LE SECRET DU ZODIAQUE
Le Culte du Serpent

Le Serpent donne le Venin de la Mort et l'Antidote pour la Vie

[...] Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog,
afin de les rassembler pour la guerre; leur nombre est comme le sable de la mer. [Apoc. 20:8]


[...] Et le grand dragon, le serpent ancien, appelé le Diable et Satan, qui séduit le monde,
fut précipité en la terre, et ses Anges furent précipités avec lui. [Apoc. 12:9]


SERPENTS ET DRAGONS


Le ZODIAQUE est un serpent ou encore un DRAGON ! L'étoile centrale de l'antiquité est également la constellation DRACO (Dragon) qui forme une étoile à 5 cinq branches indiquant les étoiles Circumpolaires composées de URSA MAJOR, URSA MINOR, DRACO, CEPHEUS, CASSIOPEA et le LYNX, cela démontre que les Anciens savaient que la Terre était inclinée sur son orbite.




Il y a donc plusieurs types de REPTILES dans le CERCLE racontant une formidable histoire de régénération cosmique. OPHIUCHUS (le serpentaire, le porteur de Serpents) est un MEDECIN et n'est absolument pas maléfique contrairement au SCORPION. La constellation est originaire d"égypte et reprise dans toutes les cultures. OPHIUCIUS est le COBRA OUADJET égyptien, il symbolise la medecine et la science, son venin est un anti-poison, il protège également le Roi.

Dans la Renaissance au début les cartes stellaires le
SERPENTAIRE est debout avec une jambe sur le SCORPION, le piétinement du scorpion indique un combat. Dans certaines représentations, le SCORPION semble aussi menacer de piquer le SERPENTAIRE dans le pied. Cette disposition a été prise comme symbolique dans la littérature, et mis en relation avec les mots prononcés par Dieu sur le serpent dans le jardin d'Eden (Genèse 3:15).


LE SERPENTAIRE

Symbole Solaire de la Medecine

Le serpent est un symbole solaire qui est un élément positif.. OUADJET, la déesse tutélaire de la Basse-Egypte, était la plus vénérée des divinités serpentiformes. La déesse cobra RENENOUTET (le serpent nourricier), était la divinité de la bonne fortune, que les Egyptiens invoquaient pour s’assurer de bonnes récoltes, un accouchement sans problèmes ou un avenir radieux.




URAEUS est une femelle COBRA en fureur représentant œil brûlant de RE et représente aussi la déesse de Basse-Egypte OUADJET (Wadjet) assimilée à l'œil du soleil. Dans la mythologie égyptienne, OUADJET est une déesse originaire de la ville de Bouto dans nord du delta du Nil.

OUADJET signifie " Celle de la couleur de papyrus " ou "la Verte " qui renvoie à des notions de croissance et de fertilité. Protectrice de pharaon, elle était la " Maîtresse du Ciel ". Les Grecs ont hellénisé son nom en OURAIOS qui désigne le serpent. Le terme URAEUS est dérivé du grec ouraios, CAUDAL, via le latin, mais le nom égyptien est IARET " le cobra dressé ".

Voir : Secret du Serpentaire


VOYAGE SOLAIRE EGYPTIEN

Le serpent protecteur MEHEN encercle la cabine de la barque solaire du dieu RE afin de lui apporter sa protection lors du voyage céleste, et à l'abri de laquelle le dieu en gestation se prépare à renaitre. Parfois le serpent protecteur MEHEN encercle le dieu Osiris. MEHEN est une représentation divine de la protection et de la régénération, il peut être aussi associé à l'OUROBOUROS.

MEHEN est l'entité contraire du serpent APOPHIS (ou Apopis, Apep, Aâpep), qui attaque la barque solaire et incarne le Chaos. Comme les déesses du ciel, MEHEN représente le serpent bénéfique, protécteur de la barque nocturne. dans l’Ancienne Egypte, APOPHIS avait également la réputation de pervertir la royauté. On retrouve sa trace jusqu’à très loin dans la période prédynastique et son emblème a également été retrouvé sur la tombe du roi Ankhitifi de la 9ème dynastie.

