre et l’abondance des récoltes. Chaque été la crue du Nil apportait le LIMON NOIR permettant la culture de ses rives, c’est de ce LIMON NOIR que vient le nom antique de l’Égypte KEMET, qui veut dire " la Terre Noire ". KEMET est aussi le nom des habitants en bordure du Nil, mais ils ne sont pas tous avec une couleur de peau noire contrairement à ce que l'on pense, l'Egypte est une terre avec toutes les races même des asiatiques. Le LIMON NOIR du Nil est aussi à l'origine de la figure du Dieu OSIRIS peint en noir.

La TERRE ROUGE (Desheret) dans le désert était liée au Dieu maléfique SETH car la traversée n'était pas facile, le désert est aussi associé au pays étranger. C'était un lieu approprié pour l'enterrement et pour la conservation du corps après la mort, contrairement aux zones humides. Le mot actuel du " Désert " est originaire du vieux français et de " Desheret " en Egyptien.


Min-Horus peint en noir
Osiris-Min-Amon
Min-Amon

Le Nil a été aussi considéré comme un seuil entre la vie et la mort, l’au-delà dans la spiritualité en Egypte. Le dieu SHU (ou Shou) fût identifié avec le Dieu ONOURIS, appelé alors ONOURIS-SHU. Il est était considéré comme le lieu de la naissance et de la croissance et l’ouest celui de la mort, comme le dieu , le soleil, qui subit ces trois états : naissance, mort et résurrection à chaque fois qu’il traverse le ciel, les Egyptiens pensait que durant la nuit le soleil traversait un tunnel. Ainsi, tous les tombeaux ont été placés à l’ouest du Nil, parce que les Égyptiens croyaient que pour entrer dans l’au-delà, il fallait être enterré du côté symbolisant la mort.

ONOURIS-SHU (Orion) et sa soeur TEFNOUT (Hathor-Isis) étaient vénérés à Bouto, ils y prennent la forme de flamants roses, c’est pourquoi, on voit sur la planisphère de Denderah la constellation ONOURIS - ORION au-dessus de la figure d'un FLAMANT ROSE représentant le Dieu Fleuve, ORION marche sur le Nil comme un FLAMANT ROSE. Cet oiseau migrateur peuplait autrefois les bords du Fleuve Nil, son retour annonçait l'arrivée de la crue, comme le HERON. Ces oiseaux du fleuve semble marcher sur l'eau. Chez les Egyptiens, l'oiseau BENOU symbolise le soleil renaissant et il est aussi associé à l'inondation du Nil


L'Homme au Serpent de la Venta (Musée de Mexico) et le Dieu Hâpy dans la grotte du serpent en Egypte

Les Egyptiens font une connexion avec les sources d'eau et le paradis dans l'au-delà, le Paradis Egyptien est encerclé par une rivière (ITRU) qui sortit du ciel mystérieusement, cette rivière a atteint la surface de la terre à travers deux trous dans la première cataracte entre Éléphantine et Philae et a émergée comme un fleuve.

C'est ainsi que le Dieu du Nil HÂPY est représenté entouré d'un serpent de protection, il verse l'eau du Nil à la surface de la terre sur deux vases, symbolisant les sources cachés dans les deux grottes sous les rochers. Ces représentations stylisées et symbolique combinant le FLAMANT ROSE et le Nil entourant le dieu HÂPY ressemble à un l'HOMME SERPENT que l'on retrouve chez les peuples amérindiens et dans la figure de BOUDHA l'éveillé entouré de serpents.




Hérodote (5ème siècle AV-JC) récusait l'identification au Nil à cause du nom grec du fleuve, il pensait au Rhin qui se jette dans la mer du Nord ou à la Vistule d'Europe centrale, et principal fleuve de Pologne. Pour les Athéniens, le nom du fleuve mythique a servi à désigner un affluent de l'Ilissos coulant à l'ouest de la cité attique, près du Lycée. Elle est diversement identifié avec le Danube (Istros) en Hongrie et la rivière du Pô en Italie du Nord. Selon Eschyle c'est le Rhône ou un de ses affluents.

Etymologiquement,
ERIDANUS désigne les RIVES d'un fleuve plutôt que de l'eau qui coule, en français " Rivière " est la terre située le long d'une rivière ou d'un fleuve. Son lointain ancêtre latin RIPA signifie " ce qui est coupé par la rivière ". Le mot rivière vient de la racine indo-européenne REI " déchirure " ou " couper ", de la forme étendue REIP dérivé du vieux norrois (anglo-normand) RIFA " Déchiré " proche du scandinave et du Danois RIFT, du germanique RIFTI, du vieil anglais RYFE " abondante ".

DANUS est apparenté avec le mot indo-européen DANU " Rivière " et le proto-indo-européen DANU signifie probablement " l'eau fluviale " ou " l'eau courante ". L'élément DAN est utilisé dans un certain nombre de noms européens de rivière : Le Don en russie, le Danube, etc.. Klein voit une relation avec les mots DANUBE et DANAE fille de Acrisius et mère de PERSEE.

Dans la mythologie grecque, l’
ÉRIDAN (en grec ancien Êridanós) est un dieu-fleuve dans lequel meurt le soleil. Ce fleuve est mentionné par Hésiode dans sa Théogonie comme étant le fils d'OCEAN et de TETHYS, il coule à l'occident du monde. ERION signifie " sépulcre " ou " tombeau ", vraisemblablement au sens de " lieu sacré " et DANOS signifie " don " , " ou " offrande " mais a tardivement été compris comme signifiant " du matin ".


Hercule au jardin des Hespérides - Rubens

Ce Dieu est généralement considéré comme une rivière de l'Ouest. Il est aussi dans le mythe d'HERACLES (Hercule) combattant le dragon du jardin des Hespérides pour rapporter les fruits d'or d'un pommier, il est alors figuré par ORION. Le Dieu-Fleuve a également joué un rôle dans le voyage des Argonautes et il est lié à l'ancienne constellation ARGO NAVIS, Ie fleuve a guidé le navire Argo à la terre des Celtes et dans l'Adriatique, la constellation ARGO NAVIS désormais coupée en trois était dans cette partie du ciel.

La mythologie indique que l'ambre provenait des larmes versées par les Héliades (peut-être la constellation de la Baleine à côté) qui se jette dans le fleuve
ERIDAN. Les forêts de la région de la mer Baltique contient 90% de l'ambre du monde et c'est une identification certaine et géographique en relation avec ERIDANUS qu'il est possible de faire avec la mythologie.

