LEO LE LION
Le Mystère du Roi Lion

UN LION SUR L'ECLIPTIQUE

Le centre de la civilisation égyptienne était le Nil et les récoltes. Si SIRIUS est utilisée pour indiquer la crue du Nil comme cela est communément admis, l'étoile marquait aussi le Nord chez les anciens Egytpiens, une donnée capitale pour la navigation, la cartographie et la construction, de nombreux bâtiments égyptiens ont été construits avec une orientation astronomique.




A l'époque de la construction des pyramides en 4420 Av. J-C circa , le lever héliaque de SIRIUS s'est produit à droite sur le solstice d'été. Ce faisant, il a donné les anciens Egyptiens un troisième marqueur précis pour leur calendrier, exactement deux mois calendaires avant le pic de la crue du Nil depuis le site des pyramides à Gizeh. SIRIUS est l'étoile la plus brillante dans le ciel, elle est la rose cosmique proche de l'étoile REGULUS, le coeur du LION.

De
SIRIUS et REGULUS ont émergé les rayons du soleil à l'aube héliaque de cette époque, c'est un signe important de l'arrivée de la crue du Nil. Mais SIRIUS n'est pas sur l'écliptique, c'est REGULUS l' étoile la plus brillante sur l'écliptique et c'est donc le choix évident pour la mesure de la longueur réelle de l'année sidérale. Devant la constellation du LION, c'est le CANCER (69) qui marque le solstice de l'été et la fin de la saison, le signe est assimilée à ISIS.


LA TABLE DU LION

Avant l'invention des Zodiaques, la figure du LION existait, comme la figure de la Déesse SELKIS (Virgo) elle n'a pas été changée, c'est donc une très ancienne figure. Il est possible que le LION représente ANUBIS. C'est avec les dessins dans les tombes que nous avons réalisé le ciel antique avant les reforges et la création du ciel avec sa division en 12 zones pour le calendrier. Dans plusieurs tombes de l'Egypte, la figure du LION est en étroite relation avec la ressurection et le " Livre des Morts " (livre pour sortir au jour), que l'on a codé à travers les étoiles.




Le LION est un symbole solaire associé à RE, mais il représente aussi la table de la résurrection, attestant le lien avec le vrai Roi et non pas celui qui dirige en tant que monarque. Le culte égyptien a été modifié, c'est plus tard avec le culte osirien et le Pharaon que le félin sera assimilé au trône avec la création du petit Lion (Leo Minor).

Le Petit Lion est une figure récente, il représente
HORUS l'enfant Roi (ou le jeune); puisqu'il prend sa place dans le ciel. Le ciel des anciens égyptiens est en relation avec les fresques que l'on trouve dans les tombes ou l'on peut voir les scènes de résurrection, l'origine de notre signe du LION vient donc de ces tombes égyptiennes et de ses mystères.




Il semblerait que la position allongée sur un lit serait nécessaire à la fin d'un processus de ressurection. Les lits funèbres, où l’on voit un mort attendant sa résurrection ne différaient pas de ceux dont on faisait usage à la même époque pour dormir ou se reposer en Egypte. D’après les croyances le mort devait retrouver dans son tombeau les meubles dont il avait l’habitude de se servir lorsqu’il était sur la terre. On pense que le lit en forme de LION est à l'origine de l'Arche d'Alliance, le coffre contenant les tables de la Loi selon la Bible.

Le support des lits égyptiens, soit en bois, soit en métal, imitait toujours à ses extrémités les formes d’un animal, c'était souvent un
LION quelquefois les pieds de devant sont ceux du félin et ceux de derrière ceux d’une gazelle. L’imitation de l’animal est aussi complète que possible, au-dessous de l’oreiller, on voit le cou du lion qui se redresse et la tête forme le haut du support : aux pieds du lit, la jambe postérieure de l’animal est fortement rejetée en arrière pour exprimer la marche, et la queue se relève.

Source : http://www.mediterranee-antique.fr/


NEITH ET LE LION

Le Roi LION voyage la barque solaire est guidée par l'Etoile du chien SIRIUS que l'on présente comme étant SOPDET (Neith-Sothis). Mais SIRIUS et son étoile PROCYON n'est absolument pas SOPDET qui est la vache HATHOR (notre actuelle Licorne) et mère nourricière du LION.

