R E S U R R E C T I O N
Renaissance et Royaume du Ciel

A R B R E D E V I E  &  S A I N T  G R A A L

RESURRECTION SOLAIRE DES ROMAINS

Le phénomène apparaît autour du 25 DECEMBRE, c'est à dire au SOLSTICE D'HIVER. A partir du solstice d'été jusqu'au solstice d'hiver, les jours deviennent plus courts et plus froids. Du point de vue de l'Hémisphère Nord, le SOLEIL opère un mouvement vers le Sud, il devient plus petit et se fait plus rare. Le raccourcissement des jours et la fin des récoltes à l'approche du solstice d'hiver symbolisent le processus de mort chez les anciens : LA MORT DU SOLEIL.

Ainsi, le 22 décembre LA MORT DU SOLEIL était entièrement achevée. Etant donné que le SOLEIL s'est déplacé continuellement pendant 6 mois, il atteint son point le plus bas dans le ciel. A ce stade une chose curieuse se produit : Le SOLEIL cesse de se déplacer vers le Sud, ceci est perceptible du moins pendant 3 jours. Durant ces 3 jours de repos, le SOLEIL reste à proximité de la CROIX DU SUD (la constellation de la Croix).

Suite à cette période de temps, le 25 DECEMBRE, le SOLEIL se déplace d'un degré, cette fois-ci vers le Nord, ce qui annonce des jours plus longs de la chaleur et le printemps. Cette resurrection romaine inspirée par le culte de MITHRA et de CYBELE avatar du
HORUS est cependant purement symbolique.

Voir : Rituel de Noël


TEXTES PRECURSEURS DE L'EGYPTE

Il n'y a pas d'indices sur les textes précurseurs, mais il semblerait qu'on en retrouve les traces à travers les formules du Livre des morts et dans les Textes des Pyramides. En Egypte, la gnose se transforma en une croyance religieuse et populaire (comme cela s'est produit dans d'autres religions) mal interprétée par les générations futures en perdant la capacité de comprendre la signification ésotérique des textes sacrés.

Les textes précurseurs donnent naissance aux croyances antiques et à nos religions, pour finalement organiser notre monde car c'est toujours notre système. Il est évident qu'il y eu a un mauvais sens de lecture et une mauvaise interprétation des signes et des symboles, en plus des nombreuses reforges du ciel, et cela depuis l'Egypte antique.




Une grande partie de l'initiation religieuse et ésotérique basée principalement sur les mystères les symboles est fausse. L'objectif est de cacher la vérité à l'initié, mais aussi de prendre le commandement des groupes " psychologiquement ". On a manipulé les symboles, retourné les signes, changé les noms. C'est un labyrinthe, le demi-Dieu est un " IMMORTEL ". Nous avons avec les moyens tecnologiques dont nous disposons et une grande liberté dans l'écriture, de nombreux témoignages sur ce retour à la vie après un accident sur la route de brique jaune (le chemin de vie).


HORUS LE REVENANT

On retrouve des avatars du premier HORUS tuant le TAUREAU dans le culte de MITHRA, de CYBELE, et à travers de nombreuses autres figures comme SHIVA ou encore ST-MICHEL tuant le dragon antiique, c'est le PHENIX de la destruction. Chez les catholiques, la dévotion envers l'Archange, vainqueur de Satan, offre quelque chose de plus que la dévotion aux autres Saints. Pendant tout le Moyen Âge il est plus souvent appelé « Saint-Michel-au-Péril-de-la-Mer » car il serait sauvé de la noyade, comme le HORUS antique puisque la barque solaire est aussi représentée dans les étoiles, elle est guidée par SELKIS avatar de MARIE-ISIS (Aset).

Ce HORUS que l'on a caché au monde et retiré du ciel est le grand vainqueur de la bête (le système), il serait vraiment un sauveur et messager des Dieux, et donc Demi-Dieu lui-même, puisque en contact avec ce que l'on ne peut pas voir. Son retour est annoncé pour le Jugement Dernier c'est à dire un changement important de civilisation, voilà pourquoi MICHEL porte aussi la BALANCE symbole du Jugement.

La figure du premier HORUS est aussi visible dans les oeuvres d'arts de l'antiquité ou plus proche de nous le fameux tableau " La Liberté guidant le peuple " (Delacroix) qui est littéralement une représentation cosmique du ciel avant l'invention du Zodiaque. Dans ce cas, MARIANNE est SELKIS et ses avatars (Freya chez les scandinaves, Isis / Aset chez les ptolémées, Athena chez les Grecs, etc.) celle qui redonne le soufle de vie et guide le peuple pour la liberté, c'est à dire la destruction de notre MATRICE basée sur le Zodiaque et la précession des Equinoxes.

Voir :
Secret de l'Etoile Rouge




Il y a encore des mystères, les figure de HORUS-RA et de SETH semblent être la même personne en plusieurs étapes cosmiques codées dans les étoiles sur l'écliptique du Zodiaque. Nous retrouvons aussi les avatars des Dieux comme THOT et HERMES (Mercure) dans ces fresques sur les tombes.

Selon des chercheurs et des ufologues, derrière l'ultime codage du ciel avec la patte de TAUREAU
alias notre GRANDE OURSE présentée parfois (pas toujours) comme un avatar de SETH se cache une scène d'abduction proche des N.D.E., cette expérience serait vécue et racontée par des abductés à travers le monde et ne serait pas le fameux tunnel de la mort mais autre chose.

Voir : Des Signes dans les Tombes


Tableau retrouvé du peinte Normand Nicola Poussin - La Clef de l'énigme
Source : Le Secret de Poussin

HARPOCRATE ET LE SILENCE

Bien avant l'invention de la religion osirienne et les reforges du ciel, ces figures existaient déjà avant l'invention des Zodiaques. A partir des fresques sur les tombes, le ciel des anciens est reconstitué, et nous pouvons découvrir un codage astronomique à partir du " Livre des Morts " dans les constellations.

La constellation du HORUS (Anu) est invisible, on a retiré plusieurs figures du ciel pendant les reforges à cause du déplacement du ciel avec le phénomène de la précession des Equinoxes mais aussi par la prise de pouvoir du Temple sur l'ensemble de la société. La constellation oubliée se trouve difficilement entre les deux Lions, le Lynx, la Chevelure de Bérénice et les chiens de chasse


Montage à partir des fresques dans les tombes vers -1500 et notre ciel actuel

.Le HORUS est principalement représenté à travers LEO MINOR (petit Lion), proche de l'étoile d'eau des Egyptiens, le signe du CANCER représente la ruche mais aussi l'emblème de SELKIS (la Vierge) puisque le CANCER est à l'origine une Nèpe aquatique (ou scorpion d'eau) de la Déesse, le symbole de la respiration (soufle de vie) et donc de l'oxygène.

Voir : Un Crabe dans le Ciel

Depuis cet endroit du ciel, le
HORUS est réanimé (ou reconstitué) par SELKIS et son soufle de vie (la Nèpe aquatique), avec l'aide d'ANUBIS ou d'autres entités sur la table du LION. Le jeune HORUS tue alors le BOEUF assimilé à SETH, notre actuelle GRANDE OURSE, cette constellation assimilée au monstre SETH pourrait représenter une entité ou un objet caché, ou tout simplement la mort.

Un autre indice d'une relation avec la mort est la présence de la PANTHERE sur des fresques. Deux pilliers forment aussi une constellation et il y a un oiseau dans le ciel, toute la structure du ciel est en relation avec les figures que l'on trouve dans les tombes de l'Egypte et le " Livre des Morts ".


Horus Triomphant (version grec) tient le Taureau et le Lion (ou d'autres animaux selon la ville état)

Le codage est volontairement caché au monde, il y a un secret dans le ciel. Si pour beaucoup c'est un phénomène de réincarnation que l'on peut voir sur les fresques de l'Egypte, cette scène astrale est proche de la mythologie nordique quand une VALKIRIE (la Déesse Freya) choisi un guerrier sur le champs de bataille pour le porter jusqu'au royaume d'ODIN (Osiris ou Anubis?) pour être réanimé.

La symbolique de la mise à mort de
SETH le BOEUF serait alors une métaphore de la victoire sur la mort et il faudrait alors considérer le " Livre des Morts " et le ciel autrement. Il existe plusieurs versions de cette scène et il semblerait bien que le signe du LION représente bien une table pour recevoir un corps. Si vous êtes natif du signe du Lion, débrouillez-vous avec votre astrologue !

Dans l'Atlas antique chinois est situé à cet endroit l'épée Xuan-Yuan de l'Empereur Jaune de la Chine ancienne, il défendait les chinois contre le chef de guerre Chi You et ses sujets agressifs. Après la défaite de Chi You, l'épée a été transmise de l'Empereur Jaune aux générations futures pour continuer à défendre le monde contre le mal. En raison de sa grande puissance, l'épée a été souvent sollicité par des individus perfides pour poursuivre leurs propres fins, les étoiles du CANCER sont les " Fantômes ".


 FAUCON ET PHENIX

Si les expériences proches de la mort (NDE) et le phénomène de la résurrection ne sont pas dans notre histoire évolutive, les représentations de la résurrection associées aux cultes des morts n'étaient certainement pas inconnues du Temple. L'expérience NDE aurait été un long tunnel qui nous amène à une lumière blanche brillante vers l'au-delà et un canal de naissance qui nous amène dans une vie. Les deux peuvent être phénomènes peuvent être la base d'un codage primitif avec des " porte des étoiles ", un passage de l'âme vers le royaume céleste.

Nous avons d'autres portes dans le Livre des Morts des Egyptiens, le livre serait un manuel technologique pour la résurrection ou l'histoire d'un abducté par des forces occultes. Dans le livre des Morts Egyptiens, le FAUCON et le HERON (phénix) sont des icônes clés, chacun des oiseaux est apparemment associé avec un portail directionnel spécifique ou une porte dans le ciel. Dans le sortilège 13 pour entrer et sortir de l'Ouest (symbolique des enfers), le voyageur de l'au-delà déclare : « Je suis allé en tant falcon, je suis venu comme un phénix ».

L'ancien oiseau FAUCON correspond à la porte du sud qu'on peut appeler " ex-carnation " (aller aux enfers), fournissant un conduit pour l'âme quittant le corps après la mort. Le hiéroglyphe d'un HERON sur une pyramide correspond au mot BAH ce qui signifie " inonder ".

L'oiseau
PHENIX correspond à la porte du nord de l'incarnation pour " sortir de terre " ce qui permet à l'âme de revenir à un nouveau corps (ou à son corps). En raison du déplacement du ciel avec la précession des équinoxes, la porte du nord se trouve maintenant entre les constellations des Gémeaux et du Taureau. L'actuelle constellation de PHENIX  est située au-dessus de la BALEINE avatar du roi au début du fleuve ERIDAN, dans la mythologie l'oiseau de feu serait le Roi CEPHEE revenant délivrer sa femme et détruire le mauvais Roi, c'est à dire la BALEINE.