Chaque nuit,
APOPHIS va essayer d’empêcher le Soleil (la barque de Rê). Chaque nuit recommence ce combat entre les forces de la Lumière et celles des Ténèbres. Par l’intermédiaire de sacrifices rituels d’animaux effectués dans les temples, de même que par des rites populaires d’envoûtement magique, les Egyptiens pensaient participer au combat toujours victorieux du SOLEIL (Rê) contre APOPHIS. Il est dit que la rougeur du ciel, visible tant à l’aube qu’au crépuscule, provient du sang versé par APOPHIS.




Les ennemis principaux de APOPHIS (Seth) sont donc le serpent Méhen, le poisson bleu ABDJOU qui avertit le dieu RE de l’approche du mauvais serpent et le Grand Chat MIESIS, fils de BASTET, qui chaque nuit tranche la tête du Serpent. Il est dit aussi qu’Apophis a été condamné par le dieu AKER, que RE a vaincu ses paroles, que le LYNX a déchiré sa poitrine, que le SCORPION l’a enchaîné, que MAAT a décrété sa destruction et que les dieux du Sud, comme ceux du Nord, de l’Occident, comme de l’Orient, l’ont emprisonné (ce qui n’est pas sans rappeler les mythes abrahamiques de Léviathan et d’Asmodée.

Les déesses saintes de la medecine
NEKHBET et OUADJET deviendront OPHIUCHUS (le serpentaire) après une transformation dans le ciel antique. L'AILE VOLANTE est leur symbole, elles assistent ANUBIS le Dieu des morts pendant la transformation. Quand la déesse est identifiée à l'ŒIL DE RE (Uræus), elle est représenté de deux manières : sous la forme d'un cobra dressé qui, au front du roi, menace de cracher le feu sur ses ennemis ; ou coiffée de la couronne rouge du Nord. Elle protège contre le serpent APOPHIS le maléfique.


LE CULTE DU SERPENT

Le culte du secret n'est ni plus ni moins que le coeur même du fonctionnement des sociétés secrètes et plus globalement des structures appartenant aux lignées des élites. Les membres doivent obligatoirement appartenir à la lignée adamique des "élites", des descendants de EA / ENKI le créateur de l'homme selon le mythe sumérien.




E.A., prince de la terre, la vague de Serpent debout, offre le secret des étoiles

Le SERPENT est certainement le plus ancien archétype que l'on trouve dans toutes les régions du globe. Sa présence demeure donc indispensable dans le ZODIAQUE pour représenter l'inconscient humain. Le SERPENT n’est pas seulement synonyme d’une peur ancestrale ; en effet, bons nombres de dieux bienfaisants présentent cet attribut.

Chez les Egyptiens c'est à la formation des Planetes, des Etoiles, des galaxies d'Héliopolis, que "NEITH" mis au monde "" le
SOLEIL et, par vomissements le serpent "APOPHIS", son principal ennemi. Le serpent "APOPHIS" n'aura de cesse d'essayer de faire chavirer la barque solaire, nuit après nuit, pour arrêter le cours du temps.

En Égypte et en Europe, plusieurs figures représentent des petites âmes en train de jubiler sortent de la bouche d’un SERPENT. Celles-ci expriment le
PASSAGE passage. OSIRIS pénètre dans la queue d’un grand serpent, a été tiré à travers son corps et est ressortie par sa bouche, et est ensuite né de nouveau. C'est l’histoire de JESUS / JONAS et de la BALEINE que l'on retrouve également dans la légende d'ANDROMEDE chez les grecs (le conte de fées moderne "Pinocchio").

En Égypte, l'
ANKH, Croix de Vie ou Croix Ansée est le hiéroglyphe qui signifie « vie ». Le cobra femelle appelé " URAEUS " est toujours représenté dressé et gonflé, prêt à l'attaque et à cracher son venin contre les ennemis. Dans ce sens, le cobra symbolise ,la force destructrice, une arme au service du pharaon pour exterminer ses ennemis. Le cobra symbolise aussi la déesse Ouadjet de la Basse-Egypte qui protège le roi ; et symbolise l'inondation nécessaire à le vie. L'URAEUS a donc une double fonction : destructrice et protectrice.

Chez les sumériens,
GILGAMEH avait trouvé la fleur de l'immortalité (le lotus) et elle lui a été dérobé par un SERPENT. Tout comme le SERPENT est lié à la Connaissance, à la sagesse et à la magie, le cuivre ou l’AIRAIN est-il connecté depuis des temps immémoriaux par toutes les écoles mystiques et lié à la planète VENUS.