Sur le ZODIAQUE de Denderah, nous observons bien que OUPOUAOUT est devenu un HORUS " ouvrant le chemin " au Cortège royal (muni de son “sceptre” Ouas). En hiéroglyphes, SOPDET se nommait Sôpdit, Sôpdit ou Sépédèt en égyptien, c'est-à-dire « ETOILE DU CHIEN » non pas car elle est cette étoile, mais parce qu'elle porte OUPOUAOUT (Procyon) le CHIEN.


Sopdet porte Ouapouaout (Procyon de Canis Minor) qui ouvre le cortège royal

Le Chien tient une grande place dans la Culture Egyptienne et il y en a plusieurs. Pour compliquer encore les choses, le Dieu OUPOUAOUT peut aussi être un CHIEN couché quand il est du Nord (chacal assis) comme ANUBIS son demi frère. Il a été généralement représenté en gris ou gris-blanc de fourrure, attestant de son origine de LOUP.

Gardien de la personne royale par la prime fonction cynégétique - donc terrienne - du chef de clan, OUPOUAOUT fut détrôné, à partir de la période thinite (-3000 à -2700 ) par des divinités plus sophistiquées, tel HORUS. OUPOUAOUT se tient devant le cortège Royal, et ouvre le chemin.

Voir : Les Chiens




Pour les Egyptiens, le LION était « la maison du soleil ». Le LION est l'accomplissement de la prophétie du triomphe. Dans des recueils encore plus anciens, on trouve mention de cet astérisme sous le nom de « LA FAUCILLE » car la constellation ressemble à l'outil. Son nom syrien est ARYO le " Lion déchirant ". En arabe s’est AL ASAD le " Lion franchissant comme une flamme ". L’étoile la plus brillante est REGULUS, elle piétine le monstre, elle est le COEUR DE LION. L'etoile REGULUS est en fait un trio d’étoiles, même si nous n’en voyons qu’une.

Au-dessus du
LION, on trouve aussi le PETIT LION (Leo Minor) également appelé " LE PETIT ROI ", un personnage minuscule assis sur un fauteuil avec un Flagellum (ou nekhekh), symbole de royauté et de OSIRIS. Les Anciens Egyptiens ont stylisé la Constellation de l'HYDRE FEMELLE sous la forme d’un SERPENT sur lequel plusieurs personnages se tiennent.

Il y a un LION, une JEUNE FILLE qui le tient par la queue ainsi qu'un oiseau (corvus / Corbeau). Sur le zodiaque de Denderah, les constellations du LION, L’HYDRE, la COUPE et les CORBEAUX sont regroupé en une seule. Son nom est « Pi Mentikeon » le déversement de la colère divine.


La Couronne le Lion et Sopdet (vache) et son étoile de la version des Grecs sur le plafond du Temple de Denderah

En Hébreux, la constellation fut appelée aussi REX le Roi. On l’appelait aussi en arabe MALYKIYY " la Royale ". Les hébreux l’appelaient aussi ETOILE DE DAVID car elle fait partie des 4 étoiles royales de mésopotamie. La seconde étoile est DENEBOLA ayant la même racine que Deneb (la queue).

Parfois l'
HYDRE représente le serpent ancien détruit associé alors à la coupe et aux corbeaux. Dans cette version, le LION vient piétiner et détruire l’HYDRE pour toujours et la COUPE semble se déverser sur la bête, c’est la colère de Dieu qui se déverse sur son ennemi. CORVUS (Corbeau) sont les oiseaux de proie dévorant les cadavres. Lorsque tout sera accompli, une vie nouvelle (un nouvel âge) éternelle commencera.

On retrouve cette partie du ciel en Mésopotamie sur les tablettes cunéiformes, dont les traductions et les dessins modernes à partir des écritures pourraient évoquer les constellations du zodiaque Egyptien.
Il y a également une scène réalisée par les Grecs sur les plafonds du Temple de Denderah, mais les constellations ne sont pas en bonne place, les figures sur les murs du Temple de Denderah ne correspondent pas au Zodiaque circulaire.