Le mythe du PHENIX est apparu en Egypte avant de se répendre chez les Grecs puis les Romains. Chez les Egyptiens, le PHENIX était appelé BENOU (Bennu). Son nom venait peut-être de la racine " webwn " signifiant " briller ". Pendant l'Ancien Empire égyptien, le BENOU avait la forme d'une bergeronnette printannière, selon les Textes des pyramides elle symbolisait le dieu solaire ATOUM-RA. Les Egyptiens pensaient que le BENOU vivait sur la pierre BenBen (obélisque) d'Héliopolis.

Au commencement du monde, il aurait survolé les eaux primordiales (le Noun) et rompu le silence par son premier cri, l'oiseau représente ainsi le premier lever de soleil sur la terre. Il est parfois représenté comme un oiseau migrateur sous la forme du HERON BENOU (un héron cendré aujourd'hui disparu) était " Celui qui se lève ".

L'oiseau BENOU représentait aussi la planète VENUS qui précède le Soleil pour le guider, le BENOU sera aussi considéré par les Egyptiens comme une manifestation d'OSIRIS ressuscité sous la forme d'HORUS, ainsi la planète VENUS sera parfois appelée " l'étoile du bateau du Benou-Osiris ". Selon les Grecs le PHENIX était capable de renaitre aprés son immolation dans un bûcher, ils l'associaient au dieu solaire Appolon, à l'aube, le PHENIX chantait une belle chanson et le dieu Soleil arrétait son char pour l'écouter. Le PHENIX est ensuite devenu le symbole de la résurrection du soleil mais aussi de la MORT.

On lui a donné parfois une forme ressemblant à une COLOMBE ou encore un AIGLE chez les Grecs. En Russie, le PHENIX deviendra le JAR-PITSA (l'oiseau de feu). Chez les Arabes, il sera parfois connu sous le nom de QÛQNÛS issu de " Kuknos " qui signifie CYGNE en grec, chez les Arabes prés-islamiques était l'oiseau ANQÂ. Il est aussi un signe chez les VIKINGS ou encore le fameux RAVEN (un corbeau), c'était un animal de médiateur entre la vie et la mort et à la perte âmes.


LE JUGEMENT DERNIER

Le Jugement dernier est un jugement solennel et général que plusieurs religions croient être fait des vivants et des morts, au dernier jour, à la consommation des siècles. Chez les Egyptiens, l'âme, en quittant son corps mortel, subissait, dans la région inférieure de l'Amenthi, un jugement dans lequel on examinait sévèrement et l'on pesait les actions qu'elle avait faites sur la terre pendant sa vie. C'est ce que Champollion a appelé " Psychostasie ". Le Jugement est un des points fondamentaux de la religion chrétienne, qu'à le fin des temps tous les humains morts depuis le commencement des temps ressusciteront dans leur propre chair, et que le CHRIST descendra des cieux pour les Juger et rendre à chacun selon ses oeuvres.

Ce Jugement, sera prononcé par le CHRIST, un demi-Dieu, en tant que rédempteur. Les Musulmans admettent aussi un jugement avec deux anges, appelés Monkir et Nékir. Les Juifs croient aussi au jugement, appelé Jour de Yahveh (ou le Jugement de Yahveh). Selon les juifs, il aura lieu dans la vallée de Josaphat, près du mont des Oliviers. Les Grecs comme les Latins reconnaissaient aussi un Jugement qu'avait à subir l'âme des humains après la mort.


LE LIVRE DES MORTS

Le Livre pour Sortir au Jour

Le Livre des morts (mieux traduit par « Livre du retour à la lumière du jour ») tire ses origines dans une longue tradition scripturale que l'on peut faire remonter jusqu'à l'Ancien Empire égyptien ; les premiers textes funéraires étant les Textes des Pyramides. Aucun exemplaire du livre des morts ne contient toutes les formules connues et recensées. Les exemplaires les plus complets sont tardifs (dynastie des Ptolémées) tel le papyrus de Turin. Les différents exemplaires du Livre des Morts ne sont pas tous identiques, car le bénéficiaire choisit les formules qui lui conviennent. Certains peuvent donc être courts, alors que d'autres reproduisent l'ensemble, ou presque, du corpus.

Le Livre des morts des Anciens Égyptiens a pour véritable titre, à l'époque de l'Égypte antique, "Livre pour Sortir au Jour". Le « jour » en question est celui des vivants, mais aussi de tout principe lumineux s'opposant aux ténèbres, à l'oubli, à l'anéantissement et à la mort. Il s'agit de rouleaux de papyrus, recouverts de formules funéraires, placés à proximité de la momie ou contre celle-ci, dans les bandelettes.

Dans cette perspective, le défunt égyptien cherche à voyager dans la barque du dieu soleil Rê et à traverser le royaume d'Osiris (version nocturne du Soleil diurne en cours de régénération). Le livre des morts est au Nouvel Empire destinées à une population plus large, donc largement fantaisiste. Comme avec les fresques sur les murs, les artistes égyptiens ont toujours su inclure leur petite touche et aucun livre n'est tout à fait semblable aux autres.


La scène finale du papyrus d'Ani (formules 185 et 186)

La scène finale du Papyrus d'Ani combine les mythologies osirienne et solaire. Ani et son épouse Thouthou font une offrande à Osiris-Sokar (formule 185) et à Hathor, déesse du ciel et protectrice du dieu soleil. L'aspect maternel de la déesse est ici évoqué par une figuration de Thouéris, déesse protectrice des femmes enceintes et des jeunes enfants. Pour les Égyptiens, la femelle hippopotame représente l'archétype de la bonne mère car elle est prompte à défendre son rejeton face aux attaques des crocodiles. L'aspect céleste de la déesse est rappelé par la tête de la vache Mehourt.

Son nom signifie le " Grand flot " et le corps de cette vache primordiale est assimilé au ciel-océan des origines. Ici THOUERIS et MEHOURT sont clairement deux aspects de la déesse HATHOR car toutes deux portent sur leur tête son symbole, que constitue le disque solaire encadré par deux cornes. MEHOURT apparait hors de la montagne thébaine lieu où sont ensevelis les défunts. HATHOR est aussi la dame de l'Occident (la nécropole).

Cet aspect est figurée par une tombe blanche surmontée d'une petite pyramide. La tombe tout en étant une sépulture pour la momie est aussi un lieu de culte où est entretenu le souvenir du défunt ainsi que sa vitalité par le moyen des offrandes funéraires. La régénération du défunt est évoquée par le marécage que constituent le champ de LOTUS (fleur de vie). Cette fleur est une des forme que l'âme-Bâ du défunt peut prendre grâce à la formule 81 A/B pour sortir au jour hors de la tombe.


Formule pour sortir le jour après l'ouverture de la tombe

O âme très vénérable, je suis venu te voir, pénétrer dans le monde des morts, voir mon père, écarter les ténèbres, car je suis son bien-aimé, je suis venu voir mon père Osiris. J'ai tranché le cœur de Seth qui avait fait du mal à mon père Osiris, alors ouvrez-moi toutes les routes du ciel et de la terre puisque je suis le fils chéri de son père. Je suis venu anobli, béatifié, préparé. O vous tous les dieux, tous les bienheureux, laissez-moi passer, car je suis le dieu Thot.

Anubis à tête de chacal procède à la pesée du cœur du défunt. Sur la balance, le babouin de Thot en garantit l’exactitude
Livre des morts de Aha-Ner, XXIe dynastie - Musée égyptien de Turin© Alinari / The Bridgeman Art Library

TEXTES DES SARCOPHAGES

Les parois de sarcophages du Moyen Empire sont inscrites de formules parfois similaires à celles du Livre des Morts. Le pouvoir royal perd son prestige lorsque l'Ancien Empire sombre dans l'anarchie de la Première période intermédiaire. Les textes des pyramides cessent d'être réservés au seuls membres de la famille royale et sont récupérés par des notables locaux de haut rang. Des illustrations représentent la carte de l'Au-delà, dite du Livre des deux chemins.




Cette figuration cartographique est à rapprocher de celle de la formule 110 du livre des morts où le défunt laboure des champs entouré de cours d'eaux. Les textes des sarcophages participent à ce que certains égyptologues appellent la démocratisation ou la démotisation des textes des pyramides.

Ces textes remplissent une double fonction, ils accompagnent le défunt dans son parcours dans l'au-delà et l'aident à surmonter les obstacles du monde des morts et ils servent pour le culte, les prêtres les récitent à trois moments bien précis : pendant l'embaumement, lors de la mise au tombeau, après la déposition du corps.


ANUBIS LE GARDIEN ET LE LAC SACRE

Anubis et la Neuvième Porte

Grâce à la recherche de Robert Temple, il a été révélé que la statue de ANUBIS comme le SPHINX était autrefois entouré d'un lac sacré, dans les textes anciens, il a été appelé le LAC DU CHACAL, lac du pays du monde, Lac de Feu, le lac de l'Aube, Canal de Dieu, Canal d'Anubis, la voie navigable, le lac de l'eau calme, le lac de la Vie. Le corps gisant de ANUBIS aurait été submergée sous l'eau pour une raison symbolique. On retrouve ce rituel dans le bâpteme.

En occultisme, ce LAC SACRE dans lequel la purification symbolique a lieu est appelé le lac du PAYS DU MONDE parce que ce lac est aussi le symbole des "énergies sexuelles". Il descend à travers les neuf couches de la pègre. Être lavé dans le LAC SACRE est une réalisation dans la neuvième sphère (ou porte). Le LAC SACRE était aussi un symbole des eaux primordiales, l'utérus de la Mère éternelle, où le Fils (l'initié avec un Christ / Horus à l'intérieur) doit retourner afin de passer au-delà de la mort et de la renaissance.




ANUBIS est aussi lié au CHACAL et aux CANIDES (Chien, Loup, etc.) mais aussi à HORUS (Le Chacal debout est un Horus) demi-frère de ANUBIS, et au dieu MERCURE dont il est devenu associé, depuis la région des morts et le monde souterrain pour guider l'initié. C'est l'endroit où le processus de purification alchimique doit avoir lieu précédant la résurrection, dont le caducée de Mercure (le Serpentaire) est un symbole en alchimie.

Une équipe de chercheurs adécouvert que neuf chambres souterraines se trouvent sous le Grand SPHINX. Ceux-ci symbolisent les neuf couches, qui se retrouvent aussi dans d'autres sites antiques à travers le monde, comme les neuf terrasses de la pyramide de Chichen Itza au Mexique et les neuf chambres sous Glastonbury Tor en Angleterre. Les Mayas ont affecté 9 niveaux de l'enfer, tout comme Dante a fait dans sa Divine Comédie.