Rares sont les représentations de sculpture et peinture qui montrent les anneaux autour du corps de BOUDHA, mais il existe une statue du Grand Soleil BOUDHA, datant du 12è siècle au Cambodge le représente assis sur les anneaux d’un SERPENT.

Le thème du SERPENT
NÂGA appartient également à la légende de BOUDHA dans tous les pays de culture Bouddhiste. Il prend alors, suivant le pays, différentes apparences. Le NAGA possède généralement 7 têtes. BOUDHA l’éveillé est assis en méditation (samâdhi) sur le NÂGA MUCILINDA, le corps enroulé du serpent, et paraît ainsi être intronisé.

L'une des interprétations possibles est un épisode de la vie de SAKYAMUNI. Celui-ci, perdu dans sa méditation, allait être englouti par les eaux d’un lac. MUCILINDA, habitant ces eaux, le protégea alors en déployant ses multiples têtes. D'autres, y voient la fameuse
KUNDALINI (un syndrôme).


Le BISCIONE, blason de Milan et de la firme Alpha Romeo, est une charge héraldique montrant un SERPENT BLEU avalant un humain: généralement un enfant et parfois décrit comme un Maure. Il a été l’emblème de la famille italienne Visconti pour environ un millier d’années. Ses origines sont inconnues. Cependant il a été affirmé qu’elle a été prise à partir des armoiries d’un Sarrasin tué par Ottone Visconti lors des croisades.


Le SERPENT, le FEU et le SOLEIL étaient tous les aspects du culte du MOLOCH BAAL / SETH commencé en égypte lors de l'empire HYKOS en égypte, déjà vénéré en MESOPOTAMIE, puis largement propagée par les voyageurs PHENICIENS de CANAAN !

CANAAN regroupe les territoires de Phénicie et de Palestine, les prédécesseurs d'Israël. La religion cananéenne est supposée être un dérivé de la religion babylonienne, elle même provenant de la théologie sumérienne. Par la suite, la culture religieuse cananéenne influença amplement la religion israélite. De ces territoires proviennent les enseignements qui nous apprennent que MOLOCH était un synonyme de NIMROD ou de TAMMUZ.

Voir : Religion Cananéene


La mue du SERPENT perdant sa peau est un symbole de l'ETERNITE et l'IMMORTALITE. que l'on retrouve chez beaucoup de divinités à travers les âges. Le titre de " SERPENT " a autrefois été transmis des devoirs du sacerdotal, par opposition à la calomnie.


OUROBOROS est mot de grec ancien, latinisé sous la forme UROBORUS qui signifie littéralement « qui se mord la queue ». Les hiérophantes égyptiens et babyloniens se disaient "Fils du Dieu-Serpent", ou "Fils du Dragon" car dans les Mystères antiques, le serpent représentait Sagesse et l'immortalité, la roue cyclique de l’évolution quand il devient OUROBOROS le serpent qui se mord la queue pour un CHAOS et une RENAISSANCE, le cycle éternel de la nature et de la vie, les cycles du ZODIAQUE.


C'est un symbole très ancien que l'on rencontre dans plusieurs cultures sur tous les continents. Attesté en Mésopotamie, l'OUROBORE se rencontre surtout en Égypte depuis une période très ancienne, il est mentionné dans les textes des pyramides.

Dans la Bible, un
SERAPHIN (étymologiquement un serpent brûlant) du désert, est un ange décrit par Isaïe avec trois paires d'ailes. Cette créature a donné naissance au prénom masculin du même nom.

Chez les grecs le PYTHON, l'hôte du temple DELPHES inspirera SOCRATE qui dira "CONNAIS TOI TOI-MEME". Cette devise est sur le fronton du temple. C'est APOLLON qui aurait fondé le SANCTUAIRE DE DELPHES dont le gardien était un SERPENT nommé "PYTHON", fils de GAÏA (la Terre). Il avait dans sa possession l'ORACLE consacré à THENIS. APOLLON, conquérant, voulant s'approprier l'ORACLE pour guider l'HOMME, tua le Python et obtient ainsi l'ORACLE.