Les Grecs donnent également le surnom
ERIDANUS au fils du Soleil PHAETON. Selon Isidore le nom ERIDANUS semble avoir été une appellation pour PHAETON (du grec phaeithein, briller, brûler), dont le corps est tombé dans le fleuve. Dans la légende, le jeune garçon a tenté de conduire le char solaire et il est tombé en flammes dans les eaux de ce fleuve mythique après avoir été frappé par la foudre et mourut.

Le fleuve peut avoir été nommé
ERIDANOS d'après cette légende, cela est un avertissement de JUPITER-ZEUS à celui qui essaye d'atteindre la lumière du soleil, le mythe est semblable à celui d'ICARE. Le nom PHAETON vient du grec phaeithein " briller " ou " brûler ", dont viennent aussi les mots " épiphanie " une manifestation d'un être divin, prise de conscience soudaine, la venue des mages à l'enfant Jésus, et " Hiérophante " l'ancien prêtre grec qui interpréte les mystères, en particulier le prêtre des mystères d'Eleusis; c'est aussi le Pape.

Sur la planispère de Denderah, quand
ONOURI (Orion) traverse le fleuve ERIDAN, son sceptre OUAS indique la direction du SCORPION, cela pourrait représenter la piqure de SETH pendant le franchissement du fleuve.

Voir : Des Poissons dans le Ciel


 ERIDAN ET LE PHENIX

Dans notre Atlas moderne la constellation du PHENIX est située au-dessus de CETUS au commencement du fleuve ÉRIDAN, on y a aussi placé au Sud la constellation de la GRUE avec le TOUCAN, certainement une image de la TRINITE. On trouve même une HORLOGE (introduites par Nicolas-Louis de Lacaille en 1752). La position du PHENIX indique qu'il a peut-être lui aussi un rôle à jouer pour la fin du " Grand Oeuvre " avec la GRUE sacrée. De l'autre côté du fleuve sacré, c'est ORION attaquant le TAUREAU mais aussi l'édifice de la " Maison Dieu ".




La constellation du PHENIX n'est absolument pas l'oiseau de Feu, cet assemblage est réalisé à partir du Zodiaque (inventé vers -500) et la mythologie avec de nombreuses reforges du ciel. Le PHENIX rouge des Alchimistes est habituellement associé au Sud et assimilé au signe du CANCER marquant le solstice de l'été et les chaleurs.

Il est donc situé proche du HORUS ancien et de la constellation SELKIS (la Vierge) avec son " étoile d'eau " avatar de la Nèpe aquatique. TALOS (Icare) de la mythologie tombé de la falaise et transformé en " perdrix rouge " par Athéna est aussi un avatar du HORUS, certaines représentations montre TALOS tuant le DRAGON ancien.




Selon les mythes et les croyances, le chemin n'est pas identique pour arriver vers CETUS, mais le monstre marin représentent toujours la bête à tuer. Dans la version ou ORION attaque le DRAGON dans une grotte, la belle à délivrer est ANDROMEDE, la femme en chaîne.

La constellation AURIGA en forme de pentagone est le trou et l'entrée de la caverne, le LIEVRE (Lepus) n'est pas loin. C'est l'entrée de la grotte pour le voyage vers les enfers sur la rivière Styx, avatar de la constellation ÉRIDAN juste devant. Il y a d'autres LAPINS à découvrir à travers les mythes et les légendes, cependant ce LIEVRE au pied d'ORION vient d'une lecture du Zodiaque de Denderah.

Chez les hindous, les 5 étoiles de la constellation AURIGA sont les cinq pierres que SHIVA a donné à SHANKARA, les " Pierres de Shankara ". C'est aussi les 5 pierres que David utilisa pour tuer le GOLIATH, avatar de CETUS. Plus tôt dans sa vie, DAVID a tué un LION (Leo) et un OURS (Ursa Major), il a également essayé une armure avant son combat, c'est ORION, il s'attaque maintenant à CETUS. Quand le héros est PERSEE, il délivre ANDROMEDE sur le rocher avec le cheval PEGASE.




Le grand chasseur ORION est aussi assimilé à JESUS dans l'apocalypse dans un combat contre la nuit et l'hiver. Les TRIANGLES de l'Apocalypse sont aussi des montagnes. Vers l'Est dans le début de l'été jusqu'à l'automne, nous avons la constellation de CASSIOPEE. Elle représente dans un sens biblique la vallée de la décision et la montagne de la déstruction dans un groupe de montagnes au Nord.

Face à l'est, nous avons les sommets de trois montagnes avec les constellations CASSIOPEE, PEGASE et le VERSEAU, elles ressemblent à des pyramides. Le Dragon antique est formé par plusieurs constellations, il a donc plusieurs têtes. Les textes anciens s'inspirent des constellations dans leur course des saisons, cela semble être une référence au peuple de Dieu, ceux qui vont vaincre SISERA (Satan et ses sbires) avec l'aide du CHRIST.

L'ARMAGEDDON se traduit par la vallée des montagnes, ce groupe de plusieurs constellations représente certainement cela, nous avons aussi des textes faisant référence à
ORION. En hiver, mais aussi à la mi-été le matin avant l'aube, lorsque la constellation d'ORION est visible s'élevant au-dessus de l'horizon Est.

ORION semble fixe mais alors que l'hiver progresse, il devient de plus en plus verticale. ORION se situe principalement à la moitié du ciel dans l'hémisphère nord. mais dans des latitudes plus basses, il apparaît dans le Nord. Dans cette construction, les constellations fusionnent pour une autre histoire, mais le sens reste identique aux autres mythes, puisque c'est un combat contre la nuit et l'hiver à travers les saisons, les constellations de l'hiver sont l'ARMAGEDDON.

Voir : Armageddon Cosmique


Apocalypse Now - La guerre de Troie et le Golum

Si les hommes codent les batailles à travers les étoiles, le sens archaïque des constellations est détournée, et cela même depuis le début ! La victoire contre les ténèbres est certainement mal assimilée, cependant on trouve des traces du culte secret dans les mystiques.

L'arrivée du tueur
ORION par le Nord ou avec la constellation PHENIX par le Sud est désormais obsolète (comme le soulignait M. Brando lors du tournage d'Apocalypse Now) puisque le HORUS ancien n'est pas dans ce ciel là, les symboles archaïques sont le socle du ciel, ils racontent une autre histoire. Avec la précession des Equinoxes, ÉRIDAN (le nil) ne correspond plus à l'Egypte, mais il est toujours un fleuve générique, il est donc possible d'adapter le mythe partout en jouant avec les étoiles.