En effet, SOPDET (la vache Hathor) n'est pas devant le LION mais en dessous, il y a peut-être aussi une confusion avec le signe du CANCER et de CANIS MINOR, La déesse NEITH et son étoile SIRIUS n'est pas devant le LION.

Sur le Zodiaque de Denderah SHOU et TEFNOUT sont le signe des GEMEAUX, le 3ème mois de l'été de la saison CHEMOU. Les 2 signes ankh et ouas évoquent les 2 jumeaux d'Atoum (le démiurge). Ces deux " enfants du diémurge ", sont représentés au nez de celui qui espère recevoir le souffle de vie. Les branchies du foetus-poisson se transforment alors en poumons solaires à l'instant de la naissance. Indissociables dans la pensée égyptienne, ils deviendront à la Basse époque, les Gémeaux du Zodiaque.


SHOU ET TEFNOUT

La déesse MEHIT est aussi adorée à THIS (nome d'Abydos) comme parèdre du dieu ONOURIS, l'un et l'autre n'étant alors sans doute que des formes locales de SHOU et TEFNOUT, ce n'est pas la constellation des GEMEAUX. Personnification de l'air, SHOU (en grec : Sos ou Sosis) est presque toujours représenté anthropomorphe, comme tous les Dieux cosmiques.

SHOU en relation avec , il peut prendre la forme d'un LION ou très rarement celle d'un homme léontocéphale, vêtu du costume habituel des dieux égyptiens. Son principal attribut est la plume d'autruche de profil, quelquefois remplacée par les quatre plumes d'ONOURIS. Selon certains Égyptologues, le mystérieux géant ORION est aussi appelé SAHOU (Sah) par les anciens Egyptiens et il était identifié soit à ATOUM, soit à OSIRIS ou encore à ONOURI-ANHOUR qui fut par la suite remplacé par OSIRIS.

Les deux signes " ankh " et " ouas " évoquent les deux jumeaux d'Atoum (le démiurge). Ces deux " enfants du diémurge ", sont représentés au nez de celui qui espère recevoir le souffle de vie. Les branchies du foetus-poisson se transforment alors en poumons solaires à l'instant de la naissance. Indissociables dans la pensée égyptienne, ils deviendront à la Basse époque, les Gémeaux, le 3ème mois de l'été de la saison CHEMOU.

Voir : Shou et Tefnout


COMA BERENICES ET LE CORBEAU

Dans le mythe Egyptien, la Déesse BASTET (Bast) participe à la bataille contre le mal contre le serpent APOPHIS sur la barque solaire. Sur le disque de Denderah il y a une petite fille sur la barque solaire du LION, elle tient sa queue. Elle apparait sur le dessin dans le volume 2 de " Voyage de Dans La Basse et la Haute Egypte (1802) de DV Denon.

Schwaller de Lubicz (Temple de l'Homme) a considéré que la figure féminine est partie intégrante du symbole de LION. Aussi, la figure féminine debout sur barque tenant la queue du Lion avec sa main, a été interprétée par certains comme représentant la Vierge. A côté, il y a l'oiseau AKHEM, un épervier sacré, avant de devenir avec les Grecs le CORBEAU consacré à APOLLON (un avatar de HORUS) rattaché au symbole solaire.




La déesse BASTET est l’une des déesses les plus discrètes du panthéon égyptien, et n’est jamais représentée, sinon dans son temple à Bubastis, qui, selon Hérodote, aurait été, à son époque, le plus beau temple du pays. BASTET (le chat) est l'œil droit de , elle aide le Roi sur la barque solaire à revenir des abysses ou bien elle est sa double personnalité. BASTET est la déesse bienveillante protectrice de l'humanité, une petite fille qui deviendra la grande SEKHMET avatar de HATHOR. La lionne SEKHMET est fille de (soleil) et épouse de PTAH, Roi de Memphis et le créateur avant OSIRIS.

Identifiée parfois en Panthère
SEKHMET représente la mort. Cette représentation évoque le sacrifice de SATI et de SITA dans le bouddhisme. Le Dieu SAVITRI offre son enveloppe charnelle afin que son atman rejoigne celui de son mari, cependant, ni l'une ni l'autre ne sont veuves lorsqu'elles décident de monter sur le bûcher pour se sacrifier.