Ces chambres sous le SPHINX représentent les couches de l'enfer, elles précèdent la résurrection. C'est pourquoi OSIRIS est jeté aux enfers après avoir été tué par SETH, et que JESUS descend aux enfers après sa crucifixion. Joseph d'Arimathie enveloppe le corps de JESUS crucifié en lin avant qu'il ne le place dans une tombe, puis les deux Marys apportent des épices et des parfums pour embaumer le corps, tout comme ISIS et NEPHTYS avec OSIRIS (Ausar).

OSIRIS (Ausar) fut rapproché du dieu ONOURIS (Orion), un homme à barbe qui porte une coiffe composée de quatre hautes plumes. Dans son aspect funéraire, ONOURIS porte l'épithète de Khentamenti, le « Chef de l'Occident ». A Abydos, dans la nécropole thinite, OSIRIS s'assimile à Khentamentiou, le « Chef des Occidentaux », divinité funéraire proche de OUPOUAOUT (l'étoile procyon de Canis Minor) représenté sous la forme d'un canidé noir et certainement un symbole en relation avec les étoiles circumpolaires.

Voir : Le secret des Chiens

OSIRIS est un dieu complexe dont la présence est attestée sur tout le territoire égyptien, il est intimement lié à la monarchie égyptienne et c'est parfois le Pharaon, donc une figure historique. OSIRIS étant un dieu mort, ses représentations le font voir comme un corps momifié. Ses postures sont diverses, couché sur son lit funèbre, assis sur le trône ou debout tel un revenant. OSIRIS est doté de l'épithète « Celui qui a beaucoup de noms » (ash renou). Cette accumulation d'épithètes et de noms apparaît dans le chapitre 142 du livre des morts.


Le dieu Anubis pèse le coeur du mort en présence des dieux Thot et Oumenet avec les 42 juges

Selon la croyance, après le jugement, le défunt est présenté à OSIRIS, le premier homme ressuscité. Son trône est placé sur un lac de natron d’où émerge une fleur de LOTUS couronnée des 4 fils d’Horus, et derrière OSIRIS se tient ISIS et NEPHTY, sœur d’ISIS. Mais il y a plusieurs versions et des confusions entre les figures et avec le HORUS.

Dans cette version de la pesée du Coeur, on peut donc voir c'est un HORUS  qui introduit l'initié (un Elu), mais on pourrait aussi penser que l'initié est un HORUS dans un état inférieur et qu'il va devenir un OSIRIS (Père) après plusieurs transformations. OUMENET (Ammit ou Ammet) est celle“ celle qui engloutit ”, avatar de HATHOR en Hyppopotame, elle protège aussi ses enfants. A une époque tardive la constellation de la BALEINE représente la déesse, elle est alors composée de 3 animaux différents : le corps du LION, l’arrière-train de l’HIPPOPOTAME femelle et la tête du CROCODILE. Elle personnifie la punition réservée aux damnés, elle assiste au jugement lors de la pesée et elle mange les pêcheurs. Avec les Grecs, elle deviendra la constellation CETUS le monstre marin assimilé au Grand Dragon (le maître) surveillant le Zodiaque.

Voir : Cetus la Baleine


Anubis réalise le processus de momification sur la table en forme de Lion.
Les quatre pots sous la table représentent les quatre corps purifiés alchimiquement.

Dans les Textes des Pyramides, l'initié est nettoyé dans le LAC SACRE de RO-SETAWE (le plateau de Gizeth ou Ros Tau) entourant le SPHINX (Anubis) dans lequel quatre dieux et quatre POTS (les Canopes) sont impliqués. Ils représentent les quatre " Âmes " d’HORUS l’ancien, les quatre " Fils ", les quatre " Etapes " de la transformation.

Les pots correspondent aussi aux quatre directions. Ces figures étaient censées aider l' "âme" (le Bâ) du défunt à trouver son chemin vers l'au-delà. Le nombre de ces vases ne varia pas dans le temps, ce qui ne fut pas le cas de leur forme, les couvercles ont également évolué.


Kébehsénouf (faucon), Amset (homme), Douamoutef (chacal), Hâpi (babouin)

Dans le " Livre des morts ", les quatre fils d’HORUS l’ancien font également partie des sept esprits qui veillaient sur le corps d'OSIRIS. Selon d'autres sources, les POTS symboliseraient aussi les quatre corps de l'initié qui sont nettoyés et purifiés de façon alchimique: ils sont physiques, vitaux, corps astral, et mental. Ces organismes doivent subir un nettoyage, car ils sont les organes par lesquels l'ego (états psychologiques inférieurs) se manifeste avec les énergies sexuelles. Dans le processus de nettoyage les egos sont détruits et les énergies sexuelles seraient ainsi purifiées. On y plaçait les viscères du mort (foie, poumons, intestins et estomac).

Cela peut sembler stupide, puisque à l'origine ces tombes n'ont jamais été pour des défunts réels, mais pour des rites initiatiques afin de symboliser le processus de mort intérieure. On retrouve ce rituel avec le cercueil dans les loges. C'est pourquoi les sarcophages de pierre dans les chambres des grandes pyramides ont été retrouvés vides. Un sarcophage de pierre entouré d'eau a aussi été découverte dans les tunnels souterrains sous le plateau de Gizeh.

Ce rituel est devenu avec le temps une purification des énergies sexuelles grâce à l'alchimie et à travers les neuf couches de notre psyché et les énergies qui existent dans le monde souterrain, la région de l'inconscient. La tradition est donc oubliée dès le début de l'empire Egyptien, au profit des pratiques sexuelles des Rois et de l'élite. Les passages de ces textes ont été ensuite séparés et classés par catégorie, illustrés et transformés dans le livre des morts. Tout est donc mélangé depuis l'Egypte et l''interprétation de cette RESURRECTION est bien mystérieuse et il y a des manipulations et des copieurs !




Il semblerait aussi que le SCORPION assimilé à SETH n'a pas toujours été le Dieu jaloux et maléfique. Mais NEITH-ISIS, emprunte parfois l'aspect du SCORPION protecteur, c'est la déesse SERKET (ou Selkis). Une très ancienne légende fait allusion à la sauvegarde du futur héritier (Horus), et pendant sa grossesse elle a placé sept scorpions en protection autour de lui, c'est l'origine du signe du SCORPION.

Les 4 éléments sont visibles au musée su caire, dans l'Egypte antique NEPHTYS, NEITH, ISIS, et SERKET forment une équipe de quatre déesses qui protégeaient les pots canope contenant les organes des morts, elles sont les Quatre Pleureuses. Pour cette raison, les Egyptiens représentent ces 4 déesses dans les coffres canopes et parfois dans des sarcophages.

Voir : Le Crabe dans le Ciel

SERKET fut d'abord attachée au monde souterrain puis au monde des morts où elle fut chargée de surveiller le serpent Apopis, ennemi de Rê. Mais on la voit le plus souvent aux côtés d'ISIS et de NEPHTYS procédant aux rites funéraires d'OSIRIS, protégeant les viscères du roi.

On la représente comme une femme avec sur la tête un insecte aquatique, la nèpe, appelée scorpion d'eau ; sous forme de scorpion à tête de femme ; ou encore déployant de larges ailes pour protéger les morts. SERKET possédait par ailleurs des pouvoirs guérisseurs exercés par l'intermédiaire de ses prêtres charmeurs de SERKET qui sont à la fois médecins et magiciens. Elle avait le pouvoir de transmettre la connaissance de la médecine à ces derniers.


Les étapes de la Résurrection d'Osiris

Dans une des nombreuses versions de la pesée du Coeur, on peut donc voir c'est un HORUS qui introduit l'initié (un Elu), mais on pourrait aussi penser que l'initié est un HORUS / ANU dans un état inférieur et qu'il va devenir un OSIRIS (Père) après une transformation. Ce ne serait donc pas un voyage " karmique " dans les cycles de vie, mais un retour à la vie après un JUGEMENT divin.

A l'origien le nom du HORUS était ANU, et il y a des confusions avec ce nom. Selon les archéologues A. Gigal et Amélineau, ANU est un terme appliqué à OSIRIS lui-même c'est à dire au Pharaon osirien. Amélineau cite un passage du chapitre 15 du Livre des Morts (le livre pour sortir au jour) où le nom d'OSIRIS apparaît dans son rôle de quatrième Pharaon sur la Terre, que les Grecs vont traduire plus tard par " Onuphrius ", c'est-à-dire, " Bon ". Par opposition à SETH représentant le mal, ANU représente donc l'homme " bon " et le " bien " sur Terre. Il y a aussi des confusions avec le nom HOR.


Anubis Maître des Secrets et chef de la loi divine dans la scène de la pesée du coeur

Dans le " Livre des Morts ", ANUBIS le " Maître des Secrets " apparaît dans la scène de la pesée du coeur, illustrant des événements après la mort. Le cœur du défunt est pesé par Anubis sur la balance de la loi divine (appelée Maat, qui est l'ordre cosmique) contre une plume pour déterminer comment ils ont vécu leur vie, et sur cette base, ce qui leur arriverait prochaine. C'est une illustration d'ANUBIS dans son rôle de juge en chef de la loi divine et de la justice, dont il administre avec les 42 autres juges, connus dans les anciens textes égyptiens comme " Les évaluateurs de Maat et le dieu Thot ".

ANUBIS a non seulement un rôle dans la réception de la mort et de les juger, mais aussi dans le processus ésotérique de la mort intérieure. Résurrection est toujours précédée par la mort, mais cette mort n'est pas que physique, elle est intérieure dans un processus de purification psychologique et énergique.

Cette science sera transformée en une conviction religieuse et mal interprété par les générations suivantes par des personnes qui n'ont pas la capacité de comprendre la signification ésotérique des textes sacrés de l'Egypte. Ainsi, le Pharaon croit au contraire que leur mort physique amènerait à la résurrection physique dans l'au-delà, s'entourer de bijoux et de sortilèges magiques pour assurer un passage dans le voyage pour atteindre l'immortalité.



Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs oeuvres, d'après ce qui était écrit dans ces livres. [Apo. 20:12]



RO-SETAWE et la NECROPOLE sont des anciens noms pour le site des Grandes Pyramides et du Sphinx, et la Nécropole est un terme qui signifie cimetière. Dans les anciens textes égyptiens ANUBIS a été appelé le Seigneur de RO-SETAWE, il préside la Terre Sacrée, et il est lechef de la nécropole. Ce sont toutes les références à ANUBIS, le dieu de la mort, qui préside le plateau de Gizeh, qui a été connu comme le centre de la Terre et le lieu de la mort.

ANUBIS était aussi connu comme le « Maître des Secrets », et a souvent été dépeint comme un chien ou un chacal couché sur un cercueil, ce qui a été dit qu'ils contiennent des secrets sacrés. En effet, le SPHINX monte la garde sur les secrets incroyables, comme elle se trouve en dessous de neuf chambres, chacune contiendrait un objet métallique inconnu.