LE MONDE OSIRIEN

On pensait qu’à l’origine OSIRIS avait été un roi humain, celui qui avait apporté la civilisation en Egypte. OSIRIS est le premier enfant de NOUT (Voie lactée) et GEB (la Terre), il était le Dieu de la fertilité et du développement végétal puis il est devenu le Dieu des Morts et le Dieu de la Résurrection à la Vie Eternelle. OSIRIS était le maître, le protecteur et le juge du défunt.

OSIRIS a 4 aspects chez les Egyptiens : OSIRIS-PTAH (Lumière, spirituel), OSIRIS-HORUS (mental et intellect), OSIRIS-LUNUS (lunaire et psychique) et OSIRIS-TYPHON (démoniaque et matériel). Le Dieu SETH / TYPHON serait alors le mauvais côté d’OSIRIS, il représente le mauvais père et le mauvais Pharaon sur Terre.

Le dieu de l'au-delà OSIRIS est figuré comme un homme momifié au visage bleu (avatar de l'ancien Dieu Ptah) vert (végétation) ou noir (couleurs de la renaissance) portant la couronne blanche lunaire, les sceptres du pharaon et la barbe postiche. Les anciens Égyptiens ne voyaient pas le décès comme une chose naturelle, le rôle d'OSIRIS est donc d'éclairer la région infernale, la demeure des morts, les abysses. Voilà pourquoi OSIRIS est aussi un dieu lunaire et pafois noir avec une couronne blanche, il a le visage sombre de la LUNE cendrée qui, en fait, apparaît marron, gris ou vert sombre sur le ciel bleu et il est couronné de la haute couronne blanche, symbole de la lumière lunaire.


Onouris
Relief avec Onuris-Shu
Onuris-Anhour
Min - Osiris

La constellation ORION représenterait donc l'une des formes du Dieu OSIRIS. Dans le Livre des Morts, la Mère du mort-roi, qui est dans le monde sous-céleste, fut grosse de lui après que le mort-roi fut engendré par son père ATOUM, quand il n'y avait ni ciel, ni terre, ni homme, ni naissance de dieux, ni morts. Le mort OSIRIS assimilé à ORION parcourt la double terre dans le voyage parmi les Dieux, grâce à la mère NOUIT, qui l'a conçu en OSIRIS pour être bon; son bien-aimé. Tout enfantement est reçu d'elle.

Le Dieu ONOURIS était adoré à Thinis (ou This) proche d'Abydos, dès l'époque Thinite, et fut le dieu funéraire d'Abydos ou il était la divinité locale la plus importante, il symbolisait la force cosmique du soleil. Il avait le titre de KHENTAMENTIOU, "celui qui préside aux occidentaux", et fut par la suite remplacé par OSIRIS.

Dans plusieurs légendes, ONOURIS aurait ramené de Nubie la déesse lointaine, HATHOR-TEFNOUT, fille de que celui-ci avait envoyé dans ce pays pour y tuer tous les hommes avant de se raviser. On le trouve alors sous le nom d'ANHOUR ou ANHURET, il est assimilé à SHOU. Avec l'oeil de et sur l'ordre de , il parvint à convaincre la déesse HATHOR-TEFNOUT - avatar de la lionne SEKMET - de quitter le désert nubien pour revenir en Égypte, il est appelé alors ONOURIS-SHU. Dans cet épisode ONOURIS est associé à THOT le Dieu de la connaissance.

Personnification de l'air, SHOU en relation avec , il peut prendre la forme d'un LION ou très rarement celle d'un homme. Son principal attribut est la plume d'autruche de profil, quelquefois remplacée par les quatre plumes d'ONOURIS. Le Dieu SHOU est donc le premier Dieu exclusivement mâle, père de GEB et NOUT, nés de la déesse TEFNOUT. mais cela ne signifie pas pour autant que ORION représente ONOURIS-SHOU qui est déjà représenté ailleurs sur le Zodiaque Egyptien avec sa compagne TEFNOUT.

Voir : Shou et Tefnout


LOTUS BLEU ET LAZARUS

La figure de OSIRIS le NOIR représenterait le fleuve NIL dans le désert (le désert est associé à SETH). Cet aspect du Dieu pourrait très bien représenter la constellation ORION traversant le fleuve ERIDAN et subissant une transformation. Sur le Zodiaque de Denderah nous constatons que c'est la constellation PERSEUS et donc NEFERTOUM qui est au-dessus de la figure représentant ORION le géant du disque.

La constellation PERSEUS est une figure coiffée de plumes tenant la tête d’un BOUC (ou chèvre), elle représente certainement le Dieu NEFERTOUM, le Héros. NEFERTOUM est le " Seigneur des Parfums ", il était étroitement lié au culte du dieu solaire RE en relation avec la renaissance solaire et à l'Esprit. Avec PTAH, et la déesse SEKHMET, ils forment la triade de MEMPHIS.




Sur le disque de Denderah, la constellation PERSEUS est une figure coiffée de plumes tenant la tête d’un BOUC (ou chèvre), elle représente certainement le Dieu NEFERTOUM, le Héros. NEFERTOUM est le " Seigneur des Parfums ", il était étroitement lié au culte du dieu solaire RE en relation avec la renaissance solaire et à l'Esprit. Avec PTAH, et la déesse SEKHMET, ils forment la triade de MEMPHIS.

Mais
NEFERTOUM est déja représenté par la constellation PERSEUS sur le disque de Denderah, il pourrait signifier une évolution de HORUS après le franchissement du fleuve et une transformation. NEFERTOUM est aussi lié au fils HORUS devenant MIN-HORUS, capable de battre le Dieu SETH, il est le " GRAND LOTUS " et le vainqueur.

Voir : Nefertoum le Lotus


Il faut donc revoir le ciel autrement, la vache HATHOR semble porter son fils HORUS / OUPOUAOUT avatar de HAROERIS (Horus l'ancien) avec l'aide de NEITH-ISIS et son arc dans la direction de la tête d'ORION et de l'oeil du TAIREAU (Aldebaran) afin de traverser le fleuve de vie ERIDAN et le désert, puisque nous sommes dans cette zone du ciel de l'été.