Oracle du sanctuaire d'Apollon à Delphes
L'Ange Séraphin gardien de l'Oracle
Le Petit Prince et le Serpent

Dans la trilogie MATRIX, NEO (THE ONE / LUCIFER) se bat également contre un SERPENT. L'ange sans ailes SERAPHIN l'empêche d'atteindre l'ORACLE. Il est le gardien et mâitre des clés. Après un combat il gagnera la confiance du gardien et finalement, il ouvrira la dernière porte du sanctuaire à l'élu.

Toujours sur le même principe, le PETIT PRINCE de Saint-Exupery est une conception symbolique de la vie. Le conte poétique et philosophique fait allusion au boa qui digère un éléphant, mais lui-même ira vers les étoiles après la morsure du SERPENT DU DESERT, celui qui met le désordre dans les planètes.


SERPENT ET GENESE PHENICIENNE

Il est probable que le premier livre de la Bible fut inspiré de l'histoire Phénicienne écrite par SANCHONIATHON longtemps avant que les Hébreux soient connus et qu'ils aient écrit l'Ancien Testament. Elle fut traduite au 1er siècle par PHILON DE BYBLOS dont la traduction disparut mystérieusement au début de notre ère, comme nombre de récit anciens racontant la GENESE différement ou postérieurement à la Bible. PHILON revenant à l'histoire primitive des Phéniciens indique :

« Partant de la même idée, les Égyptiens pour représenter le monde tracent un cercle fermé, ayant l'aspect de l'air enflammé, et au milieu, un serpent étendu, à forme d'épervier, de manière que toute la figure ressemble à celle de de notre théta. Le cercle désigne le monde, et le serpent du milieu, qui y est contenu, indique le bon Génie. »

Puis le philosophe
PORPHYRE ajoute en parlant des serpents et en citant ZOROASTRE au sujet du Mage, dans le livre sacré des rites Perses :

« Le dieu à tête d'épervier est le premier, impérissable, éternel, incréé, indivis, le plus dissemblable, le modérateur de tout ce qui est beau, inaccessible à la corruption, le meilleur des bons, le plus prudent des prudents; c'est le père de la bonne législation et de la justice, instruit par lui-même, naturel, parfait, sage, et le seul inventeur de la nature divine. Ostanes dit la même chose dans son ouvrage intitulé l'Octateuque. Tous les autres, qui l'ont suivi, ont raisonné de la même manière. Représentant les premiers éléments par des serpents, ils leur consacraient des temples, et, les réputant les plus grands dieux et les chefs de I'univers, ils célébraient en leur honneur des SACRIFICES, des FÊTES et des ORGIES. Voilà ce qui est relatif aux serpents. »

Voir : Genèse Phénicienne


SERPENT ET ILLUMINATION

Le mot hébreu utilisé dans la Bible pour désigner la bête connue traditionnellement comme le « SERPENT » de la Genèse se traduit par NAHASH. C'est le SERPENT qui entraîne la chute de GILGAMESH (la planete Mercure dans le Zodiac) dans le poëmes sumériens, puis plus tard la chute d'Adam et Ève en les faisant goûter au fruit défendu.

Il se trouve que NAHASH, découle de la racine NHSH qui signifie déchiffrer, découvrir et ILLUMINATI provient de illuminare qui signifie illuminer, connaître, savoir, en latin. Enlever le voile secret du SERPENT et c'est le premier voile de l'ILLUMINATION.

Le NAHASH n'est pas nommé ni identifié à SATAN dans le Livre de la Genèse, ni à une divinité comme dans les autres systèmes de croyance, quoiqu'il apparaisse comme le seul animal du Pentateuque à pouvoir parler. Le terme de NAHASH intervient encore lorsqu'après avoir soupiré contre Moïse et contre l'Éternel. Néanmoins, certains passages du nouveau testament semblent établir une connexion entre le serpent et SATAN. Dans Matthieu 23:33 JESUS dit : Vous serpents, vous génération de vipères, comment pouvez-vous échapper à la damnation de la Gehenne.

Toutefois, en (Matthieu 10:16) JESUS dit aussi lors de la mission apostolique des 12 " Voici : je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. " . aussi dans Jean 3:16, JESUS se compare au serpent dressé par Moise sur la colline dans le désert. "Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut, de même, que le Fils de l'homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle." (Jean 3:14-15).