Il vient en effet, ce Ounas, las des Neuf, un esprit impérissable, celui qui portait plus que vous, celui qui a souffert plus que vous, celui qui est plus fatigué que vous, il est devenu plus grand que toi, celui qui sera plus heureux que vous, celui qui hurle plus fort que vous. Vous n'avez plus de temps là-bas! Voici, c'est ce que Seth et Thot ont fait, vos deux frères, qui ne pouvait pas pleurer ! Vous. (Les Textes des Pyramides, énoncé 218)





RESURRECTION ET CONSTELLATIONS

Dans un des épisodes, de " GILGAMESH " en quête de l'IMMORTALITE (les 12 travaux d'Hercule / Héracles) chez les sumériens, on révèle l’existence d’une plante de jouvence au Héro. Mais à peine a-t-il pu se procurer la plante qu’il se la fait dérober par un SERPENT et comprend qu’il n’est pas dans la nature de l’homme de vivre immortel.

Le
SAINT GRAAL du roi ARTHUR n'est autre qu'une représentation christianisée du chaudron d'abondance ou du chaudron de la connaissance. Ce chaudron est parcouru de nombreux motifs illustrant la mythologie celte, telles qu'une représentation de CERNUNNOS avatar de l'indien PACHUPATI, une autre de TARANIS, une encore d'un dieu ou d'un géant plongeant des guerriers morts dans un chaudron afin de les RESSUSCITER. Chez les Scandinaves, FREYA descend au royaume des morts sauver BALDUR.


La Déesse SA'LA en mésopotamie avatar de Isis et de la Vierge à l'Epi

En Mésopotamie ASHERA sera la parèdre de YAWEH jusqu’à la reforme de Josué, associée à l’arbre de vie du Zodiaque elle génère 70 dieux ; sous le nom de ISHTAR elle descendra aux enfers pour ramener son époux TAMMOUZ, dieu des moissons, à la vie, c'est un avatar d'HORUS quand il retrouve sa compagne ISIS sous une forme de TAUREAU, c'est notre constellation BOOTES, son outil la HOUE et la VIERGE à l'enfant deviendront le CENTAURE. Sous le nom d’INANA la Déesse offrira sa vie au royaume des morts pour ressusciter DAMUZI.

Dans la mythologie celtique, le chaudron « magique » peut, suivant les légendes, donner de la nourriture pour un millier d'hommes, tel le chaudron d'abondance du Dagda, ou bien donner le savoir universel à celui qui goûte de son contenu ou encore ressusciter les morts. C'est la résurrection de
HORUS-OSIRIS codée dans les étoiles à travers un chemin de vie avec à sa tête SELKIS, la constellation de la VIERGE tenant un EPI DE BLE que l'on retrouve dans toutes les cultures sous différents noms.

Voir : La Vierge et les Centaures




HAPY LE DIEU DU FLEUVE

Orion et la Traversée du Fleuve

Les Egyptiens font une connexion avec les sources d'eau et le paradis dans l'au-delà, le Paradis Egyptien est encerclé par une rivière (ITRU) qui sortit du ciel mystérieusement, cette rivière a atteint la surface de la terre à travers deux trous dans la première cataracte entre Éléphantine et Philae et a émergée comme un fleuve.

ONOURIS-SHU et sa soeur TEFNOUT étaient vénérés à Bouto, ils y prennent la forme de flamants roses, c’est pourquoi, on voit sur la planisphère de Denderah la constellation ORION au-dessus du FLAMANT ROSE le Dieu Fleuve, c'est la figure de ONOURIS traversant le Fleuve Nil. Cet oiseau migrateur peuplait autrefois les bords du Fleuve Nil, son retour annonçait l'arrivée de la crue, comme le HERON. Ces oiseaux du fleuve semblent marcher sur l'eau. Chez les Egyptiens, l'oiseau BENOU symbolise le soleil renaissant et il est associé à l'inondation.

Le FLAMANT ROSE symbolise la traversée du Nil. Les Egyptiens représente la constellation ERIDANUS (Eridan) par un FLAMANT ROSE sur un autel. Les Egyptiens font une connexion avec les sources d'eau et le paradis dans l'au-delà, le Paradis Egyptien est encerclé par une rivière (ITRU) qui sortit du ciel mystérieusement, cette rivière a atteint la surface de la terre à travers deux trous dans la première cataracte entre Éléphantine et Philae et a émergée comme un fleuve.


Homme au Serpent de la Venta (Musée de Mexico), Hâpy dans la grotte du Serpent en Egypte
et le bas-reliefs assyriens avec le génie ailé à tête d'aigle assimilé à Ninurta le Dieu de la fertilité et de l'irrigation

C'est ainsi que le Dieu du Nil HÂPY est représenté entouré d'un serpent de protection, il verse l'eau du Nil à la surface de la terre sur deux vases, symbolisant les sources cachés dans les deux grottes sous les rochers. Ces représentations stylisées et symbolique combinant le FLAMANT ROSE et le Nil entourant le dieu HÂPY.

Ces représentations stylisées et symboliques combinant le FLAMANT ROSE et le Nil entourant le dieu HÂPY ressemble à un l'HOMME SERPENT que l'on retrouve chez les peuples amérindiens avec la figure de QUETZACOALT , chez les Mésopotamiens avec le Dieu de la fertilité NINURSA et chez les asiatiques avec BOUDHA l'éveillé entouré de serpents.




En occultisme, ce passage du fleuve devient un symbole de l'initiation, c'est un rituel de passage que doit subir l'initié, une transformation alchimique dans la " grotte " pour atteindre un état de perfection après une mutation et créer ainsi un " Homme Nouveau " par la connaissance des secrets. Mais la pomme de la connaissance n'est pas le fruit de l'arbre de vie, il y a une différence entre connaître le chemin, et arpenter le chemin.

l n'est plus question d'illumination et de troisième oeil, colonne vertébrale reptilienne, mais de l'EAU avec un" franchissement du fleuve " et une " noyade ". Cette construction en relation avec le ciel est récente et date certainement après -1500 ans, puisque nous avons désormais un autre ciel Egyptien pour la déconstruction du mythe et le retour à la source.

Voir : Des Poissons dans le Ciel


LES VALKIRIES

La déesse NEITH triant une flèche dans le ciel le sein dénudé a de nombreux avatars. Le thème de l'Amazone apparaît couramment dans l'art grec. Elles sont représentées portant des tuniques courtes, à l'instar d'Artémis, ou encore avec des pantalons bouffants asiatiques. Souvent, un sein est dénudé. Le combat d'HERACLES contre les Amazones est l'un des thèmes les plus populaires de la peinture sur vases attique à figures noires.


Une Walkyries redonne le soufle de vie à un guerrier tombé sur le champs de bataille

Les VALKYRIES ou WALKYRIES, dans la mythologie nordique, sont des vierges guerrières, des divinités mineures dites dises qui servaient Odin, maître des dieux. Elle sont aussi qualifiées d’Óðins meyjar (« vierges d'Odin »). Les VALKYRIES, revêtues d’une armure, volaient, dirigeaient les batailles, distribuaient la mort parmi les guerriers et emmenaient l’âme des héros au valhalla, le grand palais d’Odin, afin qu'ils deviennent des einherjar.

Ces héroïnes sont destinées à se battre aux côtés d'Odin à la venue du Ragnarök. Elles sont à l'image de ces femmes guerrières, les Skjaldmös que content les sagas nordiques. L'étymologie de leur nom provient du vieux norrois valkyrja (pluriel : valkyrur), des mots val (abattre) et kyrja (choisir) (littéralement, « qui choisit les abattus »). Elles avaient le pouvoir de redonner le soufle de vie aux guerriers morts au combat, à condition que la bléssure n'endommage pas un organe vital. FREYA la première des VALKYRIES semble être un avatar de SELKIS (la Vierge) des Egyptiens redonnant la vie.


ARBRE DE VIE

Au Moyen Empire égyptien, le cercueil et le sarcophage se couvrent de formules où NOUT, la déesse du ciel, se déclare comme la mère du défunt. Si elle est identifié au sarcophage, elle est aussi la nécropole de l'Occident et la de tombe du défunt. Cette autre représentation de la mort se perpétue dans le Livre des Morts. NOUT, la déesse du ciel, promet toujours au défunt, eau, ombre, et nourriture. Le SYCOMORE ou Sycomoreg (ficus sycomorus) est l'ARBRE DE VIE de la déesse ASHERAH et de la déesse HATHOR (déesse de l'amour et de la fertilité). Cet ARBRE poussait dans le monde des morts et servait à nourir et désaltérer les BA (âmes) afin de leurs rendre la vie.

En Egypte, le symbolisme de la mort de l'
ARBRE a été renforcée par le fait qu'il a perdu ses feuilles pendant l'hiver et est apparu comme un objet inanimé et stérile avant de renaître à nouveau au début du printemps avec les bourgeons FLEUR DE VIE. L'arbre, comme la Déesse Mère HATHOR elle-même, pourrait être considéré comme un puissant symbole de l'Etre divin qui englobe à la fois la vie et la mort.

Depuis cet
ARBRE, les anciens pensaient que ces déesses du ciel (Hathor, Nout, Isis, Saosis, etc.) donnaient de la nourriture aux âmes des défunts, d'où leur connexion avec le contexte mortuaire. Mais aucun des premiers aspects de HATHOR semblent être associés à des pratiques mortuaires pour les gens. En tant que déesse de la Sycamore de Gizeh elle aurait des fonctions de Vie après la mort pour les rois (les élus).


Offrandes à la Déese Hathor
de l'Arbre de vie
Représentation de Hathor la Déese de l'Arbre de Vie dans une tombe
Offrandes à la Déese Hathor
de l'Arbre de vie

Une autre raison probable pour l'identification précoce de HATHOR avec l'ARBRE sont les feuilles de figuier utilisées à des fins médicinales. HATHOR a été très tôt considéré comme la déesse de pouvoirs de guérison. HATHOR était aussi vénérée comme la maîtresse de l'ivresse et le fruit du figuier sycomore peut donner une certaine ivresse de la conscience et des effets psychotropes, comme l'Ergot de Seigle (ou de Blé) ou encore les champignons que l'on retrouve dans plusieurs cultes un peu partout.

Le figuier
SYCOMORE est un arbre sacré ! C'est le le fruit défendu de la Genèse, avant de devenir une pomme en occident. La figure de HATHOR souligne également le lien entre les feuilles de figuier et les organes génitaux (c'est également dans la religion de Mithra).

Les adorateurs de la Déesse ont sans doute mangé le fruit et les prêtresses de
HATHOR mangeaient certainement des figues en offrande au Temple (avec le lait des vaches sacrées et autres victuailles), le repas était une sorte de communion avec la déesse et un moyen d'atteindre ses pouvoirs.