En Inde, dans l'épopée hindoue du Mahabharata, SATI (Dakshayani) aime Shiva, mais son père, Daksha interdit leur mariage. Ce terme signifie en sanskrit « véracité » (de Satya, « vérité »). SATI retient ses souffles et s'enflamme dans le feu sacrificiel pour laver l'affront fait à son mari. Shiva, l'ayant appris, se précipite au palais, tue un grand nombre d'invités et décapite Daksha, remplaçant plus tard sa tête par celle d'un bouc.

SATI renaît ensuite sous la forme de Pârvatî et retrouve ainsi son époux. Depuis, la " sati " (ou sutty) au XIXe siècle, est aussi le nom du sacrifice des veuves qui se jettent dans le bûcher crématoire de leur époux. Dans la mythologie grecque, PENELOPE est l'épouse fidèle d'Ulysse dont elle a un fils, Télémaque. Pendant les vingt années d'absence d'ULYSSE, durant et après la guerre de Troie, Pénélope lui garda une fidélité à l'épreuve de toutes les sollicitations.

En 243 av. J.-C, quand Ptolémée revint vivant quelques années après une guerre, en 243 av. J.-C., la Reine Bérénice se coupa les cheveux et les déposa en offrande au temple de la déesse, selon son engagement. Dans la nuit suivante, la chevelure disparut mystérieusement. Le Prêtre Conon de Samos, annonça que l'offrande avait tellement plu à la déesse qu'elle l'avait placée dans les cieux. Pour preuve, il montra au couple royal un amas d'étoiles, qui était appelé à cette époque la Queue du Lion, maintenant appelé la
CHEVELURE DE BERENICE.


Le Lion Greco-Egyptien dans les profondeurs des eaux de Thônis - Heracleion

Vers 485, un temple clandestin d'ISIS fut encore découvert tout près, à Ménouthis, ce qui provoqua une persécution contre les païens. Les sites engloutis (Sérapéum suiveur de l'Osirium) sous les eaux de Canope et d'Héracléion ont été découverts et explorés. Parmi les trouvailles il y a la plus grande statue connue du dieu égyptien gardien de l’inondation du Nil, c'est le VERSEAU (Hapy).


SETH SUR LE NAVIRE

Il y a deux barques solaire, une nocturne et une diurne.Sur cette représentation, le serpent APOPHIS (ou Apopis, Apep, Aâpep) incarne le CHAOS, il a été peu à peu identifié à SETH mais dans une version SETH était désigné par pour défendre la barque solaire à l'aide d'un harpon, ISIS, à l'avant utilisait ses pouvoirs de magie pour priver APOPHIS de ses sens dans le but de le désorienter, ce qui permettait au chat de , personnification de la déesse BASTET (chat) de décapiter le serpent. Dans cette version, le navire est titré par des Chiens et des Cobras, une Déesse semble indiquer la direction.

SETH est debout, et combat le serpent, à la PROUE du navire un oiseau. Les 4 CHIENS tirent la barque solaire avec l'aide des cobras OUADJET (Uraeus). Le navire est aidé par une Déesse qui semble indiquer la direction. Le serpent MEHEN est l'entité contraire du serpent APOPHIS, le serpent MEHEN est bénéfique, il est protécteur de la barque nocturne, APOPHIS est le serpent maléfique.




Le serpent OUADJET représente la femelle COBRA en fureur, c'est l'OEIL BRULANT de RE, il est un avatar de la déesse de Basse-Egypte OUADJET (Wadjet) assimilée à l'œil du soleil. OUADJET signifie " Celle de la couleur de papyrus " ou " la Verte " qui renvoie à des notions de croissance et de fertilité. Les Grecs ont hellénisé son nom en OURAIOS qui désigne le serpent. Le terme URAEUS est dérivé du grec " ouraios ", et en latin Caudal, mais le nom égyptien est IARET " le cobra dressé ".

SETH est ainsi vu comme un dieu bénéfique représentant la force et l'énergie. Le Dieu ANTYWEY est une forme combinée de HORUS et SETH, la figure ressemble à JANUS l'homme à deux faces. La barque solaire voyage dans l'espace mais aussi dans le temps. Seul le disque de Denderah indique le ciel comme il doit être présenté, mais il peut aussi correspondre à notre ciel actuel en tenant compte de la précession et des cycles de la Terre.