Le géant OSIRIS / ORION porte alors NEFERTOUM le grand héros de la constellation PERSEUS (le héros grec Persé) qui est au-dessus de la figure d'ORION, pour passer le BELIER et commencer à escalader la montagne (le Delta des Poissons) au sommet du Zodiaque dont la base correspond au point ZERO de notre ère sur l'écliptique, et ainsi arriver à l'Equinoxe du Printemps.


Paysage avec Orion aveugle cherchant le soleil (1658) - Nicolas Poussin. Metropolitan Museum of Art, New York.

C'est ce que représente le tableau de N. Poussin dans son paysage avec le géant aveugle cherchant le soleil portant son fils sur les épaules, le tableau est en inversion par rapport aux figures et au sens de rotation cu ciel, on y voit les aussi les GEMEAUX, Le grand chien (Canis Major), se tient debout aux pieds du maître dans un scintillant groupe d’étoiles, le petit chien (Canis Minor) OUPOUAOUT comme un couple d’étoile est situé aux épaules d’ORION avec NEFERTOUM. Sur le tableau du Poussin, la Déesse NEITH-ISIS de couleur verte indique la direction depuis son nuage.

Ce passage du fleuve marque le solstice d'été et une transformation de la nature, dans ce cas ORION représente la MORT et la RENAISSANCE de la nature dans calendrier de l'Égypte antique (calendrier nilotique), ORION est dans le mois de CHEMOU (14 juin au 13 juillet) avec le jour épagomène du 14 JUILLET consacré à OSIRIS. La figure de ORION est un puissant symbole de RESURRECTION après la MORT.

Lors de son passage devant ORION, le Soleil apporte à un symbole de la mort, chez les Egyptien AUSAR était le nom pour OSIRIS, phonétiquement très proche de l'aveugle LAZARE de la Bible. Pendant l'ancien SOLSTICE d'Hiver, ORION est aveuglé avant de renaitre.

Voir : Le Poussin et Denderah

Si l'utilisation du zodiaque Egyptien pour la création de notre MATRICE du monde est prouvée, il est également possible de l'utiliser pendant la grande année cosmique de 26.000 années, la position des planètes du disque de Denderah indiquant notre époque pour l'âge du VERSEAU dont le passage se réalise au sommet du disque, à condition de le placer correctement, c'est à dire en corrélation avec le vrai ciel, le phénomène de la précession des Equinoxes mais aussi le cycle du Nord magnétique.

Voir : Âge du Verseau


OSIRIS - MIN - AMON

En Egypte, le noir est étroitement lié à l'Égypte dont le nom ancien est KEMET " la terre noire ", de KM : " noir ", d'où KMB " les Égyptiens " à cause du limon noir, très fertile, laissé par le Nil. Les divinités à chair noire et par l’œil noir prolongé d'une "goutte" du dieu du ciel et esprit de lumière, HORUS, représenté avec une tête de faucon à l’œil entouré de noir et dont l'acuité visuelle est incomparable. C'est ainsi que l''œil OUDJAT ("complet") et noir d'HORUS est le symbole de l'intégrité physique, de l'abondance et de la fertilité, de la lumière et de la connaissance.

En identifiant tous les morts à OSIRIS, le dieu assassiné, les Egyptiens ont conçu la mort comme le franchissement d'un seuil situé entre le monde terrestre et le monde de l'au-delà. Le culte d' OSIRIS s'est diffusé sur l'ensemble du territoire égyptien, cependant les traditions divergent quant au nombre des membres osiriens dispersés dans le pays ; de quatorze à quarante-deux selon les différentes versions.

NEFERTOUM dans sa forme de MIN-HORUS est la représentation du dieu HORUS à Coptos et à Akhmîm, ses principaux lieux de culte, car on attribuait à MIN le pouvoir de protéger les routes caravanières qui traversaient le désert oriental en direction de la mer Rouge en Haute-Égypte. MIN a pour épouse une forme locale d' ISIS, sa propre mère, une relation exprimée par l'épithète Kamoutef, « Taureau de sa mère ».


Min-Horus peint en noir
Min en érection
Min-Amon

Les premières formes du dieu était d'une flèche ou un ECLAIR de foudre, lié à la fertilité (Min) et à la sexualité, son PHALLUS est en érection pourrait se rapporter à la victoire sur l'ennemi. Son corps est gainé dans un linceul, ce qui lui donne la forme d'une momie. On peut aussi le voir comme étant un homme barbu et pendant l'époque du Nouvel empire il a été parfois représenté en TAUREAU BLANC, un animal sacré pour le dieu de la fertilité.

MIN a été utilisé pour montrer la suprématie du pharaon sur ses ennemis, car il est lié à la fois à la puissance et la à destruction. Il est représenté sous les traits d'un homme momiforme debout le phallus en érection, coiffé de deux hautes plumes et tenant un fléau dans sa main droite levée. Il est représenté ithyphallique, en tant que dispensateur du pouvoir sexuel, un signe de fertilité et de fécondité, dans la mythologie grecque, c'est Priape qui est représenté de cette façon.

En tant que Dieu du désert de l'Est, mais toujours un Dieu de la fertilité,
MIN-HORUS est devenu celui qui offre une protection aux voyageurs et aux commerçants. Plutôt que d'être peint en rouge comme lle maléfique dieu du désert SETH, il a été peint en noir pour représenter les terres fertiles du long du Nil. MIN était aussi lunaire et lié à l'humidité et à la fertilité, à ce titre, il était dans le calendrier égyptien le dernier jour du mois lunaire, ce jour était connu comme " la sortie de Min ". Par syncrétisme, il fut identifié à AMON sous AMON-MIN, permettant à AMON de récupérer les pouvoirs de fertilité.

AMUN-RA-MIN est devenu un Dieu composite quand son culte s'étend sur l'Egypte. A l'origine, il était la déification de la notion de l'air, et l'un des quatre concepts fondamentaux de l'univers primordial dans le mythe de la création. AMON signifie " celui qui est caché ", comme l'air et le vent, il ne se voit pas. Sa description originale était un dieu à tête de GRENOUILLE et son invisibilité était représenté par la COULEUR BLEUE, la couleur du ciel. La couleur bleue est souvent utilisé pour représenter AMON. Il devint rapidement le chef de Dieu, les identités fusionnées de RA et HORUS, devenant AMON-RA assimilé à JUPITER.