Le hiéroglyphe représentant le SYCOMORE a été utilisé comme déterminante lors de l'écriture du nom de tous les arbres égyptiens. Les SYCOMORES de turquoise étaient censés se tenir à la porte orientale du ciel, d'où le dieu soleil Rê émergé chaque jour appelé LE GRAND ARBRE de l'horizon oriental, on peut penser à la forme de la constellation de la VIERGE qui ressemble à un arbre couché sur l'écliptique.

Le tombeau d'Osiris a été construit en bois de sycomore, et ombragée par des
SYCOMORE. Le défunt espéraient vivre dans l'arbre. Dans Le Livre des Morts, il ya des exemples d'une lettre le défunt aurait à écrire à la déesse de l'arbre avec une prière afin qu'elle donne de l'eau et de l'air. Les SYCOMORES ont souvent été plantés près des tombes, et des représentations de la feuille de l'arbre était utilisées comme des amulettes funéraires. Pour les nterrements dans des cercueils le SYCOMORE était un retour symbolique dans l'utérus de la déesse de l'arbre mère, un retour à la vie et un passage.




Le SYCOMORE a été considéré comme une manifestation des déesses Nut (Neith), Isis et Hathor, elles sont les "dames du Sycamore" . Beaucoup de représentations montrent les bras de la déesse tendre la main dans un SYCOMORE. Le Ba (l'âme éternelle et divine, de la personne décédée) a été souvent représenté (comme un oiseau à tête humaine) buvant de l'arbre ou le fruit de l'arbre. L'arbre était la demeure d'HATHOR la "Dame du Sycomore du Sud", se référant au SYCOMORE du temple de Memphis, le SYCOMORE du nord était au temple d'Héliopolis, il est probablement l'Arbre de la VIERGE MARIE.

Le
SYCOMORE est souvent représenté distribuer nourriture et la boisson d'immortalité, symbolisant le renouveau perpétuel dans le monde d'après avec l'aide d' ISIS. La sève et le fruit symbolise la miséricorde, la compassion et la protection. Le Livre d'Amos (7:14) se réfère à son fruit. A Jéricho, Zachée monte sur un figuier SYCOMORE pour voir passer Jésus (Évangile selon Luc - 19:4).


LE PILLIER DJED

L'Arbre de Vie et la Clé du Nil

Le PILIER (ou la colonne) DJED (ou TET) représente le CENTRE et le TRONC d'un ARBRE ébranché, c'est à dire sans vie. Le DJED (le centre) est associé avec " SAMU " la branche d'arbre, communément appelé la " CLE DU NIL " et l' ANKH (la vie). Ces symboles sont placés sur un panier, ce panier est le " TOUT " (l'un, l'unité).

Homophone du mot sigifiant " durée ", il servit de modèles à d'innombrables amulettes. Sur les murs de la grande salle, la scène la plus connue représente le pillier DJED et son érection. C'est est un mystérieux symbole de résurrection et de fertilité, il est OSIRIS ressuscité en HORUS son fils, il symbolise le relèvement d'OSIRIS. En relation avec l'AXE de la Terre, le pillier DJED est un symbole parfait pour une " porte des étoiles ".

Le
DJED, est parfois représenté avec un ou deux piliers, parfois quatre, après la mort de OSIRIS, le DJED est devenu la colonne vertébrale et la moelle épinière du die. Il est également associée à l'écorce de RA dans son voyage à travers le ciel sur le trône d'OSIRIS.


Pilier Djed dans le Livre des Morts
Représentation du Pilier Djed
Sceptre Ouas / Djed et Ankh

Le pillier DJED est un très ancien fétiche attesté à Hiérakonpolis dès l'époque thinite dans le cadre d'un culte rendu à Sokar ; un dieu funéraire représenté sous la forme d'un faucon momifié. La signification d'origine du DJED n'est pas encore connue. Mais dès ses débuts, ce pilier fait aussi partie des rites agraires de la fertilité du grain.

Le pillier DJED est pourvu de deux yeux OUDJAT, de différentes couronnes (dont celle constituée de deux hautes plumes d'autruche) et est revêtu du pagne royal. Dans l'écriture hiéroglyphique, le DJED est le signe de la stabilité. Dans le rituel d'Abydos, cette notion de stabilité renvoie à la nécessaire cohésion du Double-Pays formé par l'union de la Haute et de la Basse-Égypte.


Le hiéroglyphe du Djed

Le hiéroglyphe « Djed » signifie en égyptien « stabilité », « durée ». Associé au dieu égyptien OSIRIS et à son phallus, le pilier DJED était considéré par les égyptiens comme le symbole de la résurrection. Dans le mythe, ISIS avait rassemblé les membres de son frère et avec l'aide de sa soeur NEPHTYS, ISIS avait redonné vie à son corps grâce à ses pouvoirs magiques et l’étrange puissance du pilier DJED.

À partir du Nouvel Empire égyptien, le DJED est anthropomorphisé et ses représentations se rapprochent de celles d'OSIRIS. Sur les reliefs du temple funéraire de Séthi Ier, le DJED tel un OSIRIS ressuscité s'anime et reprend vie après avoir été redressé par le pharaon Ramsès II. Là, le rite de l'érection du DJED consiste à rendre la vie au dieu PTAH-OSIRIS.

Dans son Dictionnaire illustré de l'Egypte antique l'écrivain 'Ernest J. Wurlod donne une définition du pilier DJED :

" Pilier en forme de tronc ébranché attribué au dieu Osiris, qui symbolise la colonne vertébrale du dieu assassiné. Il symbolise aussi la continuité, la stabilité de l'univers et son harmonie, ce que l'on représentait pendant la fête Sed, lorsque le roi d'Egypte érigeait le pilier sacré pour le dieu Ptah. Parce que Seth renversa ce pilier en tuant son frère Osiris, le pharaon avait comme premier devoir de le redresser rituellement pendant la cérémonie de son couronnement, puis au moment de ses jubilés. Le pilier Djed jouait également un rôle de premier plan dans les rites agricoles, car il représentait, debout, la résurrection d'Osiris devenu le pilier de l'Egypte et du monde, le principe éternel reliant la Terre au monde céleste."

Le DJED est d'une grande signification religieuse pour les anciens Egyptiens, il était considéré nécessaire afin d'aider à la transformation. Le lent cheminement tout le long du pilier DJED, ou de la colonne vertébrale abouti au disque solaire, lumineux et la résurrection du Pharaon, ou du commun déifié en immortel. Chez les gnostiques, il représente symboliquement la colonne vertébrale du chemin de vie. Le DJED est utilisé pour les rituels, il représenterait l'AXE de la Terre et le PHALLUS Osirien pour la grande moisson de l'année, mais aussi de la précession puisque l'AXE de la Terre bouge dans le grand cycle de 26 000 ans.


OGDEADE ET LE PILLIER DJED

Dans la création, les huit d’Hermopolis apparaîsent comme une description du NOUM et de la pré-création, le Démiurge a créé les 8, il a formé son corps en tant que celui d’un enfant sacré qui le premier s’interroge, émergeant au milieu du NOUM, sur une fleur de LOTUS. Les 8 forment un ensemble, et les textes en parlent souvent comme d’une entité, c'est une boue marécageuse, berceau initial agité, dans lequel sont les 4 couples :

Noun et Nounet : Les eaux initiales et l’inertie
Heh et Hehet : L’infini spatial
Kek et Keket : L’obscurité
Amun et Amunet : Celui qui est caché

Ce sont ces 4 qualités de l’état primordial qui forment l’entité NOUM (qui est donc un chaos radicalement différent du chaos biblique). C’est une substance indéfinissable et incompréhensible pour le cerveau humain (ce qui annonce la future école de pensée Thébaine), qui est à l’origine de toutes les substances, source éternelle et infinie de l’Univers. Le NOUM serait donc bien le liquide amniotique contenu dans le sac amniotique et dans lequel baigne l'embryon et l'eau de l'Océan primordial.




L’absence de matière caractérisée et formée avant la création est exprimé par l’OGDOADE de la ville Khéménou (Hermopolis, la Ville des Huit) avec 4 paires indifférenciées, doubles comme les deux moitiés de la vie humaine (avant mort et après mort) quatre comme les 4 points cardinaux. Le texte 76 des Textes des Sarcophages est une des versions les plus anciennes citant l’OGDOADE.

Traditionnellement considéré comme étant 8 ils sont en réalité 9 avec le HORUS. On ignore d’où est venue la référence aux Huit Primordiaux, base pré-créationnelle de l’ENNEADE, mais il ne s’agit certainement pas d’un nouveau culte qui apparaîtrait en opposition à l’ancienne cosmologie d’Héliopolis. Les 8 ou 4 éléments représenteraient les directions (boussole) et le dernier élément serait le centre du Zodiaque.




Dans le Temple de dans la ville Héliopolis, les 8 sont " sont ceux qui possèdent le mystère ", ils gardent la HET-BENBEN (maison) à l'intérieur du Temple mais aussi ' l'entrée vers l'objet caché " ou " l'objet mystérieux de Ra ". Il y a 9 objets mis en place dans une rangée, représentant le symbole SEM qui signifie hiéroglyphiquement " suiveur ".

Selon les Textes des Pyramides le but secret du BEN-BEN (Obélisque) a été inscrit dans le HET-BENBEN, certains pensent que c'était un véhicule ou un moyen de transport dans lequel lui-même a atterri sur Terre, le terme BEN signifie " ce qui s'écoulait ". Cet objet mystérieux qui peut créer l'enfant Roi et le Soleil est le pillier DJED.

Voir : Ogdeade et Knoum


LE TEMPLE DE SOKAR



Dans la Chapelle du Temple de Sokar en Egypte, une scène de la paroi nord représente la régénération d'OSIRIS. Le Dieu HORUS à droite et ISIS à gauche aident SOKAR-ORISIS (Ptah) allongé sur sa couche à revivre suffisamment pour féconder ISIS. Sur le pectoral, sont inscrits les mots " Sethy Meenmaatrê " et sans doute, le corps allongé représente en fait le roi mort, identifié avec OSIRIS. En dessous de la couche, il reste deux des représentations des fils d'HORUS devant lesquels des petits pharaons sont agenouillés.




Sur la paroi Sud, ISIS sous forme d'un oiseau (milan) est fécondée par OSIRIS. Le nom d'ISIS est écrit à côté de l'oiseau. Elle donnera naissance à HORUS qui vengera son père. OSIRIS Ounen-nefer est ranimé par Sokar. Deux oiseaux battent des ailes pour maintenir son souffle vital. En dessous, Thot et deux déesses cobras veillent. A droite, un babouin. (David, 1973, page 179).

Source : http://www.lesphotosderobert.com/Egypte/Abydos/Sokaris/regeneration.html


LES LAMPES DE DENDERAH

Sur les murs du Temple d'Hathor à Denderah, il y a des fresques étranges. Il n'y a pas d'explications sur ces fresques ressemblant à des lampes, la scène est particulièrement énigmatique. Deux objets en forme de lampe avec un serpent à l'intérieur émergent d'un LOTUS, il sont soulevés par 2 hommes. Ces fresques sont certainement une fantaisie des artistes d'une scène qui'ls ne pouvaient pas comprendre car elles représentent ISIS -MERI et sa sœur jumelle, NEPHTYS-MERI redonnant la vie à HORUS / OSIRIS avec le pouvoir du pillier DJED, visible également dans le livre des morts.