LE CORTEGE ROYAL



Pour les Égyptiens, ce qui se passe sur la terre n'est que la reproduction exacte de ce qu'il y a dans le ciel. L’idolâtrie pour la personne royale n’a été poussée aussi loin qu’en Égypte. De manière symbolique le LION est une image du pouvoir et de force.

Les princes du sang et les fils des plus grands dignitaires avaient seuls le privilège de porter le palanquin où est assis le Pharaon, ou de tenir à ses côtés le flabellum ; les plumes d’autruche et autres emblèmes royaux. Le Roi est assis sur un fauteuil richement décoré que les grands dignitaires portent sur les épaules. Le cortège est précédé de prêtres, le religieux fait également fumer de l’encens en l’honneur du Roi.


LION VERT ET LION ROUGE

Le Passage à l'âge Adulte et la Récolte du Blé

La constellation du LION ressemble à une FAUCILLE. Dans le De Lapide Philosophico, un lion et une lionne représentent la conjonction du Souffre et du Mercure, ou encore l'accouplement du Soleil et de la Lune. Le LION VERT est la matière minérale, ou le MERCURE, qui comme le LION, dévore tout, même le soleil. Le lion vert entre dans la composition du dissolvant universel. Les raisons de cette appellation sont nombreuses.

Les Philosophes distinguent plusieurs sortes de Lion Vert, d'après Dom Pernety : C'est par lui que la nature reverdit. C'est une matière non mûre et acide, encore éloignée de la perfection, mais qui, par l'art alchimique, peut se hisser au-dessus de l'or. C'est un or vert, vif, encore imparfait, et qui peut réduire tous les métaux en leur matière première, et de même, volatiliser les plus fixes : il fixe le volatil et volatilise le fixe ; parce que le mercure qu'on en extrait rend semblable à lui-même ; et parce qu'il donne une dissolution de couleur verte.




Le LION ROUGE est la vitalité animale qu'il faut tué par l'épée. C'est encore la matière terrestre et minerale que l'on trouve au fond du vase après la sublimation des esprits, que l'on appellent parfois AIGLES. Ainsi, le lion terrassant un aigle représente la fixation du mercure par le souffre, le lion attaquant le soleil, la dissolution de l'or vulgaire. Chez Basile Valentin, la fin du Grand Oeuvre est indiquée par un lion mangeant un serpent.

Ce LION VERT lutte avec le dragon ; mais il est vaincu par lui et, avec le temps, il est dévoré. Lorsque le lion est tombé en pourriture, on espère que de sa gueule il sortira de la douceur (comme chez celui que Samson tua). La génération de cette chose est verte, et que pour cette raison les philosophes l'ont appelée germe. Tout ce qui a trait à la Terre (donc à la femme), prise ou considérée au début du travail, a valeur de noirceur.

Le mot initiatique V.I.T.R.I.O.L. forme ce qui exprime la loi d'un processus de transformation, concernant le retour de l'être au noyau le plus intime de la personne humaine, ce qui revient à dire : Descends au plus profond de toi-même et trouve le noyau insécable, sur lequel tu pourras bâtir une autre personnalité, un homme nouveau. C'est à dire que les alchimistes font tout et n'importe quoi avec les LIONS, c'est de la manipulation psychologique (magie). L'allégorie du retournement des pôles se devine aisément dans l'image des LIONS entrelacés, et donc des saisons.

Le PHENIX renaît de ses cendres après être passé entre les deux LIONS. C'est un symbole de changement que l'on retrouve en Egypte avec les Lionnes AKERIOU (qui ne sont pas toujours des lionnes). Le LION est donc un marqueur de temps lors de la précession des Equinoxes avec son étoile REGULUS (coeur de lion), mais c'est aussi le mois de JUILLET qui est le mois du LION et la saison de la moisson où l'homme va couper le BLE à la faucille, c'est la forme de la constellation du LION.





SOURCES ET LIENS 





© 2002 / 2014 - SecreteBase - Tous droits réservés