ORION ET PLUTON

Avec le temps et la création de nouvelles cités, nous trouvons plusieurs types d'OSIRIS en Egypte. Dans le texte figurant sur la stèle d'inventaire, OSIRIS DE LA PORTE connu comme étant OSIRIS ROSTA (de Ros Tau ou de Gizeh) se reférait non seulement à la constellation d'ORION mais aussi à l'astre PLUTON lorsque cette planète était proche de l'étoile BETELGEUSE de la constellation d'ORION. L'auteur Claude Gétaz indique qu'avec le déplacement lent de PLUTON ces périodes étaient les années suivantes (Av. notre Ere) : 3581 , 3 329 , 3 083 ,2 833, 2 335 , et 2 085.

Ces années peuvent être des points d'ancrage de périodes plus larges. PLUTON est aussi lié à la mort et au Chien ANUBIS le fidèle compagnon, l'astre s'est déplacé et on ne sait pas excatement pourquoi, mais il semblerait qu'à une époque lointaine PLUTON était proche de NEPTUNE un autre Roi mort depuis l'instauration d'un calendrier de 7 jours dans la semaine.

L'orbite de PLUTON croise celle de NEPTUNE, les deux astres sont donc très proche mais leurs orbites ne sont pas dans le même plan. et il n'y aura jamais de collision entre ces deux planètes, quand PLUTON effectue deux révolutions autour du Soleil, NEPTUNE en fait exactement trois, grâce à cette synchronisation, quand PLUTON traverse l'orbite de NEPTUNE, cette dernière se trouve toujours ailleurs sur son orbite, les deux corps sont dits en résonance. Ainsi, PLUTON peut se trouver plus proche de URANUS, mais comme nos observations astronomiques ne sont pas celles des Egyptiens, il est difficile de reproduire exactement le ciel d'avant à l'indentique en partant de Gizeh.

Si URANUS pourrait représenter l'OSIRIS de la Terre (de Ros-Tau), NEPTUNE est certainement l'OSIRIS marin et voyageur sur les océans. Il inspire la mythologie avec POSEIDON. Cependant l'astre est officielement découvert en 1846, les premières observations de NEPTUNE ne sont donc possibles qu'après l'invention du télescope. Mais NEPTUNE a été vue par Galilée en 1613, Jérôme Lalande en 1795 et John Herschel en 1820, mais aucun n'a officiellement reconnu la planète à l'époque. Comme le démontre le Zodiaque Egyptien de Denderah, l'astre était déjà connu en Egypte antique.


ORION ET LES PYRAMIDES

L'Egypte antique et la corrélation d'Orion, est une théorie proposée par certains égyptologues comme Selim Hassan, ou archéo-astronomes comme Robert Bauval, selon laquelle il existerait une corrélation entre la position des pyramides d'Égypte et la position des étoiles, notamment entre les trois pyramides de la nécropole de Gizeh.

Le tropique du CANCER porte ce nom car, il y a environ 2 000 ans, le Soleil entrait dans la constellation du CANCER lors du SOLSTICE de Juin (vers le 21 Juin). À cause de la précession des équinoxes, le Soleil se situe désormais dans la constellation des GEMEAUX lors de ce solstice. Les Egyptiens utilisent le 33e parallèle Nord et le Nord magnétique de l'époque pour délimiter le monde avec le DELTA du Nil au centre, l'étoile SIRIUS indiquerait alors le Nord magnétique (à ne pas confondre avec le Nord géographique). Tout ce qui dépasse au Nord / Ouest est en Occident.




Cependant dans le SUD tout est inversé ! Quand nous entrons dans le SOLSTICE d'été dans le Nord c'est l'hiver qui commence dans le sud. La construction astronomique est remarquable, depuis le ciel, la Grande Pyramide forme un CUBE astrologique en relation avec les 4 saisons et les 4 points cardinaux, ce CUBE cosmique deviendra les 4 étoiles royales à Babylone.

La constellation ORION a la particularité d'être visible depuis les deux hémisphères, et c'est certainement la raison de son importance dans le ciel antique avec SIRIUS. Il semble donc que l'élément le plus important dans la construction des édifices en Egypte SIRIUS qui marquait les saisons et peut être le NORD MAGNETIQUE de cette époque.




Il y a beaucoup de désinformations afin de cacher les mystères, les directions avec les couloirs est les constellations restent approximatives, la grande pyramide forme dabbord un CUBE astronomique depuis le ciel, avec les points cardinaux de l'époque et la direction du NORD MAGNETIQUE, qui a son propre cycle.

Il existe aussi l'hypothèse d'un recouvrement d'un site plus vieux par les Egyptiens, il faudrait alors regarder le ciel bien plus loin que l'Antiquité de l'Egypte pour trouver la véritable source de notre civilisation.


LE MYTHE D'ORION

En Egypte, la gnose se transforma en une croyance religieuse et populaire, une croyance mal interprétée par les générations futures en perdant la capacité de comprendre la signification ésotérique des textes sacrés et des figures. Avec le mythe d'ORION et le traversée du fleuve, l'histoire marque le passage à l'âge adulte sur un chemin de vie où APOLLON devient homme et découvre les plaisirs, il tue ainsi symboliquement son Père pour prendre sa place.

Dans la mythologie, ARTEMIS / DIANE tua d’une de ses flèches le chasseur ORION. Il y a des versions différentes de cette histoire. Dans une version, on raconte qu' ORION était tombé amoureux des PLEIADES, toutes filles d'un roi. Il en était tellement obsédé que, par compassion envers les jeunes filles, les dieux les avaient chassées sur le dos d'un TAUREAU.

Dans certaines versions de la légende, il fut tué par le SCORPION. Les Chinois voyaient en lui la figure d'un général ou d'un guerrier suprême dont le nom était SHEN. Ils perçurent également un conflit avec le SCORPION, mais pour eux, ce n'était qu'une querelle entre frères, les étoiles du SCORPION représentaient le plus jeune frère de SHEN.

Comme nous pouvons le voir avec les différentes versions, le mythe s'inspire clairement de la rotation terrestre, car ORION semble poursuivre inlassablement les PLEIADES au travers du ciel. C'est pour cela que les constellations de ORION et du GRAND CHIEN (et son étoile Sirius) sont proches l'une de l'autre, et que le SCORPION fut placé de l'autre côté sur la voûte céleste, se poursuivant sans cesse sans jamais se rattraper.