Le long voyage de l’Égyptien défunt dans le royaume d'OSIRIS est décrit en détail dans le « Livre des morts des Anciens Égyptiens ». C’est un impressionnant papyrus datant de plusieurs millénaires. Il est actuellement conservé dans un musée égyptologique italien, curieusement situé dans la même ville que le « Suaire de Turin ».


Fresque de Denderah contenant un étrange Pillier Djed

Les bas-reliefs des chambres souterraines du Temple de Denderah montrent d'étrange objets, c'est un mauvais travail des ouvriers, on ne comprend rien. La déesse grenouille HEKET est présente avec les Cobras sous les " lampes " dans sa forme de RENENUTET, ce qui impliquerait la présence de deux divinités dans cette scène, elle serait les avatars d'ISIS (Aset) et de NEPHTYS. Un petit personnage soutient l'étrange objet, il pourrait aussi être ATOUM ou le Dieu SHOU qui soutient généralement la déesse NOUT au dessus de GEB.

La figure avec des couteaux est PEFESAKHUEF, le génie à " tête de chien "? C'est le gardien de la onzième porte du Domaine d'OSIRIS. Pendant le voyage de RE (ou RA) la nuit dans la Douat, il doit franchir douze portes fortifiées et défendues par des gardes armés de couteaux. PEFESAKHUEF " celui qui enflamme le brasier " est représenté ici gardant la onzième porte du royaume d'OSIRIS.


Scène étrange sur les fresque du Temple de Denderah en Egypte avec des Lampes
avec Pefesakhuef le gardien de la onzième porte du Domaine d'Osiris.

PEFESAKHUEF est un Dieu mineur, un " Démon " ou un " Génie ". Les égyptologues utilisent souvent le terme " Demon " pour décrire les divinités mineures, ce terme n'a en réalité aucun mot correspondant en égyptien. Ces divinités mineures étaient parfois bénéfique, elles étaient subordonnées aux principaux dieux et déesses, et ont été reléguées à des tâches et des fonctions spécifiques, selon un comportement et un emplacement. Elles sont souvent associées à des grottes, des portes, des fosses et des tombes, ainsi que des plans d'eau, qui ont tous été considérés comme des entrées dans le monde souterrain. Par conséquent, le plus grand nombre de ces divinités mineures sont les " habitants de l'enfer ".

La grenouille HEKET était une déesse importante et elle était liée à la dernière étape de l'inondation du Nil, et parce que le Nil a donné la vie à l'Egypte, elle est aussi liée aux dernières étapes de la naissance, et plus tard de la re-naissance. Les prêtresses de HEKET étaient des sages-femmes. Cette scène pourrait représenter un acouchement ou une génération cosmique. La grenouille est associée à l'élément liquide (le Nil), elle a un rapport avec les rites initiatiques qui ont avoir avec l’eau.

En raison de ses métamorphoses, la grenouille est également un symbole de résurrection et de guérison. ISIS devient la divinité suprême avec la magie, à ce titre, elle prendre soin de la personne décédée d'une manière personnelle, comme une mère dévouée. HEKET la grenouille est un avatar et une forme de ISIS-NEITH. Cette scène pourrait représenter un acouchement ou une génération cosmique.

Voir : La Déesse Neith

Dans des textes très anciens, le couple divin joue un rôle dans les naissances, surtout celle des futurs pharaons : KHNOUM modelait le corps du futur enfant et HEKET lui insufflait la vie. KHNOUM forme ses créations sur son tour de potier avec le limon du Nil (argile) pour leur donner vie et façonner leurs KA (âme). Dans le mystère de la naissance divine, KHNOUM modela également l'enfant-roi. Figuré plus tard distinctement par un BELIER, le Dieu KHNOUM représente le printemps et la renaissance, il est le Démiurge qui modela l'œuf de la création.


LES POISSONS

Chez le Egyptiens, le DAUPHIN symbolise le mort en attente de la renaissance, on retouve ce symbole chez les Catholiques puisque le DAUPHIN représente la résurrection de celui qui est mort, de l’hébreux DOLAPH l’eau qui se répand. C’est la représentation de JESUS humilié et crucifié, il est ressuscité revenant chercher son église. Le CAPRICORNE est indentifiée en Mésopotamie comme etant ENLIL (IL ou EL) et EA / ENKI le signe VERSEAU, ces figures sont aussi dans les VEDAS indiens.


La Déesse Hatmehyt dans la constellation du Dauphin et du Capricorne

Avec le Zodiaque de Denderah, le signe astrologique du Capricorne est composé d’une tête de BOUC et le corps d’un POISSON. La Reine des poissons HATMEHYT est attestée depuis la IVe dynastie, elle est l'épouse du Dieu bélier de Mendès BANEDBJEDET (un aspect de Osiris) également présent dans cette partie du ciel sur le disque de Denderah, ils constituent à la Basse Époque la triade avec le fils HARPOCRATE (Horus enfant).

HATMEHYT est représentée avec un POISSON sur la tête. L'identification de ce poisson reste sujet à polémique, la représentation la plus fréquente est celle d'un POISSON-CHAT électrique du Nil ou d'un Schilbe mystus (famille des Schilbeidæ), mais certains égyptologues considèrent que c'est un Barbus bynni, ou alors un DAUPHIN, mais selon plusieurs chercheurs, ce POISSON serait un MEROU qui ressemble beaucoup au DAUPHIN.




Dans le mythe osirien, a avalé le phallus du Dieu OSIRIS que son frère et ennemi SETH a jeté dans le Nil, mais l’OXYRHINQUE pourrait aussi être le symbole du retour de OSIRIS, un poisson dans la lune. La figure du Dieu SETH ressemble aussi à l’ORYCTEROPE le cochon de terre Africain qui fouille la Terre et la déplace, c'est un fourmillier assimilé àSETH.

Selon Plutarque : "
HAPY tenant en ses mains les vases ou les coupes d’où s’échappe le fleuve Nil, il faisait déborder le Nil par l’impulsion de ses pieds. On dit pareillement du Poisson céleste qui reçoit dans sa bouche le fleuve de Hapy le Verseau , que son apparition faisait déborder le Nil ". Ce POISSON semble apparaître avec la crue du Nil et il annonce logiquement un bon débordement pour une bonne récolte. La perche de HAPY semble sortir de l’océan pour indiquer que la période de crue commence car le Dieu préside aux innondations dans l'année, mais aussi dans la grande année et donc pour l'Âge du VERSEAU.

Voir : L'Aquarium et les Poissons


Je viens et je suis votre protecteur de l’éternité, oh ABDW le poisson du vrai lapis-lazuli.
Anubis, le dieu embaumeur, chargé de la momification d'Osiris et du rite de KRST (inhumation).
Osiris était le premier Dieu d'être enterré et ramené d'entre les morts. (Tombeau de Khabeknet, 19 e dynastie)

Il a aussi été suggéré que la mère des POISSONS, la ABDW qui est repréentée dans la tombe de l'artisan KHABEKHNET (1279-1212 avant JC). Ingrid Gamer-Wallert (Gamer-Wallert ,1970,131-132) suggère que la ABDW est liées au TILAPIA, un poisson originaire d'Afrique dans l'art égyptien antique qui symbolise la renaissance. Il pourrait aussi être identifié comme la perche du Nil (Lates niloticus) et donc le poisson de HAPY. Patrick Houlihan pense qu'il représente probablement la personne décédée, qui s'associe avec le dieu OSIRIS. Dans la peinture de la tombe, le poisson représente les adeptes de et son bateau ou même une manifestation du dieu soleil lui-même.




KEPHRI LE SCARABEE

Ce mythe est une métaphore solaire (et lunaire) de la résurrection sur l'ARBRE DE VIE, que l'on retrouve dans le livre des morts et dans les anciens textes égyptiens. C'est aussi ce que représente la figure du SCARABEE (Dieu Khépri) portant la boule solaire entouré des Déesses IS IS , il roule une boule de feu dans laquelle il a déposé sa semence.

Le symbolisme provient des mœurs du scarabée pilulaire (bousier), qui roule sa boule des heures durant pour pouvoir, une fois son travaille accomplie y pondre ses œufs . Cette boule représente l'œuf du monde d'où naît la vie. Le SCARABEE est aussi un symbole cyclique du soleil, du jour et de la nuit.



Il était un symbole de résurrection et représente le cœur du défunt lors du Jugement, il est souvent appelé le Dieu KHEPRI dont le nom signifie " celui qui vient à l'existence" ou " le soleil en devenir " (le nouveau soleil). En conséquence, KHEPRI était fortement associé à la renaissance, le renouveau et la résurrection.

KHEPRI (du verbe kheper "venir de l'existence") est une entité associée au soleil et symbole de la renaissance. Il est représenté par un homme à tête de scarabée. Considéré plus tard comme un aspect du soleil lui-même, il renaît chaque matin avant de devenir , le soleil à son zénith, puis ATOUM, le soleil couchant. Au côté de et d'ATOUM, il forme la triade d'Héliopolis.




Pendant l'Ere du BELIER, KHEPRI était le soleil émergents, NEFERTUM (Horus) était le nouveau né soleil, RA était le soleil pendant la journée, et ATOUM était le soleil couchant. Plus tard, ATOUM et KHEPRI fusionnent en un SCARABEE à tête de BELIER, l'expression ultime de la puissance de la vie sur la mort.

KHEPRI porte sceptre ouas et croix de vie ânkh. En raison de son association avec le lever du soleil, il est considéré comme l'un des dieux créateurs. On connaît aussi des SCARABEE à tête humaine, à tête de bélier ou de faucon. Sur la barque solaire du Monde Souterrain, il porte parfois la couronne d'OSIRIS.



Où entreras-tu? Comment sortiras-tu? De même que j'entrerai comme un lièvre, de même sortirai-je comme un faucon.
[ Livre des morts ]

LES MYSTERES D'ELEUSIS

Les Rituels et le Poison

Dans la Grèce antique, les rituels des mystères étaient toujours accomplis par les prêtres de Déméter. Parmi les plus connus d'entre eux, on retrouve Céléos et son fils Triptolème, à qui Déméter avait donné la tâche d'enseigner l'agriculture et de semer le blé sur Terre. Ce prêtre avait aussi institué les Éleusinies, fêtes associées au culte. Parmi les autres premiers prêtres se trouvent Dioclès, Eumolpos et Polyxène. On célébrait le culte dans le télestérion d'Éleusis. L'aspect principal de ce culte se construisait autour de la culture du blé et le cycle vie entreposage–semis–renaissance des cultures.