Le Serpent d'Airin et Moïse - Vouet

Le Roi Ézéchias, qui, en réformant les cultes afin de débarrasser Juda de ses idoles fit disparaître les hauts lieux, brisa les statues, abattit les idoles, et mit en pièces le SERPENT D'AIRIN que Moïse avait fait, car les enfants d'Israël avaient jusqu'alors brûlé des parfums devant lui : on l'appelait Nehoushtan (2 Rois 18:4). Le suffixe " -an " spécifie qu'il y a en réalité deux serpents sur le bâton d'airain, un symbole alors très proche des serpents entrelacés du caducée d'HERMES et des mythes mésopotamiens ...

Symbole du mal, le SERPENT est aussi symbole de guérison lorsqu’il s’entortille autour du caducée, il guérit les Hébreux repentants après avoir été piqués, lorsqu’ils regardent le serpent d’airain érigé par Moïse sur l’ordre de Yahvé lui-même. Sans doute avaient-ils jeté un regard de terreur sacrée sur cette image faite de main d’homme, malgré le commandement de la Loi de ne représenter aucune créature ! Tout comme le SERPENT est lié à la Connaissance, à la sagesse et à la magie, le cuivre ou l’AIRAIN est-il connecté depuis des temps immémoriaux par toutes les écoles mystiques à la planète VENUS.


Il n'y a pas de son G en hébreu le G peut être remplacé par Y (EL) signifiant DIEU. Dans l'alphabet anglo-saxon (phénicien), la première série de 13 lettres traitées avec l'établissement du lien de la famille génétique de la trinité, dans la deuxième série figure le TAU, la CROIX ANSEE des égyptiens, l'ANKH, le SERPENT D'AIRIN de la Franc-Maçonnerie, le SERPENT crucifié sur le TAU (la croix).

Le premier voile du secret est ainsi expliqué dans les Temples du
SOLEIL et de la LUNE (SOL-OHM-MOON). Le TRIANGLE équilatéral est le ZODIAQUE. Le COMPA est utilisé pour le CERCLE avec en son centre l'OEUF NOIR cosmique (la Kabba) fécondé chaque solstice par le rayon du SOLEIL. L'EQUERRE pour les DEGRES du système 60 babylonien.


Les ILLUMINES comme les ILLUMINATI se considèrent détenteurs d’un savoir supérieur qu’ils auraient depuis le commencement, ce qui leur donnerait une légitimité pour gouverner la planète. L’origine des remonte à 2000 ans av. J-C en Sumérie. A cette époque là l’ordre avait le nom de “ CONFRERIE DU SERPENT ” ou encore “ FRATERNITE DU SERPENT ". Une copie de la religion egyptienne bien plus ancienne.

Ainsi, les confréries participent encore à des rites continuant une ancienne tradition qui date au moins de 4.000 ans. Albert Pike raconte que dans les mystères dionysiaques ou bacchanales du TAUREAU, les officiers ont tenu des serpents dans leurs mains, les élèvent au-dessus de leurs têtes et ont a crié à haute voix “EVA!” le nom oriental générique du SERPENT et le nom particulier de la constellation dans laquelle les Persans placent EVE et le SERPENT




Le degré maçonique du SERPENT D'AIRIN est dit avoir pour origine un Ordre hospitalier fondé lors des Croisades par un certain John Raph . Le mot de passe du grade est INRI et mot du grade est IOHAN RAPH. En hébreu RAPH signifie soigner, guérir et le référant au SERPENT D'AIRIN.

Avec
IOHAN nous touchons aux mythes et symboles Johannites. Nous retrouvons donc ce symbole dans la Franc-Maçonnerie au sein des Degrés du Rite Écossais Ancien et Accepté. En effet, le 25ème degré est celui dit du « Chevalier du Serpent d’Airain » avec son symbole du SERPENT crucifié sur le TAU (la croix).

Lors des cérémonies de ce grade, l’effigie du SERPENT crucifié sur le
TAU est placée à l’Est du Temple. Pour finir, notons que le bijou du grade est un TAU surmonté par un cercle, la CROIX ANSEE sur lequel un serpent est accroché. Sur la croix elle-même sont gravés les mots KhaLaTI (Il a souffert), et sur la partie supérieure de la croix, le mot NeKhuShTaN (Serpent d’Airain). La constellation de la CROIX DU SUD (autrefois dans le nord) elle-même représente l'ANKH égyptien.