Sur le zodiaque Egyptien, NEITH tire une flèche vers ORION et son épaule mais aussi vers l'astre JUPITER

Dans un autre mythe, le roi était persuadé qu'ORION allait échouer, mais le grand chasseur n'eut aucun mal à remplir sa mission. Lorsqu'il revint demander la main de Mérope, Œnopion renia ses promesses, l'amoureux se fâcha et saccagea le palais. Celui-ci fut ligoté tant bien que mal par l'armée lancée par le roi. Pour le punir, Œnopion l'aveugla et l'abandonna sur le rivage. ORION marcha alors droit devant lui à travers la mer jusqu'à l'île de Lemnos et fut attiré par les forges d'Héphaistos qui accepta de lui prêter CEDALION, son assistant.

Le géant guidé par l'enfant rentra dans la mer et marcha vers l'est face au soleil. Pendant sa marche, ORION recouvra miraculeusement la vue. C'est le sujet du tableau de Nicolas Poussin (1658) aussi célèbre qu'énigmatique. Il retourna à l'île de Chios pour se venger d'Œnopion, mais Artémis lui demanda d'oublier sa vengeance et lui proposa de chasser avec elle. Mais le frère d'Artémis, Apollon, qui avait quelques craintes pour sa sœur, envoya un monstrueux scorpion à sa poursuite. ORION tenta de le combattre mais il n'y parvint pas. Pour échapper au monstre, il s'enfonça dans la mer qui formait une barricade naturelle.

Alors APOLLON désigna le géant et dit à ARTEMIS de le tuer, le faisant passer pour un méchant. Comme le géant était trop loin, ARTEMIS ne put le reconnaître et lui lança donc une flèche. Elle alla à la nage récupérer le cadavre, mais lorsqu'elle s'aperçut que c'était Orion, elle plaça son image parmi les étoiles en compagnie de ses chiens, CANIS MAJOR et CANIS MINOR. On donne à cet épisode le nom de catastérisme.


Shiva Pashupati
Cernunos le Celtique
Vénus en Taureau
Prajapati

Dans un mythe Hindou, MAITRIGUPTA, était sur le point de se tuer à cause de la dispariton de SAVARIPA. C'est à ce moment que le GURU (celui qui dissipe les ténèbres) est apparu sous la forme d'un chasseur aborigène et sauvage, qui pouvait d'un seul coup et d'une seule flèche transperçer des milliers de créatures.

Dans un autrre mythe, PRAJAPATI (Brahmä) est le " Seigneur de la Génération ", le générateur de toutes les créatures, son désir est la multitude et la reproduction. L'Aitareya Brahmana raconte qu'il fût pris de désir pour sa propre fille l'aurore ROHINI qu'il approcha sous la forme d'un GRAND CERF. Terrifiée, l'Aurore se changea alors en BICHE (Gazelle ou une Chevreuil).

Selon une autre version ROHINI avait adopté la forme d'une GAZELLE et PRAJAPATI le chasseur s'est transformé en CERF pour l'approcher. Dans ce mythe de la création, PRAJAPATI laissa dans sa poursuite sa semence échapper sur la Terre, donnant ainsi naissance aux premiers hommes. Une autre version affirme que PRAJAPATI adopte successivement chaque forme animale, procréant ainsi tous les couples, jusqu'aux fourmis.

Les dieux, mécontents, voulaient punir PRAJAPATI de son inceste et assemblèrent en un seul lieu toutes les formes les plus effrayantes. Ensembles, celles-ci devinrent les RUDRAS, un groupe de dieux dont le Dieu RUDRA fait partie. Le Dieu RUDRA est la deuxième facette de SHIVA. Les dieux lui ordonnent de transpercer PRAJAPATI pour le punir. En échange de ce service RUDRA demanda la souveraineté du bétail et devint PASHUPATI donc la figure est un avatar de CERMUNOS chez les Celtes. Il transperça PRAJAPATI qui s'envola vers les cieux. RUDRA représente le côté le plus mystérieux du grand Dieu, il n'intervient que dans certaines incarnations (avatars de Krishna) pour rappeler à SHIVA qu'il n'y a pas de dualité en lui.

On retrouve le pendant du mythe de PRAJAPATI et de ROHINI dans le mythe d'ORION, le chasseur légendaire et l'étoile ALDEBARAN du TAUREAU qui correspond à ROHINI (la gazelle). Elle est aussi une déesse-lune et de la fortune, épouse de SHIVA dans certains comptes, son nom est également utilisé pour l'étoile ALDEBARAN. En astrologie, on peut aussi y voir le transit de VENUS dans le Taureau alors que la figure de PRAJAPATI peut être assimilé à la planète MARS le Rouge.

ROHINI a différentes formes, elle est considérée comme une incarnation de LAKSHMI, une Déesse de la beauté dont l'animal est la CHOUETTE, comme la Déesse ATHENA des Grecs. Cette histoire est similaire en Inde avec SAVARIPA (ou Lubdhak) le chasseur, il est toujours accompagné de deux femmes chasseresses, les yogini PADMAVALI et JNANAVALI, alors que dans la mythologie occidentale ORION est toujours accompagné de deux chiens de chasse, CANIS MAJOR et CANIS MINOR.

ROHINI est un avatar de la Déesse multiforme Egyptienne NEITH qui se métamorphose aussi en BICHE. Cependant, l'archère Egyptienne NEITH / AKHET que représente l'étoile SIRIUS de CANIS MINOR est à l'origine la mère nourricière du LION et donc de , la figure au-dessus d'elle sur la planisphère de Denderah. Dans l’Antiquité, il existe plusieurs versions de ce mythe avec ARTEMIS (Diane) la soeur d'APOLLON et le grand chasseur ORION, capturer la BICHE de Cérynie fut le troisième des travaux d'HERACLES (Hercule).

Voir : La Légende d'Hercule


Vénus pleurant Adonis (Hosteyn 1647 - Frans Hals Museum)

Dans une autre histoire de la mythologie grecque d'origine orientale (Adon signifiant « notre maître »), ZEUS partage le temps d'ADONIS entre deux déesses, il passera les mois d'été dehors avec APHRODITE-VENUS et les mois d'hiver avec PERSEPHONE sous terre. APHRODITE s'efforce de le protéger des dangers qui le menace et le met en garde contre les bêtes qui hantent les forêts. Mais la déesse quitte un moment son amant. ARES (dieu de la Guerre), l'amant officiel d'APHRODITE, ne supportait pas d'être ainsi délaissé au profit d'un autre.