Tous les initiés préservaient les secrets de la religion et croyaient fermement qu'ils connaîtraient eux aussi une vie après la mort à cause de leur initiation à ces mystères. Comme la divulgation des rites était strictement défendue et qu’aucun auteur n’a trahi ce secret, aucun écrit ne documente avec précision les cérémonies. Annuellement, il existait deux célébrations des mystères d’Éleusis : les Grands mystères et les Petits mystères. Ces derniers avaient généralement lieu au printemps. C’était alors que les prêtres purifiaient les mystes et que l’on sacrifiait un cochon à Déméter.


Les dieux d'Eleusis (détail d'un vase d'argile athénien, 335 à 325 av.JC)
Les figures de Denderah avec la Vierge à l'Epi, mais en inversion Est / Ouest comme c'est souvent le cas

Quiconque parlait le grec et n’avait pas commis d’homicide était admissible à participer aux rituels. Parmi ceux qui dirigeaient la cérémonie, on trouvait quatre ministres : le HIEROPHANTE (était celui qui révèle les choses sacrées, c'est le Pape), le DADOUQUE (chef des lampadophores), le HIEROCERYCE (chef des hérauts sacrés), et l'ASSISTANT (dont le costume symbolisait la lune). L'ARCHONTE roi d'Athènes était le surintendant de la cérémonie.

La cérémonie était également dirigée par une multitude de « ministres » subalternes répartis en différentes classes. Les mystères étaient ouverts à tous, riches comme pauvres, hommes libres comme esclaves, hommes comme femmes. La plupart des empereurs romains se feront d'ailleurs initier à ces mystères.

Les mystéres d'Eleusis auraient une signification spécifique en matière de chamanisme. En effet, certains auteurs contemporains ont supposé l'idée d'une consommation contrôlée de grains de blé fermentés ou contaminés par l'ergot de seigle préparée par les convertis (prêtres) aux "mystères".

Le carpophore de l'ergot de seigle contient un hallucinogène proche dans sa nature de celui du LSD, l'acide amine lysergique, c'est d'ailleurs en travaillant à l'élaboration de médicament ayant les mêmes propriétés médicales que l'ergot qu'Albert Hoffman le découvrit par erreur dans un premier temps et accidentellement en absorba une infime quantité qui s'avéra riche en expériences.

On peut d'ailleurs voir sur les gravures relatant ou en rapport avec les mystères d'Eleusis, des représentations de personnages sacrés portant à la main des GERBES DE BLE ou de SEIGLE parasités par le champignon de l'ergot (Art Grec,du VI au IV AV-JC, représentation de Déméter, Perséphone, Proserpine, Triptolème, Ceres). Certain ethnobotanistes pensent alors au fameux "Soma" des chamanes du Nord et indo-asiatiques.

Le rituel antique de résurrection était un empoisonnement (intoxication) entrainant la mort, les égyptiens et ceux qui étaient là avant eux connaissaient parfaitement les poisons et les venins des serpents. Il fallait donc mourrir pour voir la LUMIERE puis revenir à la vie. Il devait y avoir de nombreux décés suite à l'expérience de mort imminente, et ceux qui arrivaient à revenir de la MORT étaient les ELUS car ils avaient en eux le secret de la RESURRECTION.


JESUS

La religion de Rome est un massacre et une copie de l'Egypte, mais elle est aussi un codage avec plusieurs voiles à retirer. Si le personnage est historique, on pourrait penser que JESUS a simplement repris vie, qu'Il est revenu à la vie qui était la sienne, sur les chemins de Galilée, au temps de Ponce Pilate. Les RESURRECTION que Jésus accomplit avant Pâques sont une sorte de réanimation, une prolongation, un « retour à la vie terrestre » comme dit l'Eglise catholique. La fille de Jaïre, le jeune homme de Naïm, Lazare, revivent. Mais ils devront mourir de nouveau.

La RESURRECTION du Christ est essentiellement différente, Paul peut dire du Christ qu'Il est l'homme céleste. Son corps authentique et réel possède en même temps les propriétés nouvelles d'un corps glorieux : Il n'est plus situé dans l'espace et le temps, son humanité ne peut plus être retenue sur Terre et n'appartient plus qu'au domaine divin du Père (de l'église). Alors, pour dire que le Christ est ressuscité, le Nouveau Testament Le désigne volontiers comme le Vivant. C'est le nom qui Lui est donné dans le message du matin de Pâques, la fête solaire de l'équinoxe du Printemps.


RESURRECTION EGYPTIENNE

ISIS à ressuscité OSIRIS, elle lui a donné une nouvelle naissance, la possibilité de réaliser de nouveau un cycle de viie comme la Lune. ISIS donne ensuite naissance à son fils HORUS, le Soleil nouveau bienfaisant et non desséchant et la nouvelle pousse. Nous retrouvons là encore tout comme en Mésopotamie le Soleil fils de la Lune. OSIRIS LUNAIRE devient, tout comme NERGAL SIN et le seigneur NEMROD des mythes babyloniens, le dieu des enfers et de la mort. À ce titre, il se retrouve au cœur des grandes initiations dont le LIVRE DES MORTS nous donne un aperçu.

Alors, OSIRIS entouré de quarante-deux assesseurs, préside au jugement des morts. Voilà pourquoi OSIRIS, dieu lunaire, est parfois noir avec une couronne blanche. Il a le visage sombre de la LUNE cendrée qui, en fait, apparaît marron, gris ou vert sombre sur le ciel bleu et il est couronné de la haute couronne blanche, symbole de la " LUMIERE LUNAIRE ". On ne peut donc ignorer son assimilation au symbolisme lunaire même si le peuple égyptien donna une supériorité au culte du SOLEIL dans sa religion.

Ce mythe, que l'on retrouve plus tard à Babylone avec NEMROD est très proche du mythe d’ HIRAM des francs-maçons, mais à l'origine il est OSIRIS. Le fait qu’OSIRIS, fils du CIEL et de la TERRE, enseigne l’agriculture à son peuple dans les traditions l’associent aux moissons, et c’est la raison pour laquelle il est souvent porteur d’un EPI DE BLE comme la VIERGE / ISIS.

Cette généalogie et cette attribution lient le Dieu à la fois à ce qui est en haut et à ce qui est en bas par les mystères de la germination. D’autre part, la recherche du corps par sa sœur épouse ISIS jusqu’aux confins du monde des morts confirme cette attribution et en détermine les contours, de même qu’elle permet de décrire l’environnement des âmes.

Ce qui différencie les ténèbres de la clarté est essentiellement indiqué par le fait que ce sont les épouses qui partent à la recherche du défunt. Cette différence de sexe accentue encore l’alternance de l’ombre et de la lumière. Le monde des morts n’est accessible qu’une fois dévêtu. Il s’agit bien de tout laisser à la porte de ce qui peut rappeler le monde visible. Tout s’organise comme si du fond de la Terre germait la Lumière.



C’est principalement le grec PLUTARQUE qui en décrivit le développement vers 66 a.d. ce qui laisse à penser que les grands mystères étaient, depuis la plus haute antiquité, l’objet de transmissions secrètes car le peu d’informations dont on dispose sur cette légende la fait remonter au moins à un millénaire avant le christ.

Le mythe égyptien a ceci de très particulier qu’il propose quelque chose de plus que ce que dévoile une parabole ordinaire, nous nous trouvons ici face aux véritables prémices d’un enseignement sacré. L’intelligence de la légende d’ OSIRIS est précisément de développer une certaine notion de l’évolution, voire, de la transmigration des âmes, leur retour au divin, leur reconstitution après le démembrement et leur complète fusion avec le divin. Cela formera le fondement des légendes relatives au « DIEU QUI MEURT ».

L’inconscient collectif qui les véhicules est à ce point proche de la nature profonde de l’homme que le fondement de la légende ne peut que se transmettre, s’adapter mais pas être oubliée. Il y a peu de textes qui abordent le mythe osirien et cette discrétion le rapproche du mythe d’ HIRAM (avatar de Osiris) dans la mesure où, pour ce dernier, on ne dispose pas non plus d’éléments écrits qui développent les raisons profondes de son élaboration.


L'Arche au-dessus de celui qui est ressuscité sur son lit avec les deux Isis
et l'oiseau Milan au-dessus de celui qui reçoit l'illumination.

OSIRIS, " le bienveillant " aussi appelé OSIRIS (Ausar) est fils de NOUT et de GEB, le CIEL et la TERRE. Il règnera vingt huit ans durant lesquels il enseigne aux égyptiens l’art de l’agriculture avant d’être la victime d'un complot organisé par son frère SETH, image du désordre, du chaos. Alors qu'il revient victorieux d'une longue campagne de conquêtes, SETH profite des fêtes organisées à cette occasion pour inviter son frère à un banquet.

Au cours de la soirée, il met OSIRIS au défi de s’allonger dans un grand coffre. Lorsque ce dernier y fut couché, SETH (aidé de 72 complices, les 72 génies des demi-décans du zodiaque), referma le lourd couvercle sur lui et le scella avec du plomb fondu. Puis SETH et ses complices portèrent le coffre sur le Nil et le firent descendre jusqu'à la mer.

Là où ISIS franchit les portes en abandonnant à chaque fois une part de ses parures afin de descendre plus profondément, Isis déchire ses vêtements et parcoure le monde à la recherche du coffre dans lequel "le Bienveillant" a été enfermé. Néanmoins, elle ne ramènera pas OSIRIS par un voyage de retour car ceux qui descendent en ces lieux ne peuvent pas revenir et c’est seulement l’Amour d' ISIS, symbole de la régénération et de la vie éternelle qui permettra de retrouver le corps.

ISIS alors remonta sur sa " BARQUE DE PAPYRUS ",bien décidée à retrouver les 14 morceaux du corps de son bien-aimé, à tra­vers le labyrinthe du marais, mais elle n'en retrouva que 13. La seule partie qu'elle ne parvint pas à retrouver, malgré tous ses efforts et malgré l'aide des obligeants crocodiles, fut le membre viril car il avait été mangé par des poissons. Toutefois il avait eu le temps de donner au fleuve sa force fécondante.

Durant le voyage d' ISIS aux enfers, le coffre contenant le corps, entraîné par la mer, atteignit les côtes de Phénicie où il s’échoua aux pied d’un ACACIA (ou d’un Tamaris, selon les versions). La quête dura si longtemps que le tronc de l’ACACIA recouvrit la boite contenant le corps d’ OSIRIS. Le roi de Byblos, occupé à faire construire son nouveau palais, fait abattre l'arbre afin d’en faire l’une des deux colonnes qui doivent en décorer l’entrée.


La résurrection d'Osiris par les Isis

ISIS entend parler de l’odeur qui s’échappait du tronc alors qu’on le coupait. Elle en comprend aussitôt la signification et se rend en Phénicie où on lui remet la colonne prodigieuse. Elle ouvre la colonne de bois et en retire le cercueil de son époux qu'elle arrose de ses larmes. Elle le ramène en Egypte et le cache au fonds du marais DELTA afin que SETH ignore que le corps ait été retrouvé. Mais il découvre le coffre alors qu'il chassait au clair de Lune. Furieux qu’OSIRIS soit encore entier malgré le temps écoulé, il coupa le corps en 14 morceaux et, de tous côtés, les dispersa à travers le pays.