Avec la tête de FAUCON et le COQ, le SERPENT est de nature divine et un puissant symbole du SOLEIL. C’est pourquoi les OPHITES (une secte gnostique) l’a choisi comme leur divinité tutélaire et c’est pourquoi le SERPENT D'AIRIN fut élevé par MOÏSE dans le désert afin que les Israélites le regardent et vivent (Pike, M&D, p. 278, « Lecture du 18ème degré).



[...] Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog,
afin de les rassembler pour la guerre; leur nombre est comme le sable de la mer. [Apoc. 20:8]


(Les hommes utilisent le Zodiaque et son image pour la domination du monde)

[...] Et le grand dragon, le serpent ancien, appelé le Diable et Satan, qui séduit le monde,
fut précipité en la terre, et ses Anges furent précipités avec lui. [Apoc. 12:9]


(Les églises, les Sectes et les Temples du Zodiaque seront détruits lors de la révélation)

LE RETOUR DU SERPENT A PLUME

Le SERPENT à plume QUETZACOATL (Kukulkán, Pahana) se retrouve fréquemment dans la religion et l'art mésoaméricains pendant près de 2.000 ans jusqu'à la conquête espagnole. La vénération de incluait parfois des sacrifices humains, bien que certaines traditions affirment qu'il était opposé à ces pratiques. Prêtres et rois prenaient quelquefois le nom du dieu avec lequel ils étaient associés, ce qui fait que QUETZACOATL est aussi le nom porté par des personnages historiques.


Le fameux “serpent à plumes”, mage, roi toltèque-chichimèque, messie, ennemi des sacrifices humains, deviendra plus tard un Dieu. C’est vers le Xème siècle qu’il règne sur Tula. Son voisin et ennemi, le roi Tezcatlipoca, lui aussi d’origine divine, le chassa de son trône et de son royaume. Avant de disparaître dans la direction de l’est, QUETZACOATL promit à ses fidèles de revenir avec le vent de l’ouest, quand « la gerbe d’années me sera favorable ».

Cette gerbe, ou cycle de l’ancien calendrier, signifie cinquante-deux ans. Lorsque Cortés homme clair de peau, apparut justement au début d’un cycle aztèque, Moctezuma n’eut aucun doute ; il s’agissait bien de Quetzalcóatl dans une nouvelle incarnation !

La signification exacte et les attributs de QUETZACOATL ont varié sensiblement entre les civilisations et au cours de l'Histoire. Il était souvent considéré comme le dieu de l'étoile du matin (Lucifer) et son jumeau, XOLOTL, celui de l'étoile du soir, en fait la planète VENUS. Ils sont considérés comme étant nés d'une vierge.


QUETZACOATL était aussi le dieu tutélaire des prêtres et était considéré comme l'inventeur des livres et du calendrier, comme celui qui avait offert le maïs à l'humanité, et quelquefois comme le symbole de la MORT et de la RESURRECTION. QUETZACOATL était aussi le dieu tutélaire des prêtres et son nom était le titre porté par le grand prêtre des Aztèques.


La légende de l'exil de QUETZACOATL reflète sans doute des changements survenus dans la religion et dans la société, comme le déclin des cérémonies traditionnelles à caractère agraire, associées au dieu, au profit des sacrifices humains, liés à la prise de pouvoir des classes guerrières.

Des théories anciennes, occultes et culturelles, seraient sur le point d'être étayées et confirmées par les scientifiques : une meilleure compréhension de la physique quantique et des mathématiques permettrait à l'Humanité d'atteindre une dimension supérieure et d'accéder à de nouvelles capacités pouvoirs de pensée et de création.


QUETZACOATL se manifesterait alors à nous et créerait un MONDE NOUVEAU. Le retour de QUETZACOATL intègre la capacité de l'espèce humaine à espérer et à imaginer que ses pensées ont le pouvoir de devenir réalité, un retour messianique.




"Je suis le Quetzacoatl vivant, Nu, je sors de l'abîme, De ce lieu que je nomme mon père, Et nu j'ai franchi une longue étape, Passant devant les fils de Dieu endormis. Hors des profondeurs du ciel, je suis venu comme un aigle. Hors des entrailles de la terre, je suis venu comme un serpent. Tout ce qui s'élève dans l'élévation de la vie entre la terre et le ciel me connaît". [Le serpent à plume - D.H. Lawrence]



SOURCES ET LIENS 





© 2002/2012 - SecreteBase - Tous droits réservés