Fou de jalousie, ARES décida de reconquérir la déesse de l'Amour en éliminant ADONIS qu'il fit tuer par un SANGLIER. L'animal surgit de la forêt et enfonça ses défenses dans le corps du jeune homme. APHRODITE revient précipitamment pour voir mourir son amant, elle accourt vers lui et teint les roses de sang. Puis, elle le métamorphose en ANEMONE. Il existe plusieurs versions du mythe qui porte une étroite ressemblance avec la résurrection d'OSIRIS et le babylonien NEMROD-TAMMUZ.


LE MAT ET ORION

Orion représenterait-il toutes les figures c'est à dire personne ?

Le Tarot de Marseille, ce dernier ayant été dessiné par Jean Cassien en 415 pour conserver la trace des prophéties de Marie-Madeleine. Les 22 chapitres, illustrés par les 22 arcanes majeurs, décrivent les 22 siècles séparant l'ère chrétienne des Poissons de l'ère du Verseau avec un enseignement basé principalement en relation avec la Révélation.

Dans l’Arcane 21, XXI, on voit Marie-Madeleine revenir sur terre, après le XXe siècle et son holocauste, le Tarot représenterait l’Évangile secret de la Sainte. Dans le Tarot, la constellation d'ORION est représenté par le MAT ou le FOU, mais au début de la ROTA, le MAT m’apparaît comme étant un FOU, il est un homme qui avance vers l’inconnu et il ne représente personne, ou encore toutes les figures.



Dans son voyage, le MAT  est acconpagné par un petit animal, un CHIEN ou un CHAT, c'est notre actuelle constellation LEPUS (Lièvre). Dans le tarot, il y a un autre CHIEN BLEU dans la carte de la Lune, comme le MAT / ORION, il regarde aussi vers les étoiles et symbolise l'étoile SIRIUS (l'étoiles du chien) et la déesse Egyptienne NEITH, dans les cosmogonies de diverses traditions occidentales et orientales, il s’agit d’un chemin que l’on appelle le “ Retour vers Sirius ” en relation avec la déesse ISIS, qui correspond comme la Vierge Marie chez les chrétiens au culte de la Vierge mère chez les anciens égyptiens.

En ésotérisme, il revient pour signifier que son initiation l’a transformé et qu’il est désormais un individu accompli et libre. Le MAT désigne peut-être un mort ou un revenant, au sens symbolique du terme, c’est-à-dire quelqu’un qui a perdu quelque chose. Il participe au JUGEMENT DERNIER (20 et 21) de l'APOCALYPSE de Jean (la révélation). Comme le Dieu Egytien ONOURIS, le MAT représente celui qui sauve le soleil, il est " PERSONNE " mais aussi le " grand héros " et le " grand chasseur ", celui qui va vaincre le ciel et devenir un demi-Dieu après avoir arpenter le chemin et non pas connaître le chemin comme un initié.




La Lame d'ORION représente le début, la fin et le commencement, l'Alpha et l'Omega. ISIS est représentée dans la carte du MONDE (21) mais avant doit venir le JUGEMENT DERNIER et le retour du MAT, c'est à dire du fils de l'HOMME pour l'âge du VERSEAU et la création d'un nouveau MONDE après une désttruction de la MAISON DIEU (la Tour), et cela correspond à notre époque éctuelle. Cependant, comme l'indique la Lame du PENDU il y a des inversions, il faut donc remplacer la figure de l'AIGLE qui représente le SCORPION par le TAUREAU et Vice Versa pour obtenir la bonne carte du ciel.

Voir : Âge du Verseau

En ésotérisme le MAT / ORION représente l'apprentit qui commence le dévoilement des mystères de la ROUE (Rota) du ZODIAQUE et de ces anneaux, il va escalader la montagne (constellation des Poissons avec le Delta) et redescendre, c'est aussi un chemin de vie en passant les étapes jusqu'à l'âge adulte, c'est la Lame du BATELEUR (Lame 1 / l'initié).

Mais ce n'est absolument pas le message des anciens créateurs du Zodiaque que l'on retrouve avec les Egyptiens et leurs sciences, il semble que la déesse ISIS guide le MAT sur Terre pour ouvrir les portes du ciel afin de réaliser le REVELATION et ainsi rendre la LIBERTE à l'humanité qui est dans un esclavage du DIABLE (Arcane 15).

A l'exception notables des variantes dites de Rouen ou de Bruxelles, où la lame est non numéroté ou encore avec le numéro « 0 », la lame porte le numéro « 22 ». Le nombre 22 est un nombre puissant, c’est un « maître-nombre » et il est considéré comme étant bénéfique. Il symbolise la manifestation de l’être dans sa diversité et dans l’espace-temps. Bien que le MAT ne porte pas de numéro, il demeure le 22ème arcane majeur de la ROTA (roue du ciel) du Tarot. Les kabbalistes quant à eux, estiment qu’elle est la 21ème lame, parce que le SHIN " que l'on peut rapprocher du chinois SHEN (Orion), est la 21ème lettre de l’alphabet hébreux.

Source : http://www.camoin.com/tarot/tarot-code-sentier-etoile-sirius.html



Il y a une différence entre connaître le chemin, et arpenter le chemin (Matrix).




ECHEC AU MAT

La Langue des Oiseaux

Sur son site internet, Nicholas Palffy a réaalisé une étude sur le codage d'ORION à travers l'Alchimie et le Tarot, cependant dans son explication sur l'Arcane sans nombre, notre ORION n'est pas l'Egyptien mais celui du monde moderne, ce qui explique le codage à travers les Arts. Francis Bacon serait-il Shakespeare ?

Source : http://www.paradigme.ch/pages/mat.html

Notre MAT est habillé de grelots, mot qui donne L'OGRE par anagramme. Et l'Ogre étant celui qui mange des enfants, c'est que SATURNE-CHRONOS-KRONOS n'est pas loin… Saturne, le Dévoreur d'Enfant, le TEMPS qui absorbe TOUT (le Vieux Pan est mort, donc le jeune paon fait la roue (ROTAS) hantée...), et le Semeur (SATOR) à tous Vents qui récolte la Tempête…

Or donc, le Mat est Haut. Et il regarde le ciel, façon de dire: Mate le Haut, un conseil qui s'adresse sans aucun doute aux marins et Matelots...