Découvrant cela, ISIS se mettra à la recherche des morceaux. Elle les retrouvera tous à l’exception du sexe, dévoré par un poisson. Elle se résolut à fabriquer un phallus artificiel et le consacra. C'est ce phallus dont aujourd'hui encore les Égyptiens célèbrent la fête. Aidé par ANUBIS, THOT et NEPHTYS, elle recomposera le corps démantelé et le momifiera.

Ramené à la Vie par ces pratiques et désormais à l'abri de la mort, OSIRIS se retire dans les mondes souterrains, il laisse alors le trône du monde visible à son fils HORUS, qui se vengera de SETH et deviendra le modèle des rois à venir.

Nous avons donc ici un dieu lunaire dont la mise à mort commence au moment de sa décroissance. La LUNE meurt au terme de son cycle de 28 levers (dans le cycle de 30 jours d'une NOUVELLE LUNE à une autre, il y a 28 levers de lune observables), c'est-à-dire à sa disparition lors de sa conjonction avec le SOLEIL. Ce nombre 28 est le nombre de jours pendant lesquels la LUNE éclaire.

Plutarque indique clairement: « Les Égyptiens, dit-il, interprètent le dépeçage d'OSIRIS en 14 morceaux comme un symbole des jours pendant lesquels la LUNE décroît après la PLEINE LUNE jusqu'à la néoménie.». Le croissant, symbole du phallus, en Inde et en Mésopotamie, est perdu puisque la Lune a disparu. Mais heureusement, ISIS en fabrique un et dès lors le dieu ressuscite et peut à nouveau être fécond.


LES PORTES DU CIEL

Ce système avec des " portes des étoiles " semble relativement nouveau en Egypte et lié au mythe osirien (tardif), le nom des constellations anciennes n'est absolument pas un indice, bien au contraire puisque le grand ORION n'est qu'un berger gardant son troupeau avec sa compagne KENEMET (Sirius) à côté de lui. Ce phénomène artistique est pourtant considéré comme un passage de l'âme vers le royaume céleste.

La constellation ORION a la particularité d'être visible depuis les deux hémisphères, et c'est certainement la raison de son importance dans le ciel antique avec SIRIUS avec son compagnon ORION qui a la particularité d'être visible depuis les 2 hémisphères de la Terre en relation avec le NORD MAGNETIQUE que marquait certainement l'étoile SIRIUS depuis l'Egypte en plus d'indiquer le lever du Soleil à l'Est. C'est donc à partir du calendrier agricole égyptien l'étoile des l'innondation du Nil que se base le système des portes, il n'explique rien mais il est présent dans les livres saints.




Les Egyptiens pensaient que quand le soleil se couchait il entrait dans un TUNNEL qu'il traversait avant de revenir le matin à l'Est, ORION représente le ROI MORT et le soleil traversant les monde des morts la nuit, cela est aussi symbolisé par la traversée du fleuve. Avec le déplacement du ciel, la construction antique depuis l'Egypte est désormais en étroite relation avec la France, le région Normande et l'Angleterre.

Le dessin de la figure de SIRIUS a évolué avec le culte et les civilisations, mais il forme toujours une porte dans les étoiles. A l'époque archaïque de l'Egypte, la constellation ORION est identifiée comme étant SAH (ou Sahu), c'est un homme marchant à l'horizon. SIRIUS précède ORION notre grand chasseur avatar du de SAH et en tant que Dieu du ciel, SAH a été connecté avec SOPDOU qui est également une personnification de la constellation d'ORION. Selon les Textes des Pyramides, HORUS-SOPDOU est le fruit d'OSIRIS-SAH et ISIS-SOPDET.

SAH est appelé " père des dieux " très probablement parce que ORION précède SIRIUS et le lever héliaque qui marque le début de l'année égyptienne, il est le fils de RE (le Soleil) et de NOUT (la Voie Lactée). SAH préside donc au cours du cycle des festivals tout au long de l'année à travers laquelle les dieux se manifestent, ORION et SIRIUS sont donc étroitement en relation avec OSIRIS et ISIS.

Voir : Des Portes dans le Ciel


EXPERIENCE DE MORT IMMINENTE ET DROGUES

REVENIR DE LA MORT

Selon plusieurs hypothèses, les égyptiens ont codé des expériences chamaniques à travers une culture géographique avec les équinoxes et les solstices sur la Terre, utilisée pour la création du monde comme une " MATRICE ". Mais elle est aussi avant tout le matériel pour la compréhension de l'au-delà. L'analyse finale pourrait être basée sur ce que les hommes ont observé avec les hallucinogènes, ou des expériences proches de la mort. Les " REVENANTS " ou les " SHAMANS " développeraient durant la vie une intelligence et un ensemble de facultés mentales permettant de mieux comprendre les choses et les faits, et certaines intuitions surprenantes !




Ce serait la véritable LUMIERE et le grand secret de l'ARBRE DE VIE. Ainsi, les dessins sur les fresques et les papyrus égyptiens pourraient prendre un autre sens : celui d'un retour à la vie après une mort violente et soudaine, une décorporation, un voyage dans les rêves. Il n'est évidement pas possible de démontrer ni de prouver si cet aspect de la RESURRECTION existe vraiment, mais il a toujours une culture et des croyances sur ce phénomène.

Certains de ces abductés "illuminés " deviennent des " mutants ", ils auraient des pouvoirs (clairvoyance, divination, sens, développés à l'extrême, etc.), ils sont appelés des " ELUS " ou " Demi-Dieu ". Ils peuvent être guidé par les êtres surnaturels (les Dieux) tout au long de leur vie. C'est ce que nous trouvons à travers les cultes (Jésus, Vishnu, Horus, etc.) et la mythologie. Chez les nordiques, la Déesse FREYA choissit les morts pour ODIN sur le champs de bataille, dans le mythe osirien une femmelle s'accouple à un abducté pour lui prendre sa semence.

C'est la seule ILLUMINATION et elle ne peut se trouver ou s'enseigner, toutes les couches que l'on trouve dans les religions et les Temples sont des assemblages, il n'est aucunement question de devenir un ELU ou un être supérieur avec un MAITRE, notre monde est une gigantesque farce !


RESURRECTION DANS L'ART ET LES MYTHES

On retrouve la RESURRECTION absolument partout dans notre culture à condition de comprendre, le premier codage semble être dans les étoiles avec ORION franchissant le fleuve ERIDAN, ORION a donc le pouvoir de marcher sur l'eau ! Cette RESURRECTION n'est donc pas uniquement solaire, elle est donc aussi codée avec une noyade ou la chute d'un bateau et une sortie de l'eau comme dans le mythe de JONAS et de la BALEINE. La constellation ONOURI-ORION avatar du Dieu OSIRIS est complexe et directement en relation avec l'étoile SIRIUS toute proche, elle est aussi "l’étoile de l’initiation" de la conscience et des limites, elle aide à voir le vrai monde et guide l'être solaire (Ré).

Voir : Le Secret d'Orion

La Cène (en italien : L'Ultima Cena, soit « le Dernier Repas ») de Léonard de Vinci est un tableau astrologique en relation avec le Zodiaque Egyptien de Denderah. On peut y découvrir les trois saisons de l'Egypte avec les portes (le monolythe noir) de SIRIUS, une étoile très importante chez les Egyptiens puisqu'elle annonce le soleil levant du matin avec son arc.




Ce tableau s'inspire du mythe d'Horus et du Livre des Morts Egyptien, c'est un retour de la mort et un enlèvement. Cet homme ELU présent dans plusieurs Prophéties sera là pour le jugement dernier et le passage dans l'âge du VERSEAU. Cet homme qui a vu ce que les autres ne peuvent pas voir est le KRST des anciens Egyptiens, il est le vrai ROI, le guide, celui qui revient des morts, et il y en a eu plusieurs dans l'histoire, à chaque fois ces ELUS jouent un rôle important car il peuvent faire basculer des batailles et faire tomber des empires.

C'est donc pour notre époque actuelle, et c'est ce exactement ce que nous montre le Zodiaque de Denderah. Ce que nous allons vivre est annoncé dans les étoiles depuis la nuit des temps, une REVOLTE et un grand changement, nous sommes au POINT ZERO de la fin des temps et l'aube d'une ERE NOUVELLE.

Cette RESURRECTION mystique est montrée dans de nombreux films, le plus fantastique est certainement 2001 l'odysée de l'espace et l'arrivée du nouvel âge du
VERSEAU. Dans Kill Bill (Tuer Bill de Quentin Tarantino) l'héroïne est enterrée vivante à l'intérieur d'un cercueil, dans Star Wars (G. Lucas) Han Solo est congelé dans de la carbonite, etc.. Dans les loges, c'est le passage du fleuve ou l'adepte est porté dans un cercueil par ses frères, un passage initiatique loufoque, nombreux sont les copieurs et les imitateurs.

Dans la version Pinocchio de Wald Disney, écrite par le franc-maçon Carlo Collodi, Gepetto prie l’étoile la plus brillante du ciel pour avoir un " vrai petit garçon ". La Fée Bleue (en référence à la lumière bleu clair de Sirius) descend alors des cieux pour donner vie à Pinocchio et elle le guide. Dans le Truman Show, un projecteur servant à imiter la lueur d’une étoile dans le monde truqué de Truman tombe du ciel, l'inscription sur le projecteur est
SIRIUS.

Dans Harry Potter, le personnage nommé Sirius Black est une référence à
SIRIUS B, une étoile plus sombre que SIRIUS A la bleue. C'est le parrain de Harry Potter, un enseignant et un guide magicien, il peut se transformer en un gros chien noir, autre lien avec l’étoile du chien. Le montage astonomique est tardif avec SIRIUS, la Déesse NEITH montrerait la LUMIERE, c'est LUCIFER (porteur de lumière) mais avec sa flèche elle tue aussi ORION - OSIRIS (Sah) l'aveugle (Orion n'est plus à l'horizon pendant plusieurs jours)

ORION  est donc plus proche de la figure de LAZARUS que du JESUS et son avatar HORUS l'ancien qui n'est pas ici dans le ciel mais identifié proche de la VIERGE et des deux LIONS pour tuer SETH la GRANDE OURSE, cela représente une victoire sur la mort ou quelque chose que l'on ne comprend pas. Si l'on place ces constellations avec les images du Livre des Morts, nous avons la solution, le ciel est le " Livre des Morts " !

Voir : Neith et Sirius





Ce que nous faisons dans la vie, résonne dans l'Éternité


SOURCES ET LIENS





© 2002/2016 - SecreteBase - Tous droits réservés