Nous éprouvons tous de l'attachement pour ce grand MAT (et Ulysse tout particulièrement...). Car le MAT c'est aussi le grand Mât: Le Clou, la Lance ou l'Axe qui traverse LE MONDE de part en part (et le Monde se trouve être, incidemment, la dernière des lames majeures). Le MAT a d'ailleurs le pôle au nez et à la barbe de tous le Monde, comme Fortinbras alias F.B IN RROTAS, alias SATORR IN F.B....( F.B étant, bien entendu les initiales de Francis Bacon...), un personnage d'Angle et Terre qui fort embrasse...

Le MAT s'appelle en réalité PAUL. Et c'est un astronome averti. S'il a le nez en l'air, ce n'est pas pour sentir le vent tourner, mais pour regarder les étoiles. Car s'il a perdu la boule, il n'a pas perdu le Nord. Et le nez dans l'Etoile, Paul erre... Ce qui fait rire tout le monde, même le Mat. Et lorsque Paul a ri, Le Clown Comique devient un Mat Cosmique... ou vice-versa...




Lorsque LE MAT retrouve, temporairement, la raison, c'est AMLET, mieux connu sous le nom de HAMLET, le héros de la célèbre tragédie de Shake-SPEAR (la Lance qui remue, et qui se trouble lorsqu'on la secoue). Or le jeune Hamlet, ayant perdu le Nord et le Méridien de Paris, se fait passer pour fou pour venger la mort de son père qui fut tué par son oncle (C)LA(UD)IUS, le Boîteux…Mais il n'ose pas, le Bougre…Il diffère, temporise, se retient longtemps avancer d'exploser...

LE MAT ne se chauffe pas de n'importe quel bois; il préfère utiliser du METAL, et du MERCURE de préférence. La Liqueur d'Airain, ou VIF-ARGENT est un métal hydrargyre qui transmute tout quand on le consumme avec modération. Et Mercure, alias HERMES, c'est le plus grand des Voleurs (oui, mais c'est une Gentleman...)... et des Menteurs par la même occasion...Mais ces histoires, c'est du Vent... Ce Mat là ne manque ni d'air ni de souffle !

LE MAT transporte une besace au bout de son bâton? Non, sûrement pas. Ce serait plutôt une Bourse Pleine au bout d'une Tige, empoignée à pleine main... Ou alors une Outre pleine d'Air, objet qui en latin se nom FOLLIS. Le Fou promène sa Follis? L'esprit devin trimballe un Sac de vents? Ne serait-il pas un peu Pétomane, ce garçon? Disons seulement que ces vents sont des choses biens éphémères, que la vie passe comme un souffle, une brise ou une Tempête… Carpe Diem, Cueille le jour...

D'ailleurs sa tige ressemble plutôt à une Cuillère, ou une BARATTE à beurre (et sa Besace n'est alors rien d'autre que le Pot ou la Jarre à baratter). Or la fabrication du beurre demande du TEMPS et de la Patience, qui est une manière de MESURER son effort. Mais qu'est-ce donc que BARATTER? C'est remuer avec constance et régularité sa Cuillère dans le Vase Sacré (aussi appelé Saint des Saints ou GRAAL) pour produire de la Crème, du Beurre et du Petit Lait. NECTAR d'immortalité, Soma, Elixir, bien des noms ont été donné à cette précieuse liqueur, à cette Quinte Essence qu'il s'agit d'extraire avec délicatesse et persévérance... Le vrai Fou tourne Autour du Pot, tandis que le Petit Homme fait de petites Tommes... Car le Mat, c'est le Beur et l'Agent du Beur...

ET le Mat n'est-il pas celui qui fait du BARATIN pour arriver à sa Faim? Ses paroles s'envolent avec le vent, comme l'Oiseau qui a LLOQ.

Qu'est-ce que ce CHIEN qui se contente de suivre son maître à la trace? Est-ce SIRIUS de la constellation du Grand Chien (Canis Major) sur les talons de son maître ORION? La CEINTURE de ce MAT là devrait éveiller nos soupçons…tout comme l'ANGLE de la Canne du Marcheur. Comme le chantait le Petit Moineau: "Non rien d'Orion, non je ne regrette Orion..."

Le Chien au Cul de ce moins qu'Orion (quelquefois surnommé Outis...) se jette sur la cuisse du JEUNE (IOVANIS-DIONYSOS-YEHOUVA-JESUS-JEAN-OANNES), un Jov(an)is Pater ou Jeune Père ou Père Vert, en puissance et polymorphe devrait-on préciser… Or le Fou se tire, il se barre, il Fait le Mur, Ducon. Il est Fou, Alf le Loup...

Comme Le MAT voyage, Il se lève tôt, de très bonne heure. Normal, c'est le Mat, Hein? Le GRAND MAT se LEVE de BONHEUR le MATIN? On appelle cela une BELLE ERECTION (ou E-REX-ION), événement heureux qui se dit OEDIPE en Grèce. Car Oedipe, OI-DIPOUS, sait se lever de bon pied le matin, car il a le "pied" qui gonfle (oidê pous). (Ulysse-Ody-ssée est aussi un Voyageur qui en sait un Bout dans ce domaine, lui qui s'attache à son MAT pour écouter le chant des Sirènes…). Le MAT avance donc dans la vie en plantant allègrement son Bâton dans les jeunes touffes vertes. Mais un beau jour, le MAT traque son père et trique sa Mère, après avoir truqué les Hexas de la Maîtresse d'école, une ex sage-femme qui, n'ayant plus la maîtrise des cols, se croit désormais la Cheffe de la polis.

La FOLIE du MAT est qu'il ne sait pas s'arrêter en si bon chemin. Comme la grenouille de la Fontaine, il gonfle et enfle à n'en plus finir, au point de devoir se percer les yeux pour pouvoir vider son sac. Le Bot tourne autour du Foot... pour prendre son Pied aux Anti-Podes... Sigmund, resté bouche bée, va rejoindre Morphée en tétouillant les Cigares d'Akhenaton ...

Pour en revenir à nos affaires, il est utile de préciser que le voyage du MAT ressemble plutôt à un chemin de Croix, ou à une croisade. Et la croisade du MAT le mène à MALTE, une île perdue dont l'emblème a forme d'étoile...On revient toujours à ses premières amours, n'est-ce pas ?

Après bien des péripéties, le ventre vide et la Bourse sèche, l'ARCANE SANS NOMBRE, – alias Paul ou Popol pour les intimes –, doit filer la queue entre les jambes vers de nouvelles, INNOMBRABLES et INOMMABLES aventures… C'est qu'Ulysse attend...



SOURCES ET LIENS 





© 2002 / 2014 - SecreteBase - Tous droits